La CSST à la recherche d'un «terrain potentiel» pour son siège social

Le chantier de la rue Bourdages n'est pas... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le chantier de la rue Bourdages n'est pas abandonné pour autant. La CSST évalue s'il est plus rentable de réparer les 180 pieux fissurés du bâtiment ou de construire à neuf.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Société québécoise des infrastructures (SQI) cherche des terrains disponibles dans la capitale afin d'y construire, éventuellement, un nouveau siège social pour la CSST. Voilà qui signerait la mort du vaste projet de rénovation de 130 millions $ de l'actuelle maison-mère, rue Bourdages; un chantier arrêté net depuis la découverte de fissures dans les fondations.

Le Soleil révélait récemment que le scénario du pire avait été confirmé par des experts embauchés par la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) : les têtes des 180 pieux qui soutiennent le bâtiment, fissurées, devront absolument être réparées si l'organisation publique désire poursuivre les travaux. Voilà qui chamboule complètement les plans. En rénovant, on voulait rapatrier au siège social quelque 700 employés actuellement dans des locaux loués. Au total, plus ou moins 1700 travailleurs s'y seraient retrouvés...

Une porte-parole de la CSST, Hélène Simard, apprenait alors au Soleil que «les instances décisionnelles de la CSST ont demandé que différents scénarios soient évalués. On regarde même pour la possibilité d'une nouvelle construction sur un autre site.»

Disons que le dossier est mené rondement. Quelques jours après cet entretien, la Société québécoise des infrastructures (SQI) a publié un avis public dans les journaux. On cherche un terrain d'au moins 12 000 mètres carrés dans les arrondissements Charlesbourg, La Cité-Limoilou, Les Rivières ou Beauport. Pour qui, ce terrain? Pour la CSST.

700
employés de la CSST auraient été rapatriés
1700
employés auraient travaillé au siège social
12 000
mètres carrés
Taille du terrain recherché par la SQI

Information niée

Étonnamment, la SQI a d'abord nié travailler pour la CSST. Au cours d'un échange de courriels et d'une première entrevue téléphonique, une porte-parole, Karla Duval, a prétendu que la recherche d'un terrain à Québec n'était pas faite à partir du mandat d'une institution en particulier. La SQI ne cherchait qu'à prendre le pouls du marché immobilier de la capitale, disait-elle. Malgré nos questions répétitives, Mme Duval certifiait qu'on voulait seulement vérifier la valeur des terrains puisque les baux de location de plusieurs ministères arrivaient à échéance. «C'est pour ça qu'on fait ça. [...] Ce n'est pas précisément pour un organisme.»

On sait maintenant que c'est faux. Une semaine plus tard, son collègue Martin Roy, aussi porte-parole de la SQI, reconnaît que le mandat a été confié spécifiquement par la CSST afin de «voir s'il y a des terrains qui seraient disponibles en vue d'une nouvelle construction».

À la CSST, Hélène Simard confirme. «On a demandé à la SQI de nous accompagner dans la recherche d'un terrain potentiel.»

Elle indique cependant que le projet de rénovation et d'agrandissement du siège social n'est pas pour autant abandonné. En évaluant la disponibilité des terrains et leur prix, on pourra vérifier s'il est plus économique de construire en neuf ou de réparer les 180 têtes de pieux de béton sous le bâtiment actuel tandis qu'un millier de fonctionnaires y travaillent.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer