Handyem: en attendant d'entrer dans le bureau du médecin

Lors du congrès international de la Biotechnology Industry... (Photo fournie par Handyem)

Agrandir

Lors du congrès international de la Biotechnology Industry Organization qui se tenait à Philadelphie, Handyem et l'entreprise américaine FlowMetric Diagnostics annonçaient la mise au point du Mo-POD, un laboratoire mobile qui permet la réalisation de diagnostics médicaux à faible coût et qui peut être dépêché dans des zones éloignées ou difficiles d'accès.

Photo fournie par Handyem

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Avant de se retrouver, un jour, sur le coin du bureau d'un médecin, la technologie développée par Handyem sera intégrée à un petit laboratoire portatif qui pourra être parachuté dans les endroits les plus éloignés pour effectuer, par exemple, le contrôle des épidémies.

 

Compact, robuste et résistant, fiable et insensible aux... (Photo fournie par Handyem) - image 1.0

Agrandir

Compact, robuste et résistant, fiable et insensible aux vibrations, le cytomètre d'Handyem pourra être connecté à un ordinateur industriel dans une valise pouvant être parachutée  dans les zones affectées par les épidémies pour faire l'analyse d'échantillons sanguins.

Photo fournie par Handyem

Le directeur des ventes et du marketing, Érick... (Photo Le Soleil, Patrice Laroche) - image 1.1

Agrandir

Le directeur des ventes et du marketing, Érick Pelletier, et la directrice des opérations, Michèle Morin, montrent le cytomètre portatif HPC-150 d'Handyem.

Photo Le Soleil, Patrice Laroche

«Nous faisons notre chemin. Nous commençons à être vus, à être reconnus, à être testés», signale Érick Pelletier, vice-président des ventes et du marketing de l'entreprise du Parc technologique du Québec métropolitain spécialisée dans la conception et la fabrication de cytomètres en flux portables utilisant la fibre optique, pas plus gros qu'une imprimante laser, qui permettent de fournir un diagnostic médical fiable en quelques heures à peine.

Un cytomètre est un appareil qui mesure la taille et la quantité des cellules et qui permet, par exemple, de détecter un cancer du sang ou encore de compter les spermatozoïdes d'un donneur dans une clinique de fertilité.

Toutefois, Handyem a encore des croûtes à manger avant de se rendre sur le bureau du médecin, qui pourra éventuellement effectuer un bilan immunologique ou un test d'allergie d'un patient à partir d'une prise de sang et lui communiquer les résultats en moins d'une ou deux heures après la prise de l'échantillon.

«Notre technologie a le potentiel pour le faire. Le produit actuel, par contre, ne pourra s'y rendre. Il demande encore à être amélioré. Et il y aura ensuite les certifications à obtenir de la part des organismes réglementaires», explique M. Pelletier.

Née à la suite du développement d'une découverte sortie des laboratoires de l'Institut national d'optique - la technologie microfluidique basée sur la fibre optique - Handyem attire effectivement l'attention.

Cytomètre testé dans l'espace

Lors de son séjour dans la station spatiale internationale, l'astronaute canadien Chris Hadfield a utilisé cette technologie de l'INO pour mener diverses expériences.

En juin dernier, Handyem recevait le prix de l'investissement de l'année d'Anges Québec, un réseau de 165 investisseurs privés qui fournit du capital de risque aux entreprises en démarrage. Au cours des dernières années, la compagnie fondée par Alain Chandonnet, un ancien de TeraXion, a reçu un coup de pouce de 2,3 millions $ à l'occasion de deux rondes de financement auxquelles ont participé des anges investisseurs.

Toujours en juin dernier, à l'occasion du congrès international de la Biotechnology Industry Organization qui se tenait à Philadelphie, Handyem et l'entreprise américaine FlowMetric Diagnostics annonçaient la mise au point du Mo-POD, un laboratoire mobile qui permet la réalisation de diagnostics médicaux à faible coût et qui peut être dépêché dans des zones éloignées ou difficiles d'accès. 

Le cytomètre portatif HPC-150 de la compagnie de Québec - qui possède une cellule de mesure à fibre optique d'une grande fiabilité et qui est insensible aux vibrations - sera intégré dans le laboratoire de diagnostic mobile de FlowMetric Diagnostics.

«Compact, robuste, résistant et surtout insensible aux vibrations, le cytomètre portatif HPC-150 est facile à déplacer et il peut être mis en opération très rapidement par du personnel qui n'est pas nécessairement super qualifié», explique Érick Pelletier. «Il peut être déplacé ou transporté sans avoir besoin de se soucier de l'alignement du faisceau laser.»

Compact, robuste et résistant, fiable et insensible aux vibrations, l'appareil d'Handyem devra l'être, puisqu'il rejoindra un ordinateur industriel dans une valise qui pourra être parachutée par avion ou par hélicoptère dans les zones affectées par les épidémies pour faire l'analyse d'échantillons sanguins. Il devra donc fonctionner dans les pires conditions d'opération.

Pour le moment, Érick Pelletier ne peut prédire si cette collaboration stratégique avec la société américaine rapportera beaucoup de revenus dans les goussets d'Handyem.

«Chose certaine, ça nous apporte de la visibilité. Ça nous place sur la carte.»

Des revenus, l'entreprise de 20 employés en tire déjà grâce à la vente de cytomètres à des centres de recherche et des laboratoires des grandes universités.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer