Contrats fédéraux: au tour de Chantier Davie Canada d'être «gavé»

Les deux navires de la société norvégienne Cecon... (Photo fournie par Chantier Davie Canada)

Agrandir

Les deux navires de la société norvégienne Cecon seront livrés à la fin du troisième trimestre de 2015 et au début de 2017.

Photo fournie par Chantier Davie Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Maintenant que deux de ses principaux concurrents au Canada - Irving Shipbuilding et Vancouvers Shipyards - ont été bien «gavés» par les contrats fédéraux de construction navale, Ottawa n'a plus d'autre choix que de se tourner vers Chantier Davie Canada, «le plus grand chantier maritime au pays», clame le maire de Lévis, Gilles Lehouillier.

Le chef de la direction de Davie, Alan... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 1.0

Agrandir

Le chef de la direction de Davie, Alan Bowen, le ministre délégué aux Transports et à l'implantation de la Stratégie maritime, Jean D'Amour, et le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, ont dévoilé une plaque lors de la cérémonie marquant le 190e anniversaire du chantier naval de Lévis.

Le Soleil, Patrice Laroche

«Nous sommes confiants que le gouvernement va dire oui à la Davie», a-t-il ajouté en rappelant que le contexte avait changé depuis octobre 2011 alors qu'Ottawa, au terme d'un processus de sélection indépendant, avait attribué à Irving Shipbuilding et à Vancouver Shipyards des lots de contrats totalisant 33 milliards $ s'étendant sur une période de 20 à 30 ans pour la construction de grands navires pour la Marine royale canadienne et la Garde côtière.

«Aujourd'hui, le contexte est totalement différent», a rappelé le maire Lehouillier qui participait, mardi, au dévoilement d'une plaque commémorant le 190e anniversaire du chantier naval de Lévis. 

«En 2011, Davie était virtuellement en faillite. La dynamique a totalement changé», a-t-il mentionné en soulignant que

1100 travailleurs s'activent aujourd'hui au chantier qui possède la plus grande cale sèche au Canada et la capacité de production la plus importante. «Et, contre toute attente - rappelez-vous des prévisions des prophètes de malheur -, Davie, ça marche! Il faut saluer le courage et la détermination de la direction et des travailleurs qui ont réussi l'impensable. Ce qui, il y a quelques mois encore, semblait pourtant inimaginable.»

Pétrolier-ravitailleur

Au cours des derniers mois, Ottawa a fait confiance à Chantier Davie pour la modernisation de trois navires de la Garde côtière.

Par ailleurs, le chef de la direction de Davie, Alan Bowen, a confirmé qu'une proposition avait été soumise au gouvernement fédéral visant à convertir un porte-conteneurs en un pétrolier-ravitailleur pour la Marine royale canadienne qui procède actuellement au renouvellement de cette flotte de navires.

«Notre proposition répond aux exigences établies par le gouvernement fédéral. Pour le moment, elle est à l'étude et nous savons que le gouvernement considère favorablement l'option que nous leur présentons», a-t-il indiqué en signalant que Davie allait livrer à l'automne le premier des deux bateaux-passeurs construits pour la Société des traversiers du Québec. Le deuxième suivra quelques mois plus tard. Quant aux deux navires de la société norvégienne Cecon, ils seront livrés à la fin du troisième trimestre de 2015 et au début de 2017 respectivement.

Stratégie maritime

Y aura-t-il de l'aide pour Chantier Davie Canada et les autres entreprises de construction navale dans le budget 2015-2016 que présentera, demain, le ministre des Finances, Carlos Leitão?

«Je suis rempli d'espoir», a confié le ministre délégué aux Transports et à l'implantation de la Stratégie maritime, Jean D'Amour.

«Je ne veux pas dévoiler des détails du budget, mais il y aura de l'argent pour la construction navale. Je suis convaincu que, jeudi, on saura être à la hauteur», a-t-il indiqué en rappelant que la Stratégie maritime - qui prévoit la création de 30 000 emplois sur un horizon de 15 ans - constituait une priorité pour le gouvernement Couillard.

Aux yeux du ministre D'Amour, il est clair qu'il faut qu'il y ait des «leviers, des outils sur le plan financier» pour aider Davie à faire sa place sur l'échiquier international, notamment dans l'espoir de décrocher des contrats à l'extérieur du Canada. 

Il a souligné que le chantier de Lévis savait se démarquer, notamment en proposant des technologies innovantes, notamment l'utilisation du gaz naturel liquéfié comme moyen de propulsion des navires.

=> Quelques chiffres

  • 717: Le nombre de navires construits par Chantier Davie Canada depuis sa fondation en 1825 par le capitaine Allison Davie.
  • 1100: Le nombre d'employés actuellement à Chantier Davie Canada. Ils étaient 35 au moment de l'acquisition du chantier par Zafiro en novembre 2012.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer