Agnès Maltais inquiète pour l'économie de Québec

Selon Agnès Maltais, l'abolition du Centre local de... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Selon Agnès Maltais, l'abolition du Centre local de développement de Québec (CLD) et le transfert à la ville de ses responsabilités, même s'il était souhaité par le maire Régis Labeaume, est «un mauvais geste».

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Jean-sur-Richelieu) La députée péquiste responsable des dossiers de la Capitale-Nationale, Agnès Maltais, craint un ralentissement économique à Québec en 2015 et s'attend à des «années de vaches maigres» sur le plan des infrastructures.

Alors que s'entame une nouvelle année, la députée de Taschereau, élue depuis 1998, s'inquiète des échos qu'elle reçoit du «terrain».

«Le son de cloche que j'entends des gens, des petits commerçants beaucoup, c'est qu'effectivement, il y a un ralentissement», affirme-t-elle.

Selon elle, l'abolition du Centre local de développement de Québec (CLD) et le transfert à la ville de ses responsabilités, même s'il était souhaité par le maire Régis Labeaume, est «un mauvais geste».

«L'accompagnement d'entreprises actuellement, sur le territoire, n'existe pas, dit Mme Maltais. La Ville n'est pas prête et le CLD n'est plus là. C'est un problème.»

Le CLD avait quelque 1400 dossiers ouverts au moment de sa fermeture, dit-elle. La députée péquiste affirme avoir dû intervenir auprès de la Ville avant Noël pour en «sauver quelques-uns». «Régis [Labeaume] peut dire ce qu'il voudra, moi, je pense qu'il va y avoir une période de transition qui va faire qu'on va échapper des dossiers», affirme Mme Maltais.

La leader parlementaire de l'opposition officielle s'attriste aussi de la remise aux calendes grecques de projets d'infrastructures. Elle craint que le gouvernement se ferme à toute vision du développement de la région parce ses coffres sont vides. «Je pense qu'on nous fait payer l'amphithéâtre et l'austérité en même temps, dit-elle. Vous avez eu votre cadeau, les autres en ont eu huit fois plus, mais ce n'est pas grave, à Québec, vous avez eu votre part. On n'entend plus parler du tramway, de train rapide, des théâtres Diamant et des Gros Becs, de la promenade Samuel-de Champlain, des grands travaux d'aménagement de la ville et en transport en commun. Disparus. Il n'y a plus de réflexion, de vision. Il n'y a plus de porteur de ces dossiers-là.»

Elle ajoute aussi le blocage de «centaines de nouvelles places» en Centre de la petite enfance (CPE) à la liste des «freins au développement de la région» qu'elle constate.

Choisir ses batailles

La responsable au PQ des dossiers de la région n'entend pas aller se battre pour le pont de Québec s'il est encore question que de l'argent public serve à le repeindre. Fin novembre, les ministres Denis Lebel et Sam Hamad, de même que les maires Labeaume et Gilles Lehouillier (Lévis), ont offert d'investir 100 millions $ si le CN égalait la mise. «Je trouvais que ça n'avait pas d'allure, affirme Mme Maltais. Ça n'a pas de bons sens de refaire payer les Québécois pour ça. Autant j'ai participé à la bataille pour que le CN peinture, autant je n'irai pas applaudir que le Québec, en période d'austérité, soit prêt à piger dans ses poches pour réparer les erreurs du fédéral.»

Dans un autre dossier, la seule représentante du PQ dans la région de Québec ne voit pas d'un bon oeil le possible déménagement du marché du Vieux-Port vers le site du nouvel amphithéâtre. «C'est un des plus beaux endroits de la ville, souligne-t-elle. C'est convivial, c'est relié avec les pistes cyclables, sur le bord de la rivière. Moi, je souhaite que ça reste au Vieux-Port. Pas parce que c'est dans ma circonscription. Il n'y a pas de raison de déménager le marché.»

Mme Maltais affirme ne pas craindre pour la survie de la Commission de la capitale nationale (CCNQ) ni pour le sort de sa présidente, l'ex-candidate péquiste Françoise Mercure. «Il n'y a pas eu de critiques des libéraux lorsqu'elle a pris la tête de la CCNQ, note Mme Maltais. Je ne vois même pas pourquoi on poserait la question» de son avenir.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer