Québec mise sur les PME pour relancer l'économie

Le ministre de l'Économie, de l'Innovation et des... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Le ministre de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations (MEIE), Jacques Daoust, affirme qu'au lieu de mettre l'État au service des PME comme dans l'ancien programme, elles seront au service de l'État pour faire croître l'économie québécoise.

Photo La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le gouvernement du Québec lance une nouvelle stratégie revue et corrigée du programme des gazelles parce qu'il mise toujours sur les PME à forte croissance pour stimuler l'économie de la province, dans les grands centres comme dans les régions.

Non seulement on lui donne un nouveau nom, mais aussi on réorganise le mode de fonctionnement pour une approche plus ciblée et personnaliste, en limitant les tracasseries administratives dans la stratégie PerforME pour l'accélération des projets d'entreprises performantes avec un fonds de 50 millions $.

Le ministre de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations (MEIE), Jacques Daoust, affirme qu'au lieu de mettre l'État au service des PME comme dans l'ancien programme, elles seront au service de l'État pour faire croître l'économie québécoise.

«La PME ne passera pas dans un processus qui l'amène du point à A jusqu'au point Z. Nous avons choisi de miser sur les projets innovants et ceux qui visent l'exportation en accompagnant les PME sur des points précis de leur croissance», expliquait-il en conférence de presse dans l'espace central du HUB de Saint-Roch, un lieu regroupant une douzaine de jeunes entreprises particulièrement innovantes dans le secteur des technologies et des communications.

La stratégie PerforME bénéficiera d'un fonds de 50 millions $ provenant de la Caisse de dépôt, de Fondaction de la CSN, du Fonds de solidarité de la FTQ, de Capital régional et coopératif Desjardins et d'Investissement Québec. L'argent servira de capital-actions dans les projets qui seront retenus et qui devront vendre leurs projets comme s'ils passaient devant les dragons de l'émission de télé bien connue. Les entrepreneurs pourront choisir la meilleure offre.

Parmi les PME du Québec, expliquait-on, entre 4 % et 6 % d'entre elles sont à forte croissance. Et celles-ci sont responsables de 66 % des créations d'emploi. C'est donc vers ces gazelles que le gouvernement se tourne pour leur offrir des services adaptés à leurs besoins, en simplifiant l'accès au capital, en ayant un conseiller gouvernemental unique qui servira de courtier pour trouver le bon mentor, le bon service pour l'exportation, ou le bon outil pour la gestion des ressources humaines afin de peaufiner la gestion de cette croissance accélérée.

Les entreprises pourront poser leur candidature en ligne dès le 1er avril sur le site www.econo mie.gouv.qc.ca/PerforME, et ce, en tout temps. Les quelque 500 entreprises qui avaient soumis leur candidature l'an dernier dans l'ancien programme seront jointes pour valider leur intérêt à poursuivre la démarche dans le nouveau plan gouvernemental.

L'adjoint parlementaire du ministre Daoust, Saul Polo, précise que les candidats recherchés sont des PME dans le secteur manufacturier et le secteur tertiaire «pour maximiser leur capacité d'innover et d'exporter».

Peu importe le moment de l'inscription de l'entreprise, l'ordre de priorité sera défini en fonction de l'ampleur des projets que ce soit pour de l'investissement dans l'immobilisation, l'acquisition d'une autre entreprise, un projet d'innovation ou encore des plans pour dénicher de nouveaux marchés à l'étranger.

Si certaines ressources proviennent des instances gouvernementales, comme Emploi-Québec ou Export Québec, la nouvelle stratégie pourra aussi faire affaire avec des partenaires du privé, que ce soit pour du mentorat ou des formations. «La porte est ouverte, précise le ministre Daoust, mais tous n'ont pas besoin de la même formation. C'est ce qui sera évalué pour donner les bons outils si c'est en comptabilité, en marketing ou en leadership.»

Le guichet unique verra le jour bientôt

Si la paperasserie et les tracasseries administratives font partie des bêtes noires des entrepreneurs par rapport à l'administration gouvernementale, le ministre délégué à l'Allègement gouvernemental, Jean-Denis Girard, promet que les changements sont sur le point d'être mis en place.

«Dans les prochains mois, nous mettrons en place un nouveau portail qui facilitera la vie des entreprises qui doivent fournir des renseignements aux différents ministères à vocation économique. Il y aura un guichet unique et un dossier unique pour les entreprises pour les différentes démarches», précisait-il à la conférence de presse du lancement de la stratégie PerforME.

Dans les plans déjà en marche, il souligne qu'il est possible de faire passer le délai d'attente de 30 à 10 jours pour le traitement d'un dossier. Mieux encore, au lieu de 70 pages d'écran à faire défiler sur l'ordinateur, il n'y en aurait que 20. Plus des deux tiers de moins en paperasserie et en délai de traitement, c'est à son avis un grand pas en avant.

Par contre, il admet qu'il y aura encore du travail à faire pour ce qui est des autres ministères avec lesquels les entrepreneurs doivent transiger avant de pouvoir partager des renseignements qui devraient être accessibles partout à partir d'un dossier unique.

Le ministre Girard vient d'ailleurs de terminer une tournée provinciale de consultation qui devrait amener des changements dans la manière d'interagir avec l'appareil étatique côté paperasserie.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer