Gaz naturel dans Bellechasse: Québec fait son bout de chemin

Des industriels de Bellechasse sont sortis requinqués de... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Des industriels de Bellechasse sont sortis requinqués de leur rencontre, mercredi, avec le ministre de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations, Jacques Daoust (photo).

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le gouvernement du Québec appuie sur la pédale de l'accélérateur afin de trouver de l'argent pour assurer la desserte en gaz naturel d'un couloir de 85 kilomètres allant de Pintendre à Saint-Damien dans Bellechasse.

Il s'agit d'un projet évalué à 59 millions $ pour lequel les gouvernements du Canada et du Québec sont appelés à sortir 51 millions $ de leurs goussets. Gaz Métro a déjà signifié son engagement à investir 9 millions $ dans ce projet qui devrait générer des investissements de 42 millions $ de la part des entreprises des régions de Lévis et de Bellechasse.

Des industriels de Bellechasse sont sortis requinquer de leur rencontre, mercredi, avec le ministre de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations, Jacques Daoust.

Ce dernier leur a annoncé qu'un comité interministériel avait été mis sur pied pour dénicher dans les différents ministères les sommes nécessaires à la concrétisation de ce projet attendu depuis belle lurette dans ce coin de pays de la région de la Chaudière-Appalaches. Le chef de cabinet du premier ministre Philippe Couillard suit d'ailleurs de près les travaux de ce comité.

Projets retardés

Parce que le gaz naturel n'est pas disponible entre Pintendre et Saint-Damien, des entreprises retardent la mise en chantier de projets d'agrandissement ou de modernisation. En tout, pas moins de 115 entreprises, des petites comme des grandes (Prévost, Kerry Foods, Aliments Maple Leaf, IPL, Exceldor) pourraient bénéficier du gaz naturel, une source d'énergie moins coûteuse et moins polluante que le mazout.

«Le gouvernement du Canada nous dit qu'il attend que le Québec fasse ses devoirs avant qu'il s'avance dans le projet de desserte de gaz naturel», indique le directeur du Centre local de développement (CLD) de Bellechasse, Alain Vallières. «Nous avons maintenant l'assurance du ministre Daoust que Québec ne se traîne pas les savates et qu'Ottawa aura l'heure juste incessamment.»

Dans Bellechasse, les maires ont chauffé les oreilles de leur député - le ministre Steven Blaney - au cours des derniers mois. Ils l'ont accusé de ne pas aller au front pour sa circonscription. Ils ont exigé des rencontres avec le premier ministre Stephen Harper et le ministre Denis Lebel. Ce dernier leur a répondu qu'Ottawa attendait un geste de Québec avant d'afficher ses couleurs.

Dans Bellechasse, on se souvient que le gouvernement Harper avait déplié 18,1 millions $ en 2011 pour prolonger de 72 kilomètres le réseau de Gaz Métro jusqu'à Thetford Mines.

En attendant, les maires continuent de mettre de la pression les deux paliers de gouvernement.

Mercredi soir, la MRC de Bellechasse a adopté une résolution dans laquelle les maires accordent à Québec et à Ottawa jusqu'au 1er avril pour accorder leurs violons. «La patience des maires commence à s'effriter», commente M. Vallières.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer