Assurance médicaments: «épargnes substantielles» en vue, selon Leitão

En début d'année, le ministre Gaétan Barrette a... (Photothèque La Presse)

Agrandir

En début d'année, le ministre Gaétan Barrette a affirmé que des économies entre 600 et 800 millions $ par année, à terme, sont envisageables par une négociation plus serrée de l'achat des médicaments.

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre des Finances, Carlos Leitão, estime qu'il est possible de faire d'importantes économies à l'assurance médicaments par différentes mesures. Il a lié ces économies à l'adoption d'un projet de loi qui est toujours à l'étude en commission parlementaire.

«Dans le projet de loi 28, il y a justement des éléments qui vont nous donner des épargnes substantielles en termes d'inscription des médicaments et de réduction de la facture de l'État. Le plus vite on peut adopter le projet de loi, le plus vite on pourra commencer à valider ces épargnes. Ce chantier est très important», a répondu le ministre devant les journalistes.

Il a également indiqué que le ministre de la Santé accordait une grande importance à réduire le coût des médicaments. «Notre collègue de la Santé a plusieurs chantiers qui se déroulent et celui-là est un des chantiers qu'il regarde aussi», a dit M. Leitão.

Par contre, les épargnes dont parle le ministre des Finances ne deviendront pas une réalité rapidement. M. Leitão a indiqué que le premier impact d'une réduction des coûts des médicaments ne se fera pas sentir avant quelques mois, voire quelques années. 

Contribution des usagers

Le budget de l'an prochain prévoit une augmentation des coûts de 55 millions $ au régime public d'assurance médicaments. La hausse sera financée par les contributions des usagers. La part payée par le gouvernement sera réduite de 7 millions $. Le ministre a indiqué qu'il n'y aurait pas pour autant une augmentation des primes aux usagers mise à part une hausse liée à l'indexation. Le budget du régime public d'assurance médicaments publique sera de près de 3,6 milliards $ en 2015-2016.

La semaine dernière, le Commissaire à la santé dont le mandat est d'évaluer la performance du système de santé a avancé qu'il serait possible de faire des économies de centaines de millions de dollars dans l'assurance médicaments en couvrant les médicaments les moins chers et les plus efficaces sans diminuer les soins, comme le font d'autres provinces.

En début d'année, le ministre Gaétan Barrette a affirmé que des économies entre 600 et 800 millions $ par année, à terme, sont envisageables par une négociation plus serrée de l'achat des médicaments.

297 millions $ aux médecins

Par ailleurs, le budget prévoit une hausse de 297 millions $ - ou de 4,5 % - de la rémunération des médecins au cours de la prochaine année budgétaire. Il s'agit de la plus forte augmentation de dépenses au gouvernement, laquelle accapare la majeure partie des nouveaux fonds dévolus à la santé. La hausse de rémunération servira à augmenter les tarifs payés aux médecins à la suite des ententes avec les fédérations médicales sur l'étalement. De plus, les nouveaux fonds serviront à payer les nouveaux médecins ainsi que l'augmentation des services donnés aux patients. En 2015-2016, la rémunération totale des médecins sera de plus de 6,8 milliards $.

À l'inverse, le gouvernement réduit de près de 200 millions $ le budget des hôpitaux. Il est question de revoir la pertinence de certains services sans toutefois les identifier. De plus, on prévoit des économies de 107 millions $ dans l'administration de la santé, fort probablement des suites des fusions d'établissements avec la loi 10.

***

La taxe santé éliminée... en 2019

La taxe santé sera réduite de façon progressive à compter de 2017, a annoncé, hier, le ministre des Finances.

Il s'agissait d'un engagement des libéraux lors de la dernière campagne électorale. Lorsqu'ils feront leur déclaration de revenus en 2018, 2,1 millions de contribuables avec un revenu net ne dépassant pas 42 235 $ n'auront plus à payer la contribution de 100 $ destinée au fonds de financement des établissements de santé. L'économie pour ces contribuables sera de moins de 2 $ par semaine. Ceux dont le revenu net varie entre 42 235 $ et 137 250 $ verront leur taxe santé diminuer de 200 $ à 125 $ en 2017.

L'année suivante, leur contribution sera réduite à 80 $ et elle sera complètement annulée en 2019. Les contribuables avec un revenu net dépassant 137 250 $ verront leur taxe santé diminuer de 1000 $ à 800 $ en 2017, de 800 $ à 600 $ en 2018. Elle sera éliminée en 2019. Cette année, la taxe santé rapportera 734 millions $ dans les coffres de l'État. Par ailleurs, la hausse d'impôt de 1,75 point attribuable à la contribution santé ne sera pas éliminée. Elle sera plutôt intégrée à la table d'imposition.

***

Catastrophe, selon la FIQ

Le budget du ministre des Finances est une «catastrophe» pour le réseau de la santé, selon la vice-présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), Nancy Bédard. D'importantes compressions sont à prévoir dans les hôpitaux, CHSLD et CLSC au cours des prochains mois.

À son avis, la hausse de 1,4 % du budget de la santé dont la majeure partie est réservée pour la rémunération des médecins est largement insuffisante pour répondre aux besoins.

En campagne électorale, les libéraux avaient promis une augmentation de 4 % du budget de la santé. Chaque 1 % représente une somme de plus de 300 millions $. 

***

L'Enfant-Jésus à l'étude

La construction d'un nouvel hôpital à l'Enfant-Jésus, au coût de plus de 2,1 milliards $, et le projet d'un nouveau centre hospitalier à La Malbaie font partie des projets d'infrastructures à l'étude du ministère de la Santé et des Services sociaux. Il s'agit de la première étape pour la réalisation de ces projets. À l'Enfant-Jésus, la première phase consiste en l'aménagement d'un nouveau centre de radiothérapie pour remplacer celui de L'Hôtel-Dieu de Québec. Il est toujours question d'ouvrir le centre en 2019.

***

Radiothérapie à Lévis

Le projet d'un centre de radiothérapie au coût d'une centaine de millions de dollars à l'Hôtel-Dieu de Lévis avance. Il est maintenant inscrit dans les projets en planification du ministère de la Santé.

***

L'hôpital de Baie-Saint-Paul

Le plan d'infrastructures du gouvernement confirme la construction d'un nouvel hôpital à Baie-Saint-Paul au coût de 326 millions $. Des dépenses de 75 millions $ ont été prévues cette année pour ce projet, de 244 millions $ l'année suivante et de 319 millions $ par la suite.

***

Des coûts de 77,6 millions $

Le projet d'agrandissement de L'Hôtel-Dieu de Québec - qui a été abandonné en 2013 au profit d'un nouvel hôpital à l'Enfant-Jésus - a coûté 77,6 millions $, selon les données du ministère des Finances.

***

Majeure partie des dépenses pour Montréal

La majeure partie des investissements dans la santé sera réalisée dans la région de Montréal au cours de la prochaine année budgétaire. Les travaux au CHUM, au CUSM, à Sainte-Justine, à l'Hôpital juif et à l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont accapareront 85 % du budget d'infrastructures en santé pour tout le Québec qui totalise 604 millions $.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer