Budget Oliver: quatre partis, quatre accueils différents à Québec

En point de presse à l'Assemblée nationale, le... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

En point de presse à l'Assemblée nationale, le ministre Carlos Leitão a accueilli le budget Oliver presque avec résignation.

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) Le budget que le ministre fédéral Joe Oliver vient de déposer à Ottawa divise les parlementaires à Québec.

En point de presse à l'Assemblée nationale, le ministre Carlos Leitão l'a accueilli presque avec résignation. Le Parti québécois y a vu un énoncé chargé de «bonbons électoraux», mais de mauvais augure pour Québec. La Coalition avenir Québec a applaudi et Québec solidaire a dénoncé.

Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão, s'est montré partagé devant les décisions fédérales. Il a trouvé «de bonnes nouvelles en matière de développement économique qui favorise la croissance au Québec». Du même souffle, il a ajouté qu'il «est décevant de constater que nos demandes en transfert [de fonds fédéraux] en santé n'ont pas été entendues», ni celles sur les infrastructures pour le transport en commun.

Il s'est montré agacé par la décision d'augmenter le total des sommes que les contribuables peuvent placer dans des CELI, les comptes d'épargne libres d'impôt. Les Québécois pourront en profiter comme les autres Canadiens, a-t-il indiqué, mais «si moi, j'avais cette marge de manoeuvre, j'aurais fait les choses différemment».

Le choix d'Ottawa ne sera pas sans lui compliquer la vie. S'il décide de s'aligner sur la nouvelle donne fédérale en matière de CELI, cela coûtera au trésor québécois entre 15 et 20 millions $, a-t-il calculé.

Le critique pour le PQ, Nicolas Marceau, a évoqué un contraste «saisissant» entre Ottawa et Québec et une «journée de paradoxe» où le gouvernement de Stephen Harper a distribué «des bonbons électoraux à sa base conservatrice» tandis que celui de Philippe Couillard «vote un budget de l'austérité».

M. Marceau a critiqué le premier ministre Couillard de n'avoir eu «aucune demande» pour les transferts fédéraux en matière de financement de la santé. «Quand on ne demande rien, on n'obtient rien.» Si les fonds sont intacts pour l'année, «dans deux, trois ans», les coupes prévues ramèneront et aggraveront les difficultés de Québec pour atteindre l'équilibre budgétaire, a prédit Nicolas Marceau.

Le caquiste François Bonnardel s'est réjoui qu'Ottawa «confirme qu'il est possible de faire le ménage dans les finances de l'État, d'équilibrer le budget, tout en réduisant le fardeau fiscal des familles». Philippe Couillard, lui, a «choisi de piger dans les poches des contribuables pour tenter d'atteindre l'équilibre budgétaire». Selon M. Bonnardel, s'il y a «peu de mesures de développement économique» pour les Québécois, c'est que «Philippe Couillard n'a pas su défendre les intérêts du Québec».

Rien «pour les gens ordinaires», a dit Québec solidaire. Plutôt que de revamper le CELI, il faut plutôt offrir «des bons régimes de retraite» publics, a commenté Françoise David. Ottawa ignore toujours le logement social, mais consacre des centaines de millions de dollars à la sécurité sur la colline parlementaire, aux «machines de guerre» et à l'armée, a-t-elle soulevé. «Sommes-nous surpris? Non. Le gouvernement Harper est un gouvernement militariste. Nous le dénonçons depuis longtemps.»

Ce qu'ils ont dit...

«Les conservateurs ont raté l'occasion de réaliser des investissements intelligents pour créer des emplois stables et à temps plein, des places en garderie et des logements abordables.» - Le chef du NPD, Thomas Mulcair

«Les familles canadiennes méritent d'avoir une chance réelle et équitable de réussir, mais la priorité de M. Harper est d'allouer deux milliards de dollars pour le fractionnement du revenu et doubler la limite des CELI. [...] Ces mesures ne profiteront qu'aux plus riches et se feront sur le dos de la classe moyenne» - Le chef du Parti libéral, Justin Trudeau

«La question environnementale, l'avenir de nos régions, l'aide à celles et ceux qui en ont le plus besoin ou encore la prévention de la radicalisation, tout cela est absent du budget.» - Le chef du Bloc québécois, Mario Beaulieu

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer