Hydro-Québec a fait des profits records en 2014 surtout grâce au froid

Hydro-Québec a expliqué la progression de 15 % de... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Hydro-Québec a expliqué la progression de 15 % de son résultat net par les grands froids de l'hiver 2014 dans la province et dans le nord-est des États-Unis ainsi que la hausse des tarifs d'électricité.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne
Montréal

Les achats d'électricité d'Hydro-Québec se feraient différemment si ce n'était de la filière éolienne, a reconnu son président-directeur général, Thierry Vandal, qui s'est toutefois gardé de remettre en question cette décision gouvernementale.

Selon lui, les importants surplus de la société d'État sont directement reliés à des politiques de «développement économique régionales» qui viennent dicter les achats d'Hydro-Québec.

«Cette situation ne traduit pas la planification des approvisionnements d'Hydro-Québec, a dit son dirigeant, jeudi. On ne se retrouverait pas avec les mêmes surplus s'il n'en tenait qu'à la planification (de nos besoins).»

M. Vandal y est allé de ces commentaires alors qu'étaient dévoilés les résultats annuels d'Hydro-Québec, qui a engrangé des profits records de 3,38 milliards $ en 2014 et qui versera un dividende de 2,53 milliards $ - le plus important de son histoire - au gouvernement du Québec.

Si les Québécois ont vu les tarifs d'électricité grimper l'an dernier et que la société d'État a soumis à la Régie de l'énergie une nouvelle demande d'augmentation de 3,7 %, cela découle principalement de l'achat d'énergie éolienne.

«Une fois que des choix [gouvernementaux] sont faits, il y a des effets, a dit l'homme de 53 ans. Une production est apparue et nous avons dû l'acheter sans que cela soit lié à nos besoins. Je n'ai pas d'états d'âme sur la question, c'est une question de faits.»

Les ajustements tarifaires ont contribué à hauteur de 358 millions $ à la hausse de 4,55 % des ventes d'Hydro-Québec, qui se sont établies à 13,1 milliards $. Les achats d'électricité éolienne ont toutefois grimpé de 220 millions $, contribuant ainsi à la hausse totale de 320 millions $ des charges de la société d'État.

M. Vandal, qui quittera ses fonctions le 1er mai, a répété à plusieurs reprises que ses observations sur la filière éolienne ne relevaient pas du «commentaire éditorial».

«Je signale la réalité des chiffres, a-t-il dit. Les tarifs [d'électricité] ont été appelés à augmenter en grande partie [en raison du développement d'une] filière dictée par le gouvernement du Québec. Nous respectons ce choix.»

Celui qui est à la tête d'Hydro-Québec depuis 2005 a affirmé que la situation actuelle n'était pas exclusive au Québec et que des choix similaires avaient été faits aux États-Unis ainsi qu'en Europe.

Pas encore l'heure du bilan pour Vandal

À moins de trois mois de son départ, M. Vandal a affirmé ne pas avoir modifié ses habitudes de travail et qu'il n'était pas encore l'heure de faire un bilan de son passage chez Hydro-Québec.

«Le processus pour me trouver un successeur est engagé, a-t-il expliqué. Cela relève du conseil d'administration et de l'actionnaire [le gouvernement]. En ce qui a trait aux opérations, tout est fait pour qu'il n'y ait pas de discontinuité.»

Quant à ses résultats annuels, la société d'État a expliqué la progression de 15 % de son résultat net par les grands froids de l'hiver 2014 dans la province et dans le nord-est des États-Unis ainsi que la hausse des tarifs d'électricité.

Les marchés hors Québec ont contribué à hauteur de 814 millions $ au résultat net, une hausse de plus de 30 % par rapport à 2013.

«Si Hydro-Québec a fait plus d'argent en 2014, c'est essentiellement parce que les marchés d'exportation ont ajouté une contribution significative, a dit M. Vandal. Il a fait froid et nous avons été capables de réduire nos charges d'exploitation.»

Les exportations nettes d'électricité d'Hydro-Québec Production ont été inférieures par rapport à 2013, ce qui a toutefois été contrebalancé par la baisse du dollar canadien par rapport à la devise américaine.

Quelque 2,7 millions de compteurs de nouvelle génération ont été installés jusqu'ici, a précisé M. Vandal, qui affirme que leur déploiement respectera l'échéancier prévu ainsi que le budget.

Les investissements d'Hydro-Québec ont également reculé de 2013 à 2014, passant de 4,3 milliards $ à 3,9 milliards $. Ce montant a été surtout consacré aux projets de développement de la société d'État.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer