Groupe Mundial et le recrutement international: des bois dans les roues

Frédéric Bernard, le nouvel actionnaire de JLM Usinage,... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Frédéric Bernard, le nouvel actionnaire de JLM Usinage, et Manon Viel, directrice des ressources humaines de Métal Bernard. JLM Usinage et Métal Bernard sont deux divisions du Groupe Mundial.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Groupe Mundial ne recule devant aucun défi. «Notre objectif est d'atteindre un chiffre d'affaires de 100 millions $ d'ici 2020, soit le double de ce que nous faisons actuellement. Et évidemment, nous allons tout faire pour fracasser cet objectif», affirme l'un des actionnaires de l'entreprise, Louis Veilleux.

«Et nous allons le faire tout en laissant la place à la relève», ajoute-t-il en précisant toutefois que les nouvelles restrictions imposées par les gouvernements pour limiter l'entrée au pays de travailleurs immigrants commençaient à peser lourd sur les épaules des industriels qui n'arrivent plus à trouver de la main-d'oeuvre spécialisée.

À la suite des nouvelles mesures décrétées par Ottawa à l'égard des travailleurs temporaires, les entreprises de plus de 10 employés ne pourront embaucher, l'an prochain, plus de 10 % de travailleurs étrangers pour occuper des emplois peu rémunérés, soit de moins de 20 $ l'heure.

«Je vois arriver 2016 avec beaucoup d'appréhension. C'est aberrant que l'on impose un tel plafond», souligne Louis Veilleux en signalant qu'il est présentement à la recherche de candidats pour pourvoir près d'une trentaine de postes.

Depuis plusieurs années, le Groupe Mundial recrute à l'étranger. Il a bâti de solides réseaux de contacts dans plusieurs pays. «À notre emploi, nous avons des Français, des Anglais, des Suisses, des Iraniens, des Tunisiens, des Marocains, des travailleurs provenant de l'Amérique du Sud et j'en passe. Il va donc falloir mettre plus d'efforts pour recruter les immigrants qui sont déjà installés au Canada.»

Ayant à sa tête Mario Ferland et Louis Veilleux, le Groupe Mundial est un regroupement de six compagnies de sous-traitance spécialisées dans la fabrication de produits métalliques et de pièces de caoutchouc pour les secteurs du transport, de l'aéronautique et des mines. Ces compagnies ont pignon sur rue en Beauce (Métal Bernard, Beauce Caoutchouc, CDMB et UCB), en Montérégie (Normandin) et à Saint-Augustin-de-Desmaures (JLM Usinage). Cet atelier d'usinage est la dernière acquisition du Groupe Mundial qui fait travailler 260 personnes.

«Ce n'est pas une grosse transaction, mais une transaction stratégique, explique Louis Veilleux. JLM Usinage nous apporte une expertise complémentaire qui va nous permettre d'accéder à de nouveaux marchés comme celui de l'optique et de la photonique.»

Fidèle à ses habitudes de faire «graduer» ses employés, le Groupe Mundial a permis à l'un de ses gestionnaires - et ancien machiniste - Frédéric Bernard d'accéder à l'actionnariat de l'une de ses compagnies.

«Mario Ferland et moi, nous rêvons au jour où nous deviendrons des actionnaires minoritaires dans toutes nos entreprises. Non pas que nous voulons nous reposer, mais nous estimons que la croissance de Groupe Mundial passe par la relève.»

Pas comme les autres

En plus de s'être dotés d'un plan de relève et de commencer à vendre des actions aux gestionnaires des compagnies du groupe, Mario Bernard et Louis Veilleux ont mis en place un plan stratégique pour faire grandir l'entreprise.

Pour réussir à doubler son chiffre d'affaires, le Groupe Mundial compte sur la croissance organique de ses activités et d'autres acquisitions.

«Nous voulons également nous implanter à l'extérieur du Québec», indique Louis Veilleux en soulignant que des pourparlers sont en cours afin que le Groupe Mundial s'installe aux États-Unis.

En mars dernier, Métal Bernard a remporté le prix Marius-Fortin décerné par l'organisme Sous-traitance industrielle du Québec au sous-traitant manufacturier qui a le plus contribué à l'amélioration des chaînes d'approvisionnement québécoises. Puis, en mai, Métal Bernard recevait un coup de chapeau de la Chambre de commerce de Lévis pour la gestion de ses ressources humaines.

Il faut dire que le Groupe Mundial n'est pas une entreprise comme une autre. Ses valeurs s'inspirent des notions d'entraide et de partage. D'ailleurs, il n'hésite pas à prêter son personnel à d'autres entreprises pour leur donner un coup de pouce.

Insistant sur l'équilibre entre le travail et la famille, le Groupe Mundial veut aussi que ses employés soient de bons conjoints et de bons parents. C'est écrit noir sur blanc dans ses principes directeurs.

Le groupe s'est aussi donné la mission de ne jamais faire de mise à pied parmi ses employés permanents. Pas toujours évident dans le secteur de la sous-traitance où les entreprises sont dépendantes des grands donneurs d'ordre.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer