Oléoduc d'Énergie Est: 710 km de cohabitation avec Hydro-Québec

Le tracé proposé pour l'oléoduc pétrolier Énergie Est longe les lignes à haute... (Photo d'archives)

Agrandir

Photo d'archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) Le tracé proposé pour l'oléoduc pétrolier Énergie Est longe les lignes à haute tension d'Hydro-Québec sur plusieurs centaines de kilomètres, indique la société d'État.

Hydro fait part de cette observation dans une lettre expédiée lundi à l'Office national de l'énergie. L'organisme fédéral de réglementation se prépare à tenir des audiences sur le mégaprojet du promoteur TransCanada.

Les rédacteurs de la «lettre de commentaires» précisent que ce sont surtout les corridors des lignes de transport de 735 kV et de 315 kV qui se trouvent en parallèle de l'oléoduc sur 710 km.

Sur le territoire québécois, «de nombreux croisements» se produisent «dans les emprises de lignes. En certaines occasions, les équipements d'Hydro-Québec et de TransÉnergie devront cohabiter avec ceux de TransCanada Pipelines et ce, dans une même emprise».

Hydro-Québec se garde d'être alarmiste. Par contre, elle note certains aspects liés à la sécurité dans la cohabitation des deux types de transport d'énergie. Ainsi, «à l'emprise projetée du pipeline, s'ajoute la zone de sécurité de 30 mètres [...] qui constitue une contrainte additionnelle pour l'exploitation des installations» d'Hydro.

La société d'État ajoute que l'aménagement de l'oléoduc «pourrait limiter et affecter l'exploitabilité, la maintenance et la croissance de son réseau électrique». Les dirigeants d'Hydro sont préoccupés par «la proximité du pipeline projeté» pour ce qui est du développement du réseau «et des coûts des mesures de protection des installations» existantes ou à venir.

La missive signale que «la présence des lignes d'électricité à haute tension à proximité d'un pipeline peut engendrer [...] des phénomènes d'induction, de corrosion et de champs magnétiques» sur les installations d'Énergie Est.

Les rédacteurs de la note mentionnent «qu'en cas de bris de l'oléoduc, les installations d'Hydro seront vraisemblablement touchées. Des interruptions de service pourront survenir avec toutes les conséquences qui en résultent, incluant la perte d'alimentation électrique».

Hydro-Québec a décliné la demande du Soleil pour obtenir davantage de précisions sur les craintes en matière de sécurité. Un document plus étoffé sera déposé si l'Office national de l'énergie accepte que les représentants de la société d'État participent aux audiences.

«Pouponnière»

La période pour la consultation ne peut être arrêtée tant que TransCanada n'a pas décidé s'il maintient ou non son projet d'installer un port pétrolier à Cacouna. Cet aspect du projet est remis en question depuis que les bélugas ont été désignés «espèce en voie de disparition». Le secteur du Saint-Laurent, au large de Cacouna, est considéré comme la «pouponnière» de ces mammifères marins.

L'oléoduc Énergie Est nécessitera 12 milliards $ pour sa réalisation. Il est destiné à transporter des hydrocarbures, dont du pétrole tiré des sables bitumineux de l'Alberta; il doit relier cette province de l'Ouest au Nouveau-Brunswick, sur une distance de 4600 kilomètres.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer