La part du lion des subventions fédérales en écotechnologie à Nemaska Lithium

Le ministre fédéral des Ressources naturelles, Greg Rickford,... (Photo Le Soleil, Yves Therrien)

Agrandir

Le ministre fédéral des Ressources naturelles, Greg Rickford, a distribué plus de 29 millions $ en subventions, lundi à Québec.

Photo Le Soleil, Yves Therrien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'entreprise Nemaska Lithium de Québec a ramassé, lundi, 12,8 millions $ - soit la plus grosse part des 29,5 millions $ en subventions annoncées par le ministre fédéral des Ressources naturelles, Greg Rickford - pour des projets d'écotechnologies en phase de commercialisation au Québec.

Il s'agit de l'annonce la plus importante provenant du fonds de Technologies du développement durable du Canada (TDDC) pour le Québec depuis longtemps, car, rappelait le ministre Rickford, en conférence de presse à Québec, il faut beaucoup de temps pour s'assurer que les projets technologiques de cette envergure soient viables et que le secteur privé en soit aussi partie prenante.

«Nous avons remarqué que pour chaque dollar que le gouvernement investit dans le développement des écotechnologies au Canada, le privé injecte 14 $ dans ces industries», ajoutait avec satisfaction le ministre Rickford. «S'il y a 40 000 emplois au pays actuellement dans les écotechnologies, cela représentera 88 000 emplois en 2022, car ce type d'industrie a un potentiel très élevé.»

Aide de 12,8 millions $

De son côté, Guy Bourassa, président de Nemaska Lithium, était particulièrement fier que la technologie innovante de son entreprise ait été reconnue. Les 12,8 millions $ serviront entre autres à la construction de la phase 1 de l'usine d'hydroxyde de lithium à Québec, qui peut remplacer efficacement le carbonate de lithium dans les piles rechargeables lithium-ion - notamment pour les moteurs des véhicules électriques ou hybrides, comme les Tesla Model S ou les Toyota Prius - tout en étant plus durable à long terme.

L'usine de phase 2 de production sera construite à Valleyfield d'ici 2017 pour la production à grande échelle avec la matière première provenant du gisement Wabuchi dans le Nord-du-Québec. Quelque 300 emplois seront créés, dont 125 à la mine, une cinquantaine pour le transport du minerai et près d'une centaine pour la production à l'usine de transformation.

«Le carbonate de lithium a tendance à se dégrader au fil des recharges, souligne M. Bourassa. Si un tel type de pile dure deux ans, la durée de vie sera de sept ans avec l'hydroxyde de lithium. D'ici quelques années, je suis convaincu que le Canada sera l'un des plus gros producteurs d'hydroxyde de lithium au monde. Et notre procédé est celui qui a la plus faible trace environnementale.»

L'investissement du fédéral s'inscrit dans un projet de 40 millions $ de Nemaska et ouvre la porte des investissements additionnels de 500 millions $ dans l'opération de l'usine de production.

Le fonds de TDDC a financé jusqu'à maintenant 269 projets grâce à l'enveloppe de 684 millions $ du gouvernement fédéral. Pour le ministre Rickford, «investir dans l'efficacité et la performance environnementale contribue à un environnement plus sain. La fondation aidera ces entreprises à transformer leurs idées en produits commercialisables.»

L'action de Nemaska (TSXV : NMX) valait 19 ¢ lundi.

*****

Six projets québécois se partagent les 29,5 millions $

Six projets se partagent les 29,5 millions annoncés par le gouvernement fédéral.

Outre le projet de Nemaska Lithium, CelluForce, de Windsor, près de Sherbrooke, recevra 4 millions $ pour améliorer et optimiser son procédé d'extraction de cellulose nanocristalline de la pâte de bois séchée. La subvention lui permettra de mettre au point des applications pour l'industrie pétrolière et gazière.

Avec un apport de 3,7 millions $, Fractal Systems pourra trouver des moyens de commercialiser son produit facilitant la dilution du bitume et diminuer le coût de transport du produit.

De son côté, Orbite Aluminae obtient 4,5 millions $ pour perfectionner un procédé qui transforme des déchets en produits commercialisables, notamment des éléments essentiels à la fabrication de l'aluminium et des sous-produits pour la fabrication d'un verre plus résistant pour les téléphones cellulaires, entre autres. De plus, le procédé d'extraction permet d'obtenir des terres rares des boues d'alumine.

L'action d'Orbite (TSXV : ORT) valait 28 ¢.

Initiative écoÉNERGIE

Les 4,5 millions $ de l'Initiative écoÉNERGIE sur l'innovation va à deux projets.

TM4 recevra 3,7 millions $ pour un projet visant la mise au point de moteurs-roues à faible coût pour véhicules électriques et hybrides.

L'Institut de recherche d'Hydro-Québec (IREQ) recevra 800 000 $ pour explorer le potentiel de production d'électricité par géothermie profonde au Québec et au Canada atlantique. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer