Coiteux cause les perturbations économiques, dit le PQ

«Avec les gestes qui sont posés par le... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

«Avec les gestes qui sont posés par le gouvernement libéral», a mentionné Pierre Karl Péladeau au sujet de la vague de compressions budgétaires, «il devrait être le dernier surpris de l'effervescence sociale.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Martin Coiteux est bien mal placé pour mettre en garde les syndiqués de ne pas provoquer de perturbations économiques, a affirmé le Parti québécois. C'est le ministre qui les cause, ont fait valoir trois députés péquistes, dont Pierre Karl Péladeau.

Jeudi matin, Stéphane Bédard, le leader parlementaire de la formation, Martine Ouellet et M. Péladeau, deux candidats dans la course à la chefferie du PQ, ont tourné en dérision les propos du président du Conseil du trésor. Leur sortie est survenue quelques heures avant une manifestation contre «l'austérité», aux portes du Parlement.

Pierre Karl Péladeau s'est étonné de la réaction de M. Coiteux. «Avec les gestes qui sont posés par le gouvernement libéral», a-t-il mentionné au sujet de la vague de compressions budgétaires, «il devrait être le dernier surpris de l'effervescence sociale.

«C'est certain que, lorsqu'il y a de tels gestes, on peut s'attendre à toutes sortes de circonstances et d'événements, a mentionné le député de Saint-Jérôme. Je pense que le ministre des Finances (Carlos Leitao) et le président du Conseil du trésor n'ont pas bien apprécié les effets et les impacts économiques que l'effervescence sociale peut avoir.»

Sa collègue Martine Ouellet a invité le ministre Coiteux «à se regarder dans le miroir et à s'adresser à lui-même avant de s'adresser aux autres. (...) Il ose servir un avertissement au mouvement citoyen et syndical de ne pas faire de perturbations alors que le plus grand perturbateur, c'est lui.»

Pour Mme Ouellet a insisté qu'elle n'endosse pas de possibles actes illégaux ou entraves à l'activité économique. Par contre, a-t-elle avancé, «ce qui est important, c'est que des gens dans la société défendent le modèle québécois, le bien commun. C'est une bonne chose que cela existe.»

Lors du «printemps érable», en 2012, à Montréal, le blocus partiel du pont Champlain avait soulevé la colère de citoyens. «Tout le saccage que fait M. Coiteux, est-ce que vous pensez que c'est bien reçu, a répliqué la députée de Vachon. C'est lui l'artisan de l'ensemble des perturbations, de l'instabilité économique, de l'austérité.»

En après-midi, le ministre Coiteux s'est adressé aux manifestants par le truchement d'un point de presse. Son message, visant également toute la population, a-t-il précisé, c'est que la situation des finances publiques exige «un effort national.

«Le gouvernement est totalement, mais parfaitement conscient de tous les efforts, (...) des efforts qui ne sont pas nécessairement faciles». Mais, a-t-il enchaîné, le gouvernement Couillard entend rendre à terme son offensive pour atteindre le déficit zéro.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer