Taxes à Saint-Augustin: coup dur pour les citoyens

À la Ville de Saint-Augustin, le directeur général... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

À la Ville de Saint-Augustin, le directeur général Robert Doré est bien conscient de la grogne citoyenne. «Les gens ne l'acceptent pas», dit-il. Mais en même temps, plusieurs «encaissent le coup cette année» dans l'espoir que le problème va se régler avec les démarches entamées avec le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, qui analyse présentement la situation de la quote-part.

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La hausse était annoncée, le choc apparaît maintenant noir sur blanc en ouvrant la boîte aux lettres : les citoyens et les commerçants de Saint-Augustin-de-Desmaures mesurent pleinement l'impact de la hausse de taxes de 25 %. Un bond de centaines, voire de milliers de dollars.

«Ça augmente. Les gens ne sont pas contents. Ils sont un peu frustrés», lance d'entrée de jeu le président du Regroupement des gens d'affaires de Saint-Augustin, Charles Billette.

Surtout, dit-il, que plusieurs commerçants de la quarantaine que représente son organisation habitent aussi la municipalité. Ils sont donc confrontés à un double choc. «Ça vient réduire les profits, et en plus de ça il y a plus de dépenses à la maison», a-t-il illustré.

M. Billette est lui-même passé pour sa résidence personnelle d'un compte de 3000 $ en 2014 à 3750 $ pour 2015.

La même hausse de 25 % se traduit aussi par des centaines de dollars sur les factures dont Le Soleil a pris connaissance.

Une commerçante, qui préfère garder l'anonymat, a vu son compte bondir de plus de 3500 $ pour 2015.

À l'instar du maire Marcel Corriveau, M. Billette estime que ses membres tendent à blâmer l'explosion de la facture d'agglomération que Saint-Augustin envoie à Québec. Ces frais sont passés de 11 millions $ à 25 millions $ entre 2008 et 2015. «C'est rendu la moitié de notre compte de taxes», a-t-il illustré.

Mais l'agglomération n'explique pas tout, selon Loraine Beaudet, qui a reçu une facture salée. Pas moins de 1519 $ de plus pour celle qui a vu son compte passer de 6505 $ à 8024 $ en un an.

Cette citoyenne se questionne aussi sur la hausse de près de 100 $ des «frais de secteur» (taxes d'améliorations locales), qui, dit-elle, devaient rester fixes après la défusion de Saint-Augustin-de-Desmaures.

Elle refuse d'attribuer la hausse seulement à la quote-part d'agglomération et se questionne lorsqu'elle entend l'administration Corriveau dire que les règles du jeu ont changé depuis l'entente sur l'agglomération en 2009. «Qu'on blâme l'agglo, je peux comprendre. Mais comment se fait-il ça aussi que l'entente n'ait pas été approfondie plus que ça au moment de la signer? Ça aussi, ça me dépasse.»

Mme Beaudet craint aussi une autre hausse l'an prochain. Et elle aimerait voir ses concitoyens se mobiliser pour demander ce que réserve l'avenir.

La porte-parole du regroupement SOS Saint-Augustin, Sylvie Asselin, espère aussi que les Augustinois demanderont des réponses à l'administration Corriveau. Celle qui vient de lancer une pétition en ce sens a personnellement vu ses taxes bondir de 726 $. Elle craint que des gens moins bien nantis ne puissent plus se permettre de vivre à Saint-Augustin. «Les jeunes familles qui sont venues pour s'établir à Saint-Augustin parce que les taxes étaient plus basses et que les maisons étaient moins chères, elles vont avoir de la misère à passer au travers.»

Encaisser le coup

Même si personne n'est content de voir sa facture bondir, certains remettent toutefois les choses en perspective. Citoyen du secteur des Bocages depuis 26 ans, Claude Desloges voit dans la hausse une forme de rattrapage avec ses voisins de Cap-Rouge, situés tout près. «La hausse est forte, mais on n'est pas très loin lorsqu'on regarde par 100 $ d'évaluation», a-t-il souligné.

À la Ville de Saint-Augustin, le directeur général Robert Doré est bien conscient de la grogne citoyenne. «Les gens ne l'acceptent pas», dit-il. Mais en même temps, plusieurs «encaissent le coup cette année» dans l'espoir que le problème va se régler avec les démarches entamées avec le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, qui analyse présentement la situation de la quote-part.

«Il y a des commentaires sur l'administration municipale. Mais ils comptent surtout sur leur député et le ministre pour régler la facture», a dit M. Doré. À sa connaissance, dit-il, aucune contestation formelle du compte de taxes n'avait été déposée mardi.

Quelques exemples de hausses de près de 25 %

  • 2014 : 3099 $ 
  • 2015 : 3825 $
  • Hausse de 726 $

  • 2014 : 3360 $
  • 2015 : 4200 $
  • hausse de 840 $

  • 2014 : 6505 $
  • 2015 : 8024 $
  • Hausse de 1519 $

Pétition et envoi au ministre Moreau

Les citoyens de Saint-Augustin continuent à mobiliser les troupes. Responsable de SOS Saint-Augustin, Sylvie Asselin a lancé vendredi une pétition (www.petition-sa.com), qui avait mardi soir amassé 353 signatures de citoyens «en colère».

La pétition demande «la tenue immédiate d'une séance d'information qui exposera, en détail et chiffres à l'appui, les raisons qui ont mené Saint-Augustin à se retrouver dans la situation financière actuelle. Cette ancienne candidate aux élections municipales souhaite que la lumière soit faite non seulement sur les dépenses d'agglomération, mais aussi en ce qui concerne les «dépenses de proximité ainsi que l'augmentation de la dette».

Un autre groupe citoyen, 25pourcent.com, qui supporte le maire Marcel Corriveau celui-là, a pour sa part lancé sur sa page Facebook «L'Opération compte de taxes». On invite à envoyer une copie de la facture d'impôts fonciers au ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau. Les organisateurs demandent aussi aux citoyens de joindre un message au ministre : expliquez «quels sacrifices vous devrez imposer à vos proches afin d'acquitter l'augmentation de votre compte de taxes».

Hamad aussi victime de la hausse

Citoyen de Saint-Augustin, le ministre responsable de la région, Sam Hamad, a aussi goûté à la hausse de taxes. «La facture de M. Hamad a bondi de 25 % comme pour tous les citoyens de Saint-Augustin. Et comme pour tous les citoyens de Saint-Augustin, il ne s'agit pas d'une bonne nouvelle», a indiqué par courriel l'attaché de presse du ministre, Salim Idrissi.

M. Hamad, qui est aussi député du secteur, a été interpellé dans le débat sur la facture d'agglomération, dont l'analyse est actuellement pilotée par son collègue des Affaires municipales, Pierre Moreau. Si le maire Marcel Corriveau ne cesse d'attribuer à la hausse de la facture de l'agglomération le bond de 25 % des taxes, M. Hamad a indiqué la semaine dernière que Saint-Augustin était aussi responsable «à 60 %» de cette hausse, rappelant la nécessité pour l'administration Corriveau de resserrer les dépenses de la Ville.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer