Exclusif

Limoilou: retards dans le projet de condos Lov

Une dizaine de condos ont déjà trouvé preneur,... (Image fournie par les Condos Lov)

Agrandir

Une dizaine de condos ont déjà trouvé preneur, mais les promoteurs derrière l'aventure ne sont toujours pas propriétaires du terrain d'Automobiles André Boies.

Image fournie par les Condos Lov

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le projet de condos Lov dans le quartier Limoilou accumule les retards. Une dizaine de condos ont déjà trouvé preneur, mais les promoteurs derrière l'aventure ne sont toujours pas propriétaires du terrain d'Automobiles André Boies, a appris Le Soleil.

«Nous n'avons encore reçu aucune somme pour notre terrain principal», a confié Michel Boies, copropriétaire d'Automobiles André Boies, qui est toujours en activité. «Je veux toujours vendre mon terrain. [...] Les promoteurs ont jusqu'au 28 février pour me faire un premier paiement. Si je n'ai pas d'argent, c'est certain que le contrat s'annule. Ça fait déjà plusieurs fois qu'ils repoussent la date butoir.» 

Au mois de juin, l'homme d'affaires Jacques St-Pierre, impliqué dans le projet Condos Lov, annonçait la construction de 24 unités - 22 habitables et 2 commerciales au rez-de-chaussée - sur les installations d'Automobiles André Boies, à l'angle de la 1re Avenue et de la

4e Rue. M. Boies avait alors été charmé par le projet du promoteur, surtout parce que ce dernier était prêt à payer la décontamination des terrains, lesquels ont déjà abrité des réservoirs d'essence. On prévoyait injecter 5,5 millions $ dans le projet de 24 condos préfabriqués en usine.

Pour l'heure, plusieurs acheteurs ont déboursé une mise de fonds avec l'espoir de prendre possession de leur propriété au mois de février ou de mars. Or, rien n'a encore été fait, et le commerce d'automobiles est toujours debout. Jusqu'à présent, une dizaine de personnes auraient conclu des ententes avec les promoteurs.

«Ils [les promoteurs] doivent me donner au minimum 5000 $ d'ici le 28 février pour pouvoir garder le contrat ouvert. Le 5000 $ n'est pas un acompte pour le terrain», précise au Soleil M. Boies, mais bien «une pénalité à la suite des nombreux reports de paiement. La pénalité va être de 10 000 $ plus taxes le mois suivant pour garder l'entente ouverte. [...] La seule transaction que j'ai faite pour le moment avec Jacques St-Pierre, c'est qu'il a acheté pour 150 000 $ mon terrain de l'autre côté de la rue. Par la suite, il l'a vendu». Le terrain n'a aucun lien avec le projet Condos Lov.  

Selon nos informations, des enquêteurs du Service de police de la Ville de Québec auraient rencontré au moins quatre personnes au cours des derniers mois en lien avec le projet de condos. Aucune accusation n'a été portée. Rappelons que M. St-Pierre avait déjà eu par le passé plusieurs problèmes avec la livraison de condos pour le projet immobilier Cité Moncel, sur le site de l'ancienne cimenterie St-Laurent, dans le secteur Beauport.

Le promoteur s'explique   

Joint par Le Soleil, M. St-Pierre avoue avoir éprouvé quelques difficultés au cours des derniers mois, mais demeure optimiste de pouvoir livrer les condos pour l'été. «Nous avons été cinq semaines arrêtés. La compagnie [Habitec 2000] qui fabriquait nos condos a fermé en septembre. [...] L'usine devrait reprendre du service au cours des prochaines semaines. Nous croyons toujours au projet et nous espérons pouvoir livrer les condos en juillet ou en août. Il fallait cependant que l'usine reparte pour avoir nos prix. Nous allons rencontrer les gens qui avaient acheté des condos.»

Peut-on vendre des condos sans être propriétaire du terrain qui les accueillera? «Oui, assure M. St-Pierre. Puisque nous avons une option d'achat pour le terrain.»   

Le terrain d'Automobiles André Boies, situé dans un lieu stratégique et entouré de trois parcs, est très convoité par les promoteurs immobiliers. Outre les condos Lov, il y a le promoteur GM Développement qui a aussi approché la famille Boies.

Le revendeur d'automobiles ne fermera pas ses portes lorsqu'il aura vendu son terrain. Les deux propriétaires, Michel et Denis Boies, souhaitent s'installer dans un quartier plus stratégique pour la vente automobile. «On regarde pour s'installer à Saint-Augustin-de-Desmaures», conclut M. Boies.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer