Recherche d'emploi: l'informatique, un obstacle

La directrice générale de Libre Emploi, Sonia Claveau... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

La directrice générale de Libre Emploi, Sonia Claveau

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les nouvelles technologies ont envahi les procédures de recrutement déployées par les entreprises pour dénicher les perles rares. Leur utilisation à outrance, par contre, isole des chercheurs d'emploi pour qui un ordinateur est une sorte de monstre indomptable.

«Des gens qui n'ont pas une adresse de courriel, ça existe encore», lance Sonia Claveau, la directrice générale de Libre Emploi, un organisme de Limoilou qui offre des services ponctuels et personnalisés d'aide à la recherche d'emploi. Libre Emploi reçoit 1200 nouveaux clients par année. Des gens aptes au travail qui ont besoin d'un coup de pouce pour trouver un nouvel emploi. De l'aide pour rédiger un CV. Des conseils pour se préparer à une entrevue d'embauche. Des trucs pour effectuer des recherches fructueuses dans les sites d'emploi.

Une bonne partie de la clientèle de Libre Emploi est composée de personnes de 50 ans et plus. Beaucoup de journaliers, d'ouvriers, des manoeuvres qui, dans la vie de tous les jours, n'ont pas à utiliser un ordinateur. «Des manuels. Pas des technos», résume Pierre Plourde, conseiller en emploi et cofondateur de Libre Emploi. «Ils ont peur des ordinateurs.»

Formulaires sur le Web

Or, en raison des nouvelles façons de faire dans le recrutement de la main-d'oeuvre afin de simplifier le traitement des demandes, les employeurs demandent maintenant aux chercheurs d'emploi de remplir des formulaires sur le Web pour présenter leur candidature ou encore d'envoyer leur CV par courriel. «À la Foire de l'emploi, il y a même des employeurs qui vont refuser de prendre les CV et qui vont demander aux chercheurs d'emploi d'aller sur leur site corporatif pour remplir un formulaire», constate Sonia Claveau, en soulignant que, bien souvent, ces formulaires sont incompréhensibles. Et dans le cas des multinationales, la qualité du français en prend fréquemment pour son rhume.

Se disant pourtant «à l'aise avec l'informatique en général», Mme Claveau avoue qu'elle trouve difficile de remplir le formulaire permettant de postuler en ligne pour un emploi à la Ville de Québec. Ce n'est guère mieux à la Ville de Lévis. «J'ai déjà fait la remarque aux gens de ressources humaines des deux villes à l'effet qu'elles se privaient d'excellentes candidatures en raison de la barrière que représente l'informatique pour certains chercheurs d'emploi», raconte Sonia Claveau, qui est nostalgique de l'époque où une personne sans travail pouvait prendre le téléphone pour s'enquérir des postes offerts et pour poser des questions aux recruteurs.

De là l'importance de la Foire de l'emploi de Québec et des salons de l'emploi qui poussent un peu partout.

«Le fait de pouvoir parler à un employeur, ça encourage le chercheur d'emploi. Ça lui apporte une énergie nouvelle. Il se rend compte qu'il n'est pas seul dans sa chaloupe. Ça le rassure», signale Sonia Claveau en mentionnant que Libre Emploi organisait des ateliers «préfoire» pour faire en sorte que les chercheurs d'emploi puissent tirer profit de leur visite à ce supermarché de l'emploi qui réunit une centaine d'employeurs et d'agences de recrutement de main-d'oeuvre. Les participants apprennent, notamment, à bien se préparer pour identifier les bons emplois et les bons employeurs et à développer des stratégies pour attirer l'attention des recruteurs.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer