Valcartier, une force économique

«Trop souvent, nous, les militaires, nous sommes restés... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

«Trop souvent, nous, les militaires, nous sommes restés dans nos casernes. Nous n'avons pas été capables de nous présenter. Nous avons donc décidé de nous rapprocher des gens d'affaires», a affirmé mardi le brigadier général Stéphane Lafaut, devant la chambre de commerce.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un conférencier qui remet un cadeau à son hôte qui l'a invité à prononcer une allocution devant ses membres, ça ne se voit pas souvent. C'est plutôt le contraire qui se passe.

C'est pourtant ce qu'a fait, himardier, le brigadier général Stéphane Lafaut qui a remis un médaillon de la 2Division du Canada et de la Force opérationnelle interarmées au président du conseil d'administration de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec, Éric Lavoie. 

Celui qui commande toutes les forces armées canadiennes au Québec venait de prononcer une conférence au cours de laquelle il énumérait les retombées économiques de la présence des militaires dans la région de Québec.

«C'est la première fois que nous venons parler de nous devant la Chambre de commerce et d'industrie de Québec», a déclaré le brigadier général en parlant d'un «grand honneur» qui rejaillissait sur la communauté militaire. 

«Trop souvent, nous, les militaires, nous sommes restés dans nos casernes. Nous n'avons pas été capables de nous présenter. Nous avons donc décidé de nous rapprocher des gens d'affaires. Nous croyons qu'il est important de faire connaître l'institution militaire. Tout le monde au Québec connaît un militaire, mais on ne réalise jamais l'importance de l'institution», a-t-il insisté.

«Valcartier, c'est une ville dans une ville», a cherché à imager Stéphane Lafaut.

Sur la base et au Centre de recherches Valcartier, 6200 militaires et 1500 employés civils s'activent quotidiennement. 

«Ça fait de Valcartier l'un des plus importants employeurs de la région», a noté le brigadier général. Dans les faits, Valcartier est le quatrième employeur en importance de la région de Québec derrière le CHU de Québec, le Mouvement Desjardins et l'Université Laval.

Et si l'on ajoute les conjoints et les familles, c'est plus de 20 000 personnes qui dépendent de la base militaire qui a fêté, l'an dernier, son 100e anniversaire. «Il ne faut pas oublier, non plus, les 9000 militaires qui appartiennent à la force de réserve.»

À elle seule, la masse salariale annuelle versée au personnel de Valcartier - 558 millions $ - représente près de la moitié de l'argent versé par le ministère de la Défense à ses employés au Québec.

Importants Achats

Valcartier ne vit pas d'amour et d'eau fraîche. La base s'approvisionne auprès d'entreprises des produits et des services de la région. Ce qui représente, bon an mal an, une somme de 130 millions $. «Ça ne comprend pas l'argent qui est injecté directement par le gouvernement fédéral pour la construction et la réfection d'édifices», a précisé le brigadier général Lafaut.

Selon ce dernier, entre 80 % et 90 % des travailleurs de Valcartier résident à l'extérieur de la base. Puisque les militaires voient du pays, les déménagements sont nombreux. Environ 400 familles arrivent et partent chaque année. Ça apporte de l'eau au moulin à l'industrie locale de la construction et de la rénovation domiciliaire.

À ce sujet, le brigadier général a confirmé qu'il était toujours de l'intention du gouvernement fédéral de se départir de ses terrains situés dans le quartier militaire à Sainte-Foy, derrière Laurier Québec.

Pépinière de Talents

Finalement, l'officier général a souligné que Valcartier constituait une pépinière de talents pour les entreprises de la région de Québec.

En effet, lorsqu'ils terminent leur contrat avec les Forces armées, les hommes et les femmes de Valcartier deviennent libres comme l'air. De «jeunes retraités» qui, souvent, n'ont pas 50 ans et qui possèdent un bagage d'expériences diversifiées tant dans les opérations que dans la logistique.

Il a d'ailleurs invité les entrepreneurs à joindre les rangs de la Compagnie Canada, une coalition d'employeurs favorables à l'embauche de militaires et de vétérans.

Koweït, Pologne et Ukraine

Au cours de 2015, pas moins de 900 militaires de la base de Valcartier seront déployés dans des missions à l'étranger.

Un certain nombre d'entre eux mettront le cap vers le Koweït pour aller supporter les forces de la coalition internationale. D'autres partiront, en juillet, pour prendre la relève de leurs collègues de Petawawa en poste en Pologne.

Finalement, en octobre, des militaires s'envoleront vers l'Ukraine pour participer à des missions d'entraînement avec des membres des forces armées canadiennes. 

Dans les trois cas, il s'agira d'une mission d'une durée de six mois. 

Valcartier en chiffres

  • 6200 militaires de la force régulière
  • 1500 employés civils
  • 558 millions $ de masse salariale
  • 131 millions $ en achats de produits et services dans la région
  • 400 familles qui emménagent et déménagent chaque année

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer