Turbine de Gentilly-2: la gestion d'Hydro scandalise la CAQ

Le député et leader parlementaire François Bonnardel s'est... (Photothèque La Voix de l'Est)

Agrandir

Le député et leader parlementaire François Bonnardel s'est fait le plus virulent.

Photothèque La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) Les têtes doivent rouler chez les patrons d'Hydro-Québec au lendemain du dévoilement de l'affaire des rotors d'une turbine de Gentilly-2, bradés pour 75 000 $ après été acheté 79 millions $, soutient la Coalition avenir Québec.

Insatisfaits des réponses du ministre de Ressources naturelles Pierre Arcand, les caquistes sont revenus à la charge avec un dossier dévoilé, la veille, par la Vérificatrice générale du Québec Guylaine Leclerc.

Le député et leader parlementaire François Bonnardel s'est fait le plus virulent. En point de presse pour présenter un projet de loi sur la protection des contribuables, il a lancé que, «bien oui, il y a des têtes qui devraient sauter chez Hydro-Québec.

«Je pense que les Québécois sont écoeurés du peu d'imputabilité que le gouvernement en place n'applique pas, a fait valoir l'élu représentant Granby. On protège l'État dans l'État. Et, on l'a vu avec ce rapport dévastateur, il y a des gens qui ont pris des décisions.»

Plus tôt, en Chambre, le chef de la CAQ a rappelé que, de l'avis de la Vérificatrice, la cession des actifs, qui a abouti à une vente à un ferrailleur chargé de la destruction des rotors, a suivi un parcours administratif manquant de rigueur. «La gestion d'Hydro-Québec est carrément scandaleuse, a martelé le leader caquiste.

«Le ministre de l'Énergie défend l'indéfendable» en accordant sa confiance aux dirigeants de la société d'État. M. Legault a de nouveau dénoncé les hausses de taxes qui se sont produites, ces derniers mois.

«Les Québécois ne sont pas des guichets automatiques à qui on demande toujours: payez, payez plus! Pendant ce temps, on gère mal. Il y a des maudites limites à manquer» aux promesses faires en campagne électorale par les libéraux.

François Bonnardel croit que le gouvernement de Philippe Couillard protège Hydro parce que «c'est sa vache à lait: c'est la façon la plus facile d'aller obtenir des dividendes additionnels année après année. On ne redonne pas les trop-perçus aux citoyens, en plus», a-t-il indiqué au passage.

Le ministre Arcand, lui, a défendu la société d'État. Il a répété que la Vérificatrice générale a laissé entendre qu'il n'aurait été possible de ne récupérer que 44 000 $ de plus, une fois la décision prise de faire affaire avec des recycleurs de métaux.

Par contre, le député-ministre de Mont-Royal a glissé qu'Hydro-Québec arrive à «une ère de changement. Nous sommes à la recherche de nouveaux dirigeants au sein d'Hydro,»  L'entreprise est sans pdg permanent à la suite du départ de Thierry Vandal et à la recherche d'une secrétaire générale depuis que Marie-Josée Nadeau a pris sa retraite.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer