Lévis veut accélérer le remboursement de sa dette

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Stéphanie Martin
Le Soleil

(Québec) Lévis se dotera d'un plan d'action pour rembourser sa dette plus rapidement. Le maire promet qu'il y aura peu d'impact sur le compte de taxe des citoyens.

La dette continue d'augmenter à Lévis. Au 31 décembre, elle était de 360 millions $, en hausse de 21 millions $ par rapport à l'année précédente. Lors du dépôt du budget 2015, en décembre, le président du comité des finances de la Ville, Robert Maranda, avait indiqué qu'on ne prévoyait pas pour l'instant qu'elle cessera de croître, étant donné le développement fulgurant de la Ville, les revenus à l'avenant, et le besoin criant en infrastructures.

Mercredi, M. Maranda et le maire, Gilles Lehouillier, ont rencontré les médias pour affirmer leur intention de se doter d'un plan de match pour une réduction accélérée de la dette.

Le comité des finances a jusqu'au mois de juin pour réfléchir à la question et fournir des pistes de solution.

Robert Maranda a insisté : Lévis n'est pas en mauvaise posture, au contraire. «La situation financière est plus que saine. Nous nous situons dans le peloton de tête des grandes villes» en ce qui concerne l'endettement à long terme par unité d'évaluation. La richesse foncière uniformisée est passée de 4 milliards$ en 2002 à 16 milliards $ en 2014.

La Ville continuera de respecter sa politique qui exige que la part du service de la dette sur le budget soit inférieure à 20 % et que l'endettement sur la richesse foncière uniformisée demeure sous la moyenne des 10 grandes villes, mais on fera un effort supplémentaire.

Équilibre à maintenir

Parmi les avenues envisagées, le maire et son conseiller ont identifié la possibilité d'affecter à la dette une part des nouveaux revenus encaissés grâce à des investissements en infrastructure, le paiement comptant des immobilisations, la création d'une réserve financière consacrée à la pérennité des infrastructures, et la révision des tarifs pour s'assurer qu'ils soient «justes».

Le comité devra surtout s'assurer de «minimiser l'impact sur le fardeau fiscal des contribuables», et de maintenir l'équilibre entre la charge fiscale et les services à la population, a précisé Gilles Lehouillier.

***

Une flèche au CN

Le maire de Lévis ne croit pas une seconde que le CN puisse réellement se passer du pont de Québec dans la circulation de ses trains. Le Soleil révélait il y a quelques jours que le Canadien National, propriétaire du pont de Québec, a déjà étudié la possibilité d'abandonner la voie ferrée qui relie Charny et Sainte-Foy et avait jugé la chose faisable.

«Le CN cherche par tous les moyens à ne rien faire», a dénoncé mercredi Gilles Lehouillier, qui est en croisade avec Régis Labeaume pour que le CN repeigne la structure. «Ce n'est pas une raison pour le CN de se défiler de ses responsabilités.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer