Hausse de taxes de 25 % à Saint-Augustin-de-Desmaures

Marcel Corriveau prétend que la hausse aurait pu... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Marcel Corriveau prétend que la hausse aurait pu être beaucoup plus salée. Son équipe a vendu des terrains et des bâtisses afin de maintenir la crue au quart du compte actuel.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les citoyens de Saint-Augustin-de-Desmaures ont eu tout un choc lundi. Le maire Marcel Corriveau a annoncé que le compte des taxes municipales explosera pour la nouvelle année : 25 % de plus!

Une maison de 325 000 $ coûte...... (Infographie Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Une maison de 325 000 $ coûte...

Infographie Le Soleil

«C'est à contrecoeur, avec dégoût même, que j'avise nos contribuables d'une augmentation de 25 % de la taxe foncière. [...] C'est beaucoup, beaucoup trop.» Devant la presse réunie à son hôtel de ville lundi matin, M. Corriveau a convenu que le coup sera brutal.

Le citoyen moyen, propriétaire d'une maison évaluée autour de 325 000 $, devra décaisser quelque 700 $ de plus l'an prochain, soit environ 3275 $. Avec un taux de 1,0081 $ d'impôt foncier pour chaque tranche de 100 $ d'évaluation d'une résidence, Saint-Augustin-de-Desmaures devient le secteur le plus cher de l'agglomération de Québec. Les citoyens qui ont fusionné avec la capitale au début des années 2000 paient aujourd'hui moins.

«On n'a plus d'alternative, on est au pied du mur. On n'a pas le choix de se tourner vers les contribuables», assure Marcel Corriveau. «Saint-Augustin se dirige vers la faillite.»

La faute à qui? À l'agglomération de Québec, justement, accuse l'élu vindicatif. L'an prochain, sa municipalité devra envoyer plus de 25 millions $ pour payer sa part des services collectifs régionaux. Un montant qui représente près de la moitié de son budget de 54 millions $.

«On est rendu à l'os!» balance le maire qui implore le gouvernement libéral de Philippe Couillard d'intervenir. «On ne fait pas de miracle. On n'imprime pas d'argent. L'élastique est étiré au maximum.»

La quote-part que doit verser sa ville défusionnée à la capitale l'irrite au plus haut point, ce n'est pas une nouvelle! La facture annuelle a grimpé de 111 % depuis 2008, dit-il. Son administration ne pourrait plus assumer cette obligation régionale sans demander aux contribuables de piger dans leur bas de laine.

«C'est inacceptable»

Selon le politicien d'expérience, le maire de Québec, Régis Labeaume, pellette dans la cour de l'agglomération pour pouvoir limiter l'augmentation des taxes dans la capitale. «C'est inacceptable, injustifiable, intenable. Je dirais même irresponsable et indécent. [...] Aujourd'hui, Saint-Augustin-de-Desmaures est prisonnière d'une agglomération qui l'isole, qui la méprise et qui finira par l'étrangler.»

Marcel Corriveau prétend même que la hausse aurait pu être beaucoup plus salée. Son équipe a cédé des terrains ainsi que l'ancien aréna afin de contenir la crue. «Pour éviter de surtaxer nos citoyens, nous avons vendu notre montre et notre ceinture.» Et mis à pied 18 employés.

Pour endiguer le compte de taxes des citoyens, l'équipe du maire a, par ailleurs, décidé de revoir à la baisse les investissements en immobilisations.

«Je traverse actuellement une des périodes les plus difficiles depuis mon entrée en politique en 1985, voilà maintenant 30 ans», déplore Marcel Corriveau.

Au fait, le maire affirme avoir présenté son budget 2015 à quelques jours des Fêtes de fin d'année parce qu'il espérait un dénouement heureux signé par le ministre des Affaires municipales : «On a attendu à la dernière minute. On pensait qu'on pourrait avoir une solution du gouvernement.»

Au cabinet du ministre des Affaires municipales, on rappelle que Pierre Moreau a promis d'asseoir les trois maires de l'agglomération à la même table. «C'est quelque chose que nous souhaitons faire au début de 2015, dès le retour des Fêtes», annonce le conseiller politique Jean-Félix Lévesque. Des propositions seront alors présentées afin de dénouer l'impasse.

En 2012, les citoyens de l'autre ville défusionnée, L'Ancienne-Lorette, avaient aussi casqué; la hausse de leur compte de taxes avait été de 33 %. Le maire Émile Loranger avait aussi mis la faute sur l'agglomération et ses factures jugées trop salées.

***

Annoncé depuis 2003, réplique Labeaume

La Ville de Québec refuse de prendre le blâme pour l'explosion du compte de taxes à Saint-Augustin-de-Desmaures. La hausse de la facture d'agglomération était prévisible, réplique Régis Labeaume.

«Déjà en 2003, une étude faite par la firme Grant Thornton, au moment des débats sur la défusion, prévenait les citoyens de Saint-Augustin-de-Desmaures et de L'Ancienne-Lorette qu'un jour leur part du budget de l'agglomération serait de plus de 50 % du budget de leur municipalité», a réagi le maire de Québec par communiqué en fin de journée lundi. «Aujourd'hui, c'est la réalité.»

La facture de l'agglomération de Saint-Augustin représentera 55 % de son budget de fonctionnement en 2015. Dans le même communiqué, la Ville de Québec relate les différentes ententes conclues avec Saint-Augustin ces dernières années, dont la rétrocession du parc industriel François-Leclerc par la Ville de Québec en 2006, le rapport Mireault en 2008 et une nouvelle entente sur le partage de la quote-part en 2009. La Ville de Québec souligne aussi qu'elle assume 94 % des dépenses de l'agglomération.

Le conseiller responsable des Finances, Jonatan Julien, rencontrera la presse mardi matin pour commenter le dossier.  Valérie Gaudreau

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer