Hydro-Canyon: Axor amorcera les travaux dès février

Le projet Hydro-Canyon fait partie d'un programme qui... (Archives La Presse)

Agrandir

Le projet Hydro-Canyon fait partie d'un programme qui comprend cinq autres propositions de petites centrales que le premier ministre Philippe Couillard avait promis de le rétablir pendant la campagne électorale.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) Axor entreprend dès le mois prochain l'aménagement de la petite centrale hydroélectrique sur la rivière Sainte-Anne-du-Nord, à Saint-Joachim.

Joint mercredi, le chargé de projet pour la firme privée, Simon Gourdeau, s'est réjoui que le gouvernement Couillard ait publié, mercredi, le décret donnant le feu vert à la réalisation d'Hydro-Canyon.

Au moment où des opposants au projet déplorent la mise en oeuvre d'une centrale jugée inutile et néfaste pour l'environnement, M. Gourdeau a indiqué que l'émission des différents certificats d'autorisation la réaliser ne constitue qu'une formalité. Le responsable du dossier a signalé que l'objectif est d'entreprendre les travaux préliminaires, en février.

Les installations devraient produire 23,2 mégawatts d'électricité à compter de novembre 2016. Simon Gourdeau a insisté sur le fait qu'il privilégiera l'embauche de main-d'oeuvre locale. Au plus fort des travaux, Axor doit employer 70 personnes.

Ce projet fait partie d'un programme qui comprend cinq autres propositions de petites centrales, programme aboli par le Parti québécois lorsqu'il avait pris le pouvoir en septembre 2012. Le libéral Philippe Couillard a promis de le rétablir, pendant la campagne électorale.

Les 60 millions $ à investir proviendront uniquement de l'entreprise, a réitéré le responsable chez Axor. La municipalité de Saint-Joachim et la MRC de la Côte-de-Beaupré se partageront des redevances de 520 000 $ en moyenne par an pendant 20 ans. Selon les projections, la compagnie, elle, devrait encaisser des profits de près de 500000 $ au démarrage pour franchir le cap du 1 million $ après cinq ans.

Toujours de l'opposition

La présidente de la Coalition Eau Secours! n'a pas caché sa déception à propos du feu vert accordé à Hydro-Canyon. «Ce n'est pas une grande surprise», a convenu Martine Chatelain en faisant référence à l'engagement électoral de Philippe Couillard.

La militante a souligné que le Québec n'a pas besoin de l'énergie de petites centrales et qu'elle est plus chère. «Au bout du compte, ce sont les Québécois qui paieront» par des tarifs que les petites centrales pousseront à la hausse.

Eau Secours! croit que le recours à ces petites installations constitue une mauvaise façon de gérer le bien public qu'est l'eau. Selon l'organisme, dans le dossier d'Hydro-Canyon, le ministère des Affaires municipales ou celui de l'environnement aurait dû «poser des questions plutôt que de cautionner» le projet.

«C'est dommage, a commenté Mme Chatelain. Des rivières patrimoniales, il n'en reste plus beaucoup.» Résignée à voir le projet se réaliser, elle demeurera vigilante. Le fait que trois élus municipaux siègent au conseil d'administration lui apparaît étrange. Eau Secours entend s'assurer que les redevances se retrouveront dans les coffres municipaux.

La centrale sera située au pied d'une chute de 60 mètres, signale le porte-parole d'Axor. Il affirme que la compagnie respectera l'écoulement d'un débit esthétique pendant les heures d'ouverture du parc qui accueille les infrastructures.

 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer