Palmarès des carrières 2015: de bons emplois à la pelletée!

Le pdg et éditeur de Septembre éditeur, Martin... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le pdg et éditeur de Septembre éditeur, Martin Rochette, et son équipe ont passé au crible 150 métiers et professions dans six principaux secteurs d'activité et dans les trois ordres d'enseignement - secondaire, collégial et universitaire - qui ont de l'avenir selon les données et les statistiques fournies par les autorités gouvernementales compétentes.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) À l'écouter, on parierait notre chemise que Martin Rochette souhaiterait revenir à l'âge de l'adolescence ne serait-ce que pour bénéficier des nombreuses possibilités d'emploi qui s'offrent aujourd'hui à la jeune génération.

Le pdg et éditeur de Septembre éditeur pourrait choisir de devenir adjoint de direction, administrateur de serveur, technologiste médical, travailleur social, technicien de réseaux informatiques ou physiothérapeute et il serait pratiquement assuré d'obtenir un boulot dès l'obtention de son diplôme ou de son baccalauréat.

Ces six professions apparaissent au sommet du Palmarès des carrières 2015 que vient de publier Septembre éditeur (19,95 $). Il s'agit de la 11e édition du Palmarès de carrières, une sorte de bible des métiers et des professions les plus prometteurs au Québec et pour chacune des régions de la province.

Martin Rochette et son équipe ont passé au crible 150 métiers et professions dans six principaux secteurs d'activité et dans les trois ordres d'enseignement - secondaire, collégial et universitaire - qui ont de l'avenir selon les données et les statistiques fournies par les autorités gouvernementales compétentes.

Grille d'évaluation

Pour chacun des 150 métiers et professions, ils appliquent une grille d'évaluation - la Valeur carrière Septembre - qui prend en compte cinq critères : les perspectives d'insertion sur le marché du travail (35 % de la Valeur carrière Septembre), du maintien en emploi (26 %), de la mobilité géographique (17 %), de la diversité des milieux de pratique (15 %) et la valeur ajoutée (7 %) qu'un métier ou une profession peut apporter comme la possibilité d'accéder à des postes de direction, de travailler à l'extérieur de la province ou de concilier plus facilement le boulot et les obligations personnelles.

Du lot, 40 sont désignés lauréats et 9 reçoivent une palme d'or, d'argent ou de bronze. Il s'agit des trois meilleurs résultats obtenus par les métiers et les professions de chacun des trois ordres d'enseignement (voir le tableau).

Le Palmarès des carrières 2015 accorde ses plus hautes mentions à deux professions : celle d'adjoint à la direction et celle d'administrateur de serveur.

Dans le cas d'un adjoint à la direction, par exemple, les finissants en techniques de bureautique (spécialisation Coordination du travail de bureau) n'attendent que deux semaines avant de décrocher leur emploi. En 2013, 96 % des 215 diplômés travaillaient à temps plein et pratiquement tous dans leur domaine de formation.

Les professions d'adjoint à la direction et d'administrateur de serveur arrivent évidemment en tête de lice des postes présentant une perspective favorable dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, qui couvre principalement le territoire des villes de Québec et de Lévis (voir le tableau). Suivent dans l'ordre: les métiers et les professions de technicien de laboratoire médical, de technologiste médical et de travailleur social.

L'embarras du choix pour ceux qui s'accrochent à l'école

«Les jeunes ont de l'avenir devant eux... autant qu'ils parviennent à obtenir un diplôme», soutient Martin Rochette, pdg et éditeur de Septembre éditeur. «Il y en a encore trop qui décrochent au secondaire ou qui abandonnent en cours de route au cégep.»

À son avis, le marché du travail au Québec - et particulièrement dans la grande région de Québec - n'a jamais été aussi favorable pour les jeunes, et ce, dans la plupart des secteurs d'activité. «Oui, il y a un gel de l'embauche dans la fonction publique, mais, un jour ou l'autre, l'État repartira la machine pour combler tous les départs à la retraite des fonctionnaires.»

D'ici 2017, il y aura 700 000 postes à pourvoir au Québec. Et les jeunes qui sont aujourd'hui sur les bancs d'école en combleront plus de la moitié. 

«Le déficit démographique et le vieillissement de la population, nous sommes en plein dedans. Jusqu'en 2022, nous connaîtrons un sommet dans les départs à la retraite. Les jeunes sont en excellente position. Il n'y a pas si longtemps encore, il y avait 112 jeunes pour remplacer 100 personnes qui partaient à la retraite. À la fin de 2020, ils ne seront plus que 68. Des jobs, la jeune génération n'en manquera pas.»

À la condition, toutefois, que la jeune génération s'accroche à l'école.

«Les données montrent que 80 % des postes qui seront à pourvoir d'ici 2021 exigeront une formation professionnelle ou technique (39 %) ou une formation universitaire (38 %). De là l'importance de l'acquisition d'un diplôme», insiste Martin Rochette en signalant que de plus en plus de chefs d'entreprise affirmaient que la difficulté de recruter de la main-d'oeuvre spécialisée - et même non spécialisée - freinait la croissance de leurs affaires. «Des entreprises manufacturières retardent l'achat d'équipements plus modernes, plus productifs, car ils n'ont pas de machiniste pour les faire fonctionner.»

Outils d'orientation

En plus de dresser la liste des métiers et professions les plus prometteurs, le Palmarès des carrières 2015 se donne la mission d'aider les jeunes à se démêler dans l'univers complexe du monde du travail et à faire les bons choix.

Des outils d'orientation - dont Ma place dans le monde du travail, un guide d'exploration des 150 métiers et professions recensées, et Cursus en ligne, une démarche de découverte des programmes d'étude - leur permettent de déterminer les emplois qui correspondent à leurs aspirations et à leurs champs d'intérêt.

Secondaire

Mécanicien d'engins de chantier 83 % *

Infirmier auxiliaire 78 %

Mécanicien d'équipement lourd 77 %

Collégial

Adjoint à la direction 91 %

Technologiste médical 90 %

Technicien de réseaux informatiques 89 %

Universitaire

Administrateur de serveur 91 %

Travailleur social 90 %

Physiothérapeute 89 %

* Valeur carrière septembre

Source: Palmarès des carrières 2015

Des programmes désespérément à la recherche d'étudiants

Encore une fois, le Palmarès des carrières identifie des programmes d'enseignement, tant au collégial qu'à l'université, qui laissent de glace les jeunes. Des programmes qui, pourtant, laissent entrevoir d'excellentes possibilités de carrière.

«La méconnaissance de la nature des tâches à réaliser, le manque d'information sur les conditions de travail, l'ignorance des perspectives d'emploi et les préjugés véhiculés sur le secteur d'activité sont autant d'explications fournies par les différents intervenants consultés», avancent les rédacteurs du Palmarès des carrières 2015.

Voici des programmes qui attendent les jeunes à bras ouverts et qui promettent un taux de placement de près de 100 %, des salaires compétitifs et souvent une bonne mobilité géographique: 

Techniques d'usinage (DEP) 

Centre de formation professionnelle de Neufchâtel

Métier : machiniste

«La formation se termine par un stage de trois semaines en entreprise. Les étudiants sont encouragés à bien choisir leur lieu de stage, car la majeure partie du temps, le stage égale offre d'emploi.»

Techniques de génie et de mécanique marine (DEC)

Institut maritime du Québec

Métier : officier mécanicien de marine

«Un officier gagne entre 65 000 $ et 75 000 $ par année selon ses responsabilités. Le salaire d'un chef mécanicien peut atteindre 140 000 $.»

Agroéconomie (bac)

Université Laval

Métier : agroéconomiste

«Un programme ouvert sur le monde. Une étudiante a même effectué un stage au Vietnam en 2013. Il est également possible de faire une session d'étude à l'étranger.»

Génie du bois (bac)

Université Laval

Métier : ingénieur du bois«Gagnant en moyenne 61 000 $ par année, les finissants en génie du bois sont les ingénieurs sortants touchant les plus hauts salaires au Québec.»

Sciences historiques et études patrimoniales, concentration Gestion des archives et des documents administratifs (bac)

Université Laval

Métier : archiviste«Pas moins de 85 % des archivistes travaillaient à temps complet en 2013. Une donnée supérieure à d'autres professions des arts et de la culture.»

Sciences et technologie des aliments (bac)

Université Laval

Métier : spécialiste en sciences et technologies des aliments«Les étudiants peuvent effectuer une année d'étude en France ou encore au Mexique pour ceux qui parlent espagnol.»

Les secteurs vedettes

Capitale-Nationale

Les services professionnels, scientifiques et techniques, les finances et les assurances, le commerce de détail et le commerce de gros, l'hébergement et la restauration.

Emplois prometteurs : il s'installe à Québec un monopole des biotechnologies, notamment en production de vaccins. L'optique-photonique, les services-conseils en technologies de l'information et la création multimédia sont également des secteurs en pleine croissance à Québec.

Postes à pourvoir : plus de 71 000 emplois seront à pourvoir d'ici 2017.

Chaudière-Appalaches

Fabrication métallique et fabrication de matériel de transport.

Emplois prometteurs : opérateurs de machine d'usinage, technologues et techniciens en génie industriel et en génie de fabrication, électromécaniciens, opérateurs d'équipements de contrôle numérique.

Postes à pourvoir: 37 500 nouveaux emplois seront à pourvoir au cours des cinq prochaines années, dont 32 500 emplois d'ici 2017 (départs à la retraite).

Professions présentant une perspective favorable dans la RMR* de Québec

1 Adjointe à la direction 91 % **

2 Administrateur de serveur 91 %

3 Technicien de laboratoire médical 90 %

4 Technologiste médical 90 %

5 Travailleur social 90 %

6 Psychoéducateur 89 %

7 Analyste en informatique 89 %

8 Physiothérapeute 89 %

9 Conseiller en gestion 89 %

10 Technicien de réseaux informatiques 89 %

* RMR: région métropolitaine de recensement

** Valeur carrière Septembre

Source : Emploi-Québec (statistiques reposant sur les regroupements professionnels de la

Classification nationale des professions)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer