Contrat pour Davie: Couillard interpelle les députés conservateurs

Le premier ministre Philippe... (La Presse, Robert Skinner)

Agrandir

Le premier ministre Philippe

La Presse, Robert Skinner

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le premier ministre Philippe Couillard enjoint les députés conservateurs du Québec à plaider la cause du chantier Davie auprès d'Ottawa en vue de contrats de construction navale.

Alors que le budget Oliver prévoit une hausse de 3 % dans l'enveloppe de la Défense nationale, aucune démonstration des retombées économiques pour les régions n'a été faite, a déploré mercredi M. Couillard.

«Le dossier que l'on suit de plus près, et pour lequel on fait des représentations, c'est le projet de navires ravitailleurs de la marine canadienne pour lequel Chantier Davie est en lice», a souligné le premier ministre.

Ottawa cherche à compenser pour la mise au rancart du Protector et du Preserver, ses deux seuls navires de ravitaillement. Un dossier qui accuse un certain retard. Ce sont actuellement des navires alliés qui, lors de missions à l'étranger, permettent de renflouer la marine canadienne en vivres, carburant, munitions et en pièces de rechange.

«Il y a des processus à suivre pour l'octroi de contrats, mais on espère que nos collègues représentants du Québec dans le gouvernement fédéral vont faire une forte représentation pour la Davie», a déclaré le premier ministre.

L'entreprise de Lévis a surmonté ses difficultés financières passées jusqu'à être désignée «chantier naval de l'année 2015 en Amérique du Nord» par un panel de l'industrie, a noté M. Couillard. «Ce n'est pas rien», s'est-il enthousiasmé.

Le ministre de l'Économie, Jacques Daoust, a plaidé pour que le Québec reçoive sa «juste part» des investissements fédéraux en Défense.

Les chantiers des Maritimes ont du travail pour les 20 prochaines années avec la construction des navires de combat, a noté M. Daoust. En Colombie-Britannique, a-t-il poursuivi, il faut agrandir le chantier pour répondre à des contrats de l'ordre de 8 milliards $.

«Il reste une place où il s'en fait de la construction navale, c'est à Québec avec une expertise qui est plus que centenaire. [...] Mais je ne veux pas qu'on ait des miettes. Je veux des vrais contrats, des bons contrats. Il faut assurer la pérennité de ce chantier-là.»

Un enjeu de campagne

Le maire de Lévis entend quant à lui profiter du momentum politique. C'est sûr que, pour nous, ça va être un enjeu majeur au niveau de la campagne électorale» fédérale, a prévenu Gilles Lehouillier, mercredi, en marge d'une conférence de presse à l'hôtel de ville.

«Je sais un peu comment ça fonctionne un budget et c'est vrai que des projets spécifiques sont rarement annoncés dans le cadre d'un budget. Mais on a bon espoir que le gouvernement fédéral va accorder une attention particulière au chantier Davie.»

M. Lehouillier a précisé qu'il ne s'attendait pas à des subventions, mais à «une saine répartition au niveau des contrats qui sont octroyés par le fédéral entre les trois grands chantiers navals, dont la Davie».

«On sait que les deux autres chantiers, celui de l'est et celui de l'ouest, sont passablement gavés. Je pense qu'ils ne sont plus capables d'en prendre», a-t-il insisté. Avec Annie Morin

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer