GM veut faire un projet «extraordinaire» avec l'édifice Chauveau

La Ville de Québec a décidé de se... (Photo le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

La Ville de Québec a décidé de se départir de ses droits sur le 2, Pierre-Olivier-Chauveau, plutôt que de rénover l'immeuble dans lequel travaillent environ 150 fonctionnaires.

Photo le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Geneviève Marcon, présidente de GM Développement, veut faire un «projet extraordinaire» sur un «site exceptionnel», celui de l'édifice Chauveau, au coeur du Vieux-Québec.

La Ville de Québec a décidé dese départir de ses droits sur le 2, Pierre-Olivier-Chauveau, plutôt que de rénover l'immeuble dans lequel travaillent environ 150 fonctionnaires. D'ici janvier 2017 au plus tard - c'est le temps prévu pour trouver de nouveaux locaux et déménager -, l'administration municipale cédera son bail emphytéotique à GM Développement contre1,65 million de dollars. C'est 60 ans avant l'échéance.

Le promoteur immobilier était déjà propriétaire du terrain, acquis de l'assureur Prudential Life il y a une vingtaine d'années.

Au dernier rôle d'évaluation, le bâtiment s'est vu attribuer une valeur de 5,2 millions $ tandis que le terrain atteint presque600 000 $. Plusieurs travaux s'imposent sur l'édifice datant de 1964, à commencer par l'enveloppe extérieure, source d'inquiétude ces dernières années. L'électricité et la climatisation seraient également à refaire. L'intérieur doit être complètement repensé.

«On souhaiterait conserver la structure», indique Geneviève Marcon, présidente de GM Développement, qui ne veut pas nécessairement monter plus haut que les sept étages permis actuellement par le zonage. «Pour l'instant, on travaillerait dans les limites de la réglementation. C'est juste l'usage, il faut voir lequel serait le meilleur», ajoute-t-elle.

À l'écoute des citoyens

L'emplacement, tout juste derrière l'hôtel de ville, permet aussi bien du commercial, des bureaux, du résidentiel que de l'hôtellerie. Un moratoire plafonne toutefois à deux le nombre d'hôtels dans cette zone et le maximum est atteint. Quant à l'option des condos, elle pourrait se buter aux limites de la fenestration et à la difficulté d'ajouter des balcons.

«Nous, ce qu'on compte faire, c'est d'analyser toutes les possibilités, être à l'écoute des citoyens et des commerçants, aller les consulter et voir ce qu'eux en pensent», fait valoir Mme Marcon.

Chose certaine, le projet devra avoir des qualités esthétiques. «On est à l'intérieur des murs, alors il y a des règles très, très strictes. Par contre, on est habitués, on en a fait plusieurs», dit la femme d'affaires. Celle-ci rêve d'un «projet extraordinaire» pour un «site exceptionnel».

La planification débutera dès que la transaction sera approuvée par le conseil municipal.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer