Un programme fidélité pour inciter les Québécois à dépenser... au Québec

Selon Paul Thibaudeau, de la firme de communication... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Selon Paul Thibaudeau, de la firme de communication EFF, 90 % de l'augmentation des dépenses touristiques des Québécois se font à l'extérieur du Québec.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À l'image d'Air Miles ou d'Aéroplan, l'industrie touristique du Québec se dote d'un programme de fidélisation où la nouvelle «devise» pourra être dépensée dans les attractions de la province. Un moyen, disent ses instigateurs, d'inciter les Québécois en vacances à consommer à la maison plutôt qu'à l'étranger.

Les points amassés par les membres chez les partenaires participants serviront par exemple à payer une partie de golf en Estrie, dévaler les pentes en ski d'une montagne de Charlevoix ou encore passer la nuit dans un chalet des Laurentides.

«Les Air Miles sont remis pour être dépensés à l'extérieur du Québec. Nous, c'est complètement l'inverse qu'on veut faire», explique Paul Thibaudeau de la firme de communication EFF. Avec la multinationale québécoise AIMIA, qui est derrière Aéroplan notamment, il travaille depuis des années à la mise sur pied de ce «grand programme de coalition de type socioéconomique» qui sera lancé en 2015.

De nombreuses organisations et de «grands joueurs», qu'il refuse pour l'instant de nommer, se seraient joints à l'initiative. Le ministère du Tourisme aurait lui-même investi dans le plan d'affaires. «Les grands gagnants dans tout ça, ce ne sont pas les gestionnaires du programme, mais l'industrie touristique et l'économie québécoise, avance M. Thibaudeau. L'objectif, poursuit-il, est de développer la demande pour les produits touristiques québécois.»

«Notre marché primaire s'effrite de façon extrêmement dangereuse, 90 % de l'augmentation des dépenses touristiques des Québécois se font à l'extérieur du Québec. Ça nous fait mal, il faut avoir une stratégie pour arrêter cette hémorragie, favoriser la rétention et inciter les gens à voyager plus souvent et plus longtemps au Québec», fait valoir le consultant en marketing qui a notamment créé le programme des Petro-Points pour Petro-Canada et la passe Ski Passe-Partout pour l'Association des stations de ski du Québec.

Paul Thibaudeau croit que le programme, dont le nom demeure toujours secret, permettra du même coup de créer une base de données touristiques «nationale» qui donnera notamment accès à du marketing relationnel, des sondages, des études de marché, des promotions, et ce, en temps réel. Davantage de détails devraient être dévoilés d'ici une semaine ou deux.

Les hôteliers se lancent aussi

D'autres joueurs de l'industrie ont aussi décidé de miser sur un programme de fidélisation. L'Association hôtelière du Québec (AHQ) s'apprête à lancer son programme, le Club HQ, pour contrer les sites de réservation en ligne, comme Expedia ou Booking.com, qui grugent les marges de profit des hôteliers.

Le président de l'AHQ, Alain Girard, explique que le projet vise à inciter la clientèle à réserver directement sur les sites Internet des hôteliers plutôt que ceux de multinationales qui se prennent des commissions allant parfois jusqu'à 25 % du prix d'une nuitée. «Et on veut aussi fidéliser une clientèle d'affaires qui voyage au Québec», renchérit-il.

Selon lui, cela permettra aux «indépendants» d'être plus compétitifs et de jouer dans la cour des chaînes qui ont leurs propres systèmes de rabais et d'accumulation de points. Le Club HQ pourrait être lancé au mois de mai si l'Association atteint son objectif de réunir 9000 à 10 000 chambres à travers la province. «C'est un outil de plus pour se commercialiser, faire du marketing et surtout fidéliser notre clientèle», conclut M. Girard.

Si les deux initiatives sont lancées simultanément, cela relève du pur hasard. Mais selon Paul Thibaudeau, elles n'ont pas les mêmes visées et ne sont donc pas en concurrence. Il invite par ailleurs les hôteliers à se joindre à son programme s'ils le souhaitent.

Le gouvernement du Québec procède présentement à la révision de son modèle d'affaires pour le développement de l'industrie touristique et doit présenter sous peu son plan. Parmi les scénarios étudiés, la centralisation de la taxe spécifique sur l'hébergement et l'uniformisation du taux perçu a notamment suscité la grogne dans le milieu.

Une bonne idée, mais...

Le consultant en marketing spécialisé dans le domaine du tourisme, Frédéric Gonzalo, voit d'un bon oeil les deux programmes de fidélisation qui s'apprêtent à être lancés dans l'industrie touristique québécoise. Mais il regrette que leurs initiateurs n'aient pas su coordonner leurs efforts alors que les Québécois collectionnent déjà les cartes de points.

«Toute initiative qui incite les Québécois à voyager et à dépenser plus dans la province est bonne sur papier. Mais est-ce que ça va les interpeller?» questionne M. Gonzalo, qui a été le premier à ébruiter les projets de l'Association hôtelière du Québec (AHQ) et de EFF et AIMIA dans le bulletin Web Tourismexpress.

Il éprouve aussi quelques doutes au sujet du Club HQ, qui semble, selon lui, être une initiative d'hôteliers propriétaires qui n'arriveront peut-être pas à obtenir un nombre critique d'adhérents pour avoir une force de frappe satisfaisante.

Quant au futur «grand programme de coalition de type socioéconomique» promis par EFF et AIMIA, il est davantage optimiste, car il estime qu'en raison de son envergure, ses gestionnaires sauront davantage s'adapter au marché et aux technologies. Et contrairement au Club HQ qui ajoutera une carte aux portefeuilles des Québécois, il est fort à parier selon M. Gonzalo que le programme calqué sur les Aéroplans et les Air Miles sera plus tourné vers Internet.

Dans les deux cas, les ressources financières investies pour en faire leur promotion devront être importantes afin d'attirer le plus grand nombre de membres, prévient Frédéric Gonzalo. Il se désole également que les deux idées n'aient pas abouti à une seule initiative, qui aurait pesé plus lourd dans un marché déjà très occupé selon lui.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer