Perspectives régionales pour l'habitation: le marché du neuf sur les freins

La Société canadienne d'hypothèques et de logement prévoit... (Photo Shutterstock, JJ Studio)

Agrandir

La Société canadienne d'hypothèques et de logement prévoit qu'il y aura une baisse de 4 % des mises en chantier cette année et de 15 % en 2016.

Photo Shutterstock, JJ Studio

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Baisse de 4 % des mises en chantier d'habitations cette année. Baisse encore plus marquée - 15 % - en 2016.

Mises en chantier pour la région métropolitaine de... (Infographie Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Mises en chantier pour la région métropolitaine de recensement de Québec

Infographie Le Soleil

Voilà les dernières prévisions de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) pour la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec qui couvre principalement le territoire des villes de Québec et de Lévis.

«Le choix plus vaste de propriétés à vendre sur le marché de l'existant, le stock encore important de copropriétés neuves et une croissance modérée de la démographie entraîneront une baisse de l'activité sur le marché du neuf d'ici 2016», avance la SCHL qui publiait, lundi, son rapport printanier sur les perspectives du marché de l'habitation pour 2015 et 2016.

«Ainsi, les mises en chantier diminueront de 4 % cette année, ce qui portera le total de logements nouvellement démarrés à 4250», signale la SCHL. À titre informatif, les mises en chantier sont à la baisse depuis 2012 dans la RMR de Québec. Cette année-là, il y avait eu un grand total de 6416 mises en chantier. Depuis ce temps, ça dégringole : 4680 en 2013 et 4449 en 2014.

Et la chute se poursuivra en 2016 s'il faut en croire la boule de cristal de la SCHL.

«En 2016, la baisse sera plus marquée, soit de 15 %», suggère l'autorité au Canada en matière d'habitation. «Les mises en chantier passeront sous la barre des 4000 unités pour s'établir à 3600. Ce recul résultera principalement d'un rythme de construction moins important du côté des logements locatifs, le marché s'ajustant ainsi à la plus grande proportion de logements vacants prévue cette année.»

Des condos à vendre, il y en a encore à la pelletée dans la RMR de Québec, constate la SCHL.

«Le marché de la copropriété continue de présenter un stock d'unités en construction et d'unités achevées et non écoulées relativement important. Malgré la baisse des stocks amorcée au printemps 2013, ceux-ci demeurent importants.»

Devant cette situation, la SCHL estime donc que les acheteurs de condos continueront d'avoir l'embarras du choix et le gros bout du bâton.

Quant aux mises en chantier de nouveaux condos, elles baisseront de 40 % cette année par rapport à 2014. «En 2016, elles resteront à ce niveau», note la SCHL.

S'il va se construire moins de condos, il y aura un regain d'intérêt, par contre, pour les logements locatifs. Du moins, cette année (+ 16 %). 

Ce qui devrait contribuer à faire augmenter, entre autres, le taux d'inoccupation des habitations à 3,5 % en 2015 et à 3,8 % en 2016. En dépit d'une hausse du taux d'inoccupation, le loyer moyen des appartements de deux chambres augmentera pour passer de 775 $ en 2014 à 790 $ en 2015 et à 805 $ l'année suivante.

Quant au nombre de nouveaux chantiers de construction de maisons individuelles, il se repliera de 4 % en 2015 et de 6 % en 2016.

Dans la Belle Province, les mises en chantier se modéreront cette année et augmenteront légèrement en 2016. «Une légère accélération de la croissance économique du Québec stimulera la demande d'habitations», souligne Kevin Hughes, économiste principal à la SCHL pour le Québec.

Marché de la revente

Par ailleurs, la SCHL prévoit que les ventes de maisons seront à la hausse de 4 % tant en 2015 qu'en 2016 en raison de la légère expansion du marché de l'emploi, des faibles taux d'intérêt et du plus grand choix de propriétés à vendre.

«Au total, les ventes atteindront 6700 en 2015 et 6950 l'an prochain», fait remarquer Élisabeth Koulouris, chef analyste à la SCHL pour la RMR de Québec. «Par ailleurs, malgré un certain resserrement des conditions de marché, celles-ci conduiront à de faibles croissances du prix moyen des habitations, soit de 0,5 % en 2015 et de 1,5 % l'an prochain.»

En ce qui a trait au contexte économique de la RMR de Québec, la SCHL prévoit une croissance «modérée». Le bilan migratoire devrait se maintenir. Et les taux hypothécaires ne devraient pas bouger beaucoup.

Un phénomène à surveiller : l'accélération de la croissance du nombre de personnes âgées.

«Alors que durant les cinq dernières années, la croissance annuelle moyenne de cette population a été de 1600 personnes, elle atteindra 2800 d'ici 2019, puis 4000 entre 2020 et 2024», fait-on valoir.

«Le marché de l'habitation devra donc s'adapter à cette nouvelle réalité. Les besoins de logements dans des résidences pour personnes âgées augmenteront assurément. Reste à savoir si les caractéristiques de l'offre dans les résidences correspondront aux besoins des ménages appartenant graduellement à d'autres générations et ayant des préférences probablement différentes. Enfin, il faut aussi considérer d'autres options qui pourraient concurrencer les résidences, telles que le segment haut de gamme du marché locatif traditionnel, la copropriété et même une offre de services à domicile.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer