Immobilier: imaginer Québec en 2050

Lors d'une conférence de presse annonçant la tenue... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Lors d'une conférence de presse annonçant la tenue du colloque Québec 2050, organisé par l'Institut de développement urbain, l'homme d'affaires Michel Dallaire (à droite) a parlé d'«imaginer la région que nous voulons léguer à nos enfants».

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) À quoi ressemblera la région métropolitaine de Québec en 2050? C'est la grande question à laquelle l'industrie immobilière de Québec cherche une réponse, ou plutôt des réponses, qu'elle soumettra bientôt aux gouvernements et au public.

«L'industrie immobilière a toujours, historiquement, travaillé en silos. Les gens travaillaient chacun leurs projets, chacun de leur côté. C'est une première que le milieu réussisse à asseoir autour de tables l'ensemble des partenaires immobiliers qui acceptent de réfléchir ensemble sur les grands enjeux pour demain, sans penser à leurs projets individuellement», a expliqué Michel Dallaire, président et chef de la direction de Cominar et vice-président du Conseil régional de Québec.

Lors d'une conférence de presse annonçant la tenue du colloque Québec 2050, organisé par l'Institut de développement urbain (IDU), l'homme d'affaires a parlé d'«imaginer la région que nous voulons léguer à nos enfants».

Sept chantiers sont lancés, lesquels traitent aussi bien du transport des marchandises et des personnes que du développement industriel et du patrimoine, entre autres. Des groupes de 8 à 19 personnes se penchent sur ces grands thèmes depuis l'automne. Le résultat de leur travail sera rendu public lors du colloque du 10 mars, qui se tiendra à l'Université Laval.

«Densifier intelligemment»

Deux incontournables se profilent déjà. «Il n'y a personne qui ne voit pas d'avantage à densifier intelligemment le territoire dans l'ensemble des chantiers. Et il n'y a personne non plus qui ne considère pas que le transport en commun fait partie des solutions d'avenir pour la région de Québec», a résumé Stéphane Dion, directeur général de l'IDU.

Les maires de Québec et de Lévis, qui ont été mis au courant de la démarche, seront présents le 10 mars. Les organisateurs de Québec 2050 assurent que leur démarche n'est pas une réaction aux orientations municipales prises dernièrement, mais plutôt un désir de contribuer à une réflexion plus large sur l'avenir de la capitale et sa région.

«Un PDAD [plan directeur d'aménagement et de développement] ne va pas aussi loin que notre vision à nous, un schéma d'aménagement non plus. On voulait se libérer de toute contrainte pour dire : voici notre vision à nous du développement urbain et immobilier. On voulait aller plus loin dans le temps, [...] sortir de cette logique de réaction à des projets élaborés par la Ville», a fait valoir M. Dion.

Les promoteurs promettent de ne pas mousser leurs propres projets pour autant. «Vous ne verrez pas de nouvelles tours imaginaires», a laissé tomber le dg de l'IDU.

Le grand patron de Cominar a d'ailleurs catégoriquement refusé, jeudi, de parler du gratte-ciel de plus de 50 étages qu'il planifie sur le boulevard Laurier.

L'IDU compte 250 membres d'affaires qui possèdent pour 30 milliards $ d'actifs, principalement à Montréal et à Québec.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer