L'accès à la propriété s'améliore au Québec

Si l'indice de l'accessibilité à la propriété s'est amélioré de manière... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Si l'indice de l'accessibilité à la propriété s'est amélioré de manière importante au Québec, ce n'est pas le cas pour l'ensemble du Canada, souligne l'étude trimestrielle de Desjardins publiée jeudi matin.

Pour un troisième trimestre de suite, l'accès à la propriété s'est détérioré au pays à cause de la hausse du prix de vente moyen des résidences pendant que les revenus après impôts affichaient une faible hausse, expliquent les économistes de Desjardins en précisant que la baisse des taux hypothécaires a empêché une détérioration des l'indice.

Pour le Québec, l'indice d'accessibilité affichait son plus haut niveau depuis 2011. Cela est dû à la croissance des revenus des ménages légèrement supérieure à celle du prix de vente moyen. C'est ce qui aurait permis à l'indice d'abordabilité Desjardins de grimper à Saguenay, Québec, Montréal et Ottawa-Gatineau, mais de chuter à Sherbrooke où le marché est devenu l'un des moins abordables au pays.

Ailleurs au pays

Les économistes mentionnent aussi que «plusieurs agglomérations de l'Ontario ont affiché une hausse de leur IAD au premier trimestre de 2015, alors qu'une stabilité a été observée à Toronto. Ce marché est donc toujours considéré comme peu abordable.»

À l'autre bout du pays, à Vancouver «le prix de vente moyen d'une propriété a atteint près de 850 000 $» diminuant l'indice d'accessibilité alors qu'il s'est accrue à Calgary où le prix moyen de vente a fléchi pour demeurer dans la zone abordable.

Selon l'économiste Chantal Routhier, «la capacité financière des ménages d'acquérir une propriété est demeurée près de la moyenne historique au Canada en dépit du repli de l'abordabilité depuis le début de l'année.»

Au Québec selon elle, la faiblesse «des taux hypothécaires et l'amélioration du marché du travail québécois devraient redonner un peu de vigueur aux transactions», mais puisque le nombre de résidences en vente est plus élevé que la demande les prix de vente devraient demeurer stable.

Définition de l'IAD: «L'Indice d'abordabilité Desjardins (IAD) reflète l'effet combiné de l'évolution du prix des résidences, des taux hypothécaires, des autres coûts de possession et du revenu disponible sur la capacité des ménages à acquérir une propriété et à en assumer les coûts. Il permet ainsi d'évaluer les risques qui pèsent sur le marché de l'habitation et d'anticiper les grandes variations des prix des résidences.»

En un mot: IAD

«L'Indice d'abordabilité Desjardins (IAD) reflète l'effet combiné de l'évolution du prix des résidences, des taux hypothécaires, des autres coûts de possession et du revenu disponible sur la capacité des ménages à acquérir une propriété et à en assumer les coûts. Il permet ainsi d'évaluer les risques qui pèsent sur le marché de l'habitation et d'anticiper les grandes variations des prix des résidences.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer