Énergie Est: terminal ou pas, il y aura des retombées au Québec, dit TransCanada

Selon le président et chef de la direction... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Selon le président et chef de la direction de TransCanada, Russ Girling, si l'on demande aux Canadiens de choisir entre un pipeline et d'autres moyens de transporter du pétrole, comme le train, ils pencheront en faveur du pipeline.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne
Montréal

Port pétrolier ou pas, les retombées économiques du projet d'oléoduc Énergie Est seront au rendez-vous pour le Québec, assure le président et chef de la direction de TransCanada, Russ Girling.

Si la société décide de ne conserver qu'un seul terminal, à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, elle mettra à jour ses données quant à l'impact économique du projet au Québec, affirme le pdg.

En entrevue, il a précisé que les montants ne seraient pas vraiment moins élevés, puisque la majorité des dépenses concerne la construction de l'oléoduc, dont la mise en service a été repoussée à 2020.

«La source de développement économique sera les 4 milliards $ que nous allons dépenser [pour la construction]. C'est certain qu'avec un terminal, nous allons dépenser un peu plus», a-t-il dit en marge de la Conférence de Montréal.

Le tracé initial d'Énergie Est prévoyait le transport quotidien d'environ 1,1 million de barils de pétrole des sables bitumineux albertains à travers un oléoduc de quelque 4600 kilomètres vers le Québec et le Nouveau-Brunswick.

M. Girling a martelé que c'est au Québec que les travailleurs allaient dépenser lorsque viendra le temps, par exemple, de manger au restaurant ou de louer des chambres d'hôtel pour la construction de l'oléoduc.

«Nous allons verser annuellement aux alentours de 250 millions $ en taxes pour la durée de vie de l'oléoduc, a-t-il ajouté. Nous allons acheter plus de 100 millions $ d'énergie à Hydro-Québec, qui devra bâtir des lignes pour alimenter nos stations de pompage.»

Lorsque TransCanada avait abandonné son projet de construire un port pétrolier à Cacouna, en avril, les partis d'opposition à l'Assemblée nationale avaient affirmé que les retombées économiques s'annonçaient minces pour le Québec.

En plus des données fournies, M. Girling a ajouté que TransCanada s'était engagée à acheter de l'équipement auprès de fournisseurs locaux pendant la construction, ce qui devrait également stimuler les retombées économiques.

Pour l'instant, le patron de TransCanada n'a pas voulu dire quand l'entreprise prendra la décision de construire ou non un port pétrolier au Québec, réitérant que le processus d'évaluation suivait son cours.

En n'établissant pas d'échéancier précis, il estime que sa société ne met pas de pression inutile sur les intervenants concernés par un projet de port pétrolier à un autre endroit dans la province.

Même s'il est de passage dans la métropole pour quelques jours, M. Girling n'avait pas, pour le moment, de rencontres formelles prévues avec des ministres ou représentants du gouvernement Couillard.

Entre temps, en fin d'après-midi, lundi, après l'entrevue que M. Girling a accordée à La Presse Canadienne, Québec a confirmé son intention de confier au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) un mandat afin de se pencher sur la portion québécoise d'Énergie Est.

Le mandat consiste en deux étapes: la création d'un comité d'experts ainsi que la réalisation d'une enquête et d'une audience publique.

La surprise des bélugas

C'est la présence de bélugas - classés en voie d'extinction - au large des côtes de Cacouna, dans le Bas-Saint-Laurent, qui avait principalement forcé la société à abandonner son projet de terminal dans la région.

Sur cet aspect, M. Girling a concédé qu'il ne s'attendait pas à ce changement de classification pour le béluga.

«Cacouna remplissait toutes les conditions d'un point de vue économique, a-t-il expliqué. Mais lorsque le béluga est devenu une espèce en voie d'extinction, c'était autre chose d'un point de vue environnemental.»

Si Énergie Est a provoqué une certaine levée de boucliers au sein de la population et dans certaines municipalités concernées, TransCanada continue de croire qu'elle est toujours en mesure de vendre son projet aux Québécois.

Selon M. Girling, les gens continuent à «conduire leur voiture» et à consommer de l'énergie, même si à long terme on voudra réduire les émissions de gaz à effet de serre.

«Un oléoduc, pour acheminer une importante quantité de pétrole (...) à un endroit, est de loin le moyen de transport le plus sécuritaire», a-t-il dit.

Selon le dirigeant de TransCanada, si l'on demande aux Canadiens de choisir entre un pipeline et d'autres moyens de transporter du pétrole, comme le train, ils pencheront en faveur du pipeline.

À l'approche des élections fédérales, M. Girling a brièvement expliqué qu'il ne s'attend pas à ce que l'oléoduc Énergie Est - dont les coûts totaux sont estimés à 12 milliards $ - ne se transforme en enjeu électoral dans la province.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer