Une idée née en Colombie germe au Québec

Carlos Alarcon a décidé de créer son propre... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Carlos Alarcon a décidé de créer son propre emploi au Québec en concevant un site de services pour la Colombie, sa terre d'origine.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À la recherche d'un professeur privé en Colombie, Carlos Alarcon ne trouve rien et lance l'idée d'un site Web qui mettrait en lien les consommateurs à la recherche d'un service avec les professionnels capables de répondre à la demande. Il pense alors à l'organisation de mariages. Il constate que les mariages sont concentrés sur quelques mois au Québec, alors qu'en Colombie, il y en a à longueur d'année.

Arrivé au Québec en 2011, il note le taux de chômage élevé chez les immigrants pendant qu'il exerce des métiers loin de sa formation d'administrateur d'entreprise avec son MBA de l'Université de Madrid. Il estime qu'il devrait créer son emploi.

Il découvre Québec International et son volet Québec Startup avec le coach Davender Gupta. Il reprend son idée, travaille un plan d'affaires et commence à organiser un site Web pour les Colombiens qui n'ont pas accès à un site agrégateur regroupant divers services.

Son projet se transforme au point que l'organisation de mariage devient une sous-catégorie de la section sur l'organisation d'événements, greffée au portail du site avec les sections éducation, rénovation et bien-être personnel.

C'est un peu comme le site GoSoumissions pour les projets de rénovation au Québec, mais avec des catégories qui peuvent répondre aux besoins des Colombiens. «Contrairement à Google où il faut payer pour se retrouver dans les premiers liens offerts, ajoute-t-il, les professionnels répertoriés ont choisi une nouvelle manière de se faire connaître.»

Gestion en terre québécoise

Ainsi, une idée lancée en Colombie est venue mûrir au Québec pour retourner en Colombie, mais dont la gestion se fera en terre québécoise. Le site seloreco miendo.com, qui signifie «je vous recommande» en français, vient d'être mis en ligne dans le pays d'origine de M. Alarcon.

«L'idée de base que j'ai développée au départ avec une amie québécoise était de trouver le meilleur service au meilleur prix», souligne M. Alarcon. «En plus, les clients pourront laisser des commentaires sur les services qu'ils ont reçus. Les autres consommateurs pourront avoir une meilleure idée de la qualité des services offerts.»

Dans son site, il regroupe 700 catégories dans les quatre sections. Pour le consommateur, les recherches sont gratuites, mais pour les entreprises il y a une commission à verser en fonction des soumissions acceptées. Et pour lui, c'est aussi une manière de faire une place aux jeunes professionnels et aux petites entreprises qui ont du talent, mais qui n'ont pas les moyens d'acheter des mots-clics pour être dans le haut de la liste des résultats de recherche sur Google.

Si l'outil de référencement est en fonction pour la Colombie, M. Alarcon vise une croissance dans les pays latino-américains, notamment au Pérou et au Chili, où il songe à reproduire son modèle d'affaires. «Il faudra faire une bonne campagne de marketing pour accroître la visibilité, avoue-t-il, mais le marché est là.»

Son rêve, si tout va bien, serait de pousser plus loin son concept pour l'adapter au marché francophone québécois, et en anglais, pour le reste du Canada et des États-Unis dans la mesure où il pourra dénicher des investisseurs pour le soutenir dans ses démarches de développement.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer