Station de ski de Stoneham: l'offre patronale acceptée à 85 %

Au terme du vote, les employés sont sortis... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Au terme du vote, les employés sont sortis de leur huis clos tout sourire, vers 20h, applaudis par des citoyens massés dans le stationnement de l'hôtel de ville.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) La saison de ski à la Station touristique Stoneham est sauvée. Les employés de montagne syndiqués ont accepté à 85 % une entente de principe intervenue in extremis avec l'employeur, mercredi soir. La station pourrait rouvrir dès samedi matin, mais rien n'est confirmé.

«J'avais des inquiétudes dans les dernières heures. [...]... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 1.0

Agrandir

«J'avais des inquiétudes dans les dernières heures. [...] Je suis très, très heureux du dénouement», a déclaré d'un ton soulagé le maire de Stoneham, Robert Miller.

Le Soleil, Yan Doublet

Les 150 travailleurs en lock-out depuis le 27 novembre devaient se prononcer mercredi soir sur une nouvelle offre patronale présentée en début de semaine par Resort of Canadian Rockies (RCR), entreprise propriétaire de la station touristique. Une offre qui, selon plusieurs, aurait pu être refusée au cours de l'assemblée générale tenue à l'hôtel de ville de Stoneham.

Mais grâce à des négociations intensives dans les 24 dernières heures, l'employeur et le syndicat sont parvenus à une entente de principe tout juste avant le début du rassemblement, vers 18h15.

L'exécutif syndical a recommandé à ses 88 membres présents de l'appuyer, ce que 85 % d'entre eux ont fait. Au terme du vote, les employés sont sortis de leur huis clos tout sourire, vers 20h, applaudis par des citoyens massés dans le stationnement de l'hôtel de ville.

«D'une façon globale, c'est une victoire», s'est réjoui Luc Forbeaux, président du syndicat des employés de montagne, affilié à la CSN. «Comparativement à ce que nous avions six heures [avant l'assemblée syndicale], c'est énorme.»

Selon M. Forbeaux, le syndicat a réussi à «arracher» trois des quatre principaux points en litige. Les employés réguliers, à défaut des saisonniers, auront droit à un régime de retraite. «Un gain majeur», a-t-il affirmé.

Du côté des salaires, point focal du conflit de travail qui aura duré un peu plus de trois semaines, les employés n'auront plus à accumuler 1400 heures pour changer d'échelon, l'échéance passant à 900 heures.

Le syndicat n'aura cependant pas obtenu le rattrapage salarial espéré. L'exécutif estimait de 20 à 30 % le manque à gagner comparativement aux autres stations de ski syndiquées au Québec, notamment au Mont-Sainte-Anne, station soeur de Stoneham et également propriété de RCR. L'augmentation salariale sera finalement de 10,5 % sur cinq ans.

Réouverture samedi?

Informés du résultat du vote, les dirigeants de RCR ont salué la décision des employés. «Nous sommes extrêmement heureux du dénouement du conflit», a déclaré Lisa Marie Lacasse, porte-parole de l'employeur.

La direction de Stoneham est déjà «en mode opération» et se prépare à rouvrir le plus rapidement possible. «Dès le début du conflit, on me dit que ce serait assez rapide», a indiqué Mme Lacasse, évoquant un délai optimiste de «24 à 48 heures», se gardant cependant d'avancer une date.

Toutefois, selon un courriel envoyé à des employés et dont Le Soleil a obtenu copie, la station ouvrivrait dès samedi matin à 8h30. Cette information n'a pas été confirmée par la direction.

Tout comme les journalistes, le maire de Stoneham, Robert Miller, a fait le pied de grue à l'hôtel de ville toute la soirée pour attendre le résultat du vote. «J'avais des inquiétudes dans les dernières heures. [...] Je suis très, très heureux du dénouement», a-t-il ajouté d'un ton soulagé. Il a rappelé que des dizaines de milliers de touristes visitent Stoneham uniquement pour sa montagne de ski. «C'est majeur pour l'économie locale.»

Tension palpable

La vingtaine de citoyens et de commerçants qui a convergé à l'hôtel de ville de Stoneham a animé le début de la soirée, peu avant l'assemblée générale. Certains d'entre eux ont enjoint les employés syndiqués à accepter l'entente de façon plutôt directe, haussant parfois le ton.

Deux agents de la Sûreté du Québec se sont assurés qu'aucun débordement ne se produise. La tension a évidemment disparu lorsque tous ont appris la fin du conflit de travail.

Rappelons par ailleurs qu'un recours collectif était envisagé par des détenteurs d'abonnements de saison à la station de ski. Ils réclament un dédommagement pour chaque journée de ski perdue. Selon nos informations, rien n'indique pour l'instant que les démarches seront abandonnées malgré la fin du conflit de travail.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer