Relations de travail: Québec et ses pompiers parmi les flops de l'année

En 2012, l'Ordre des conseillers en ressources humaines... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

En 2012, l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés a placé parmi les «inclassables» le conflit qui oppose la Ville de Québec à ses pompiers. Sur la photo, le maire Régis Labeaume était chahuté par les pompiers, lorsqu'il visitait des nouvelles casernes en octobre 2008.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après un conflit de cinq ans qui a opposé la Ville de Québec à ses pompiers, ces derniers sont toujours sans contrat de travail. De part et d'autre, on dit vouloir négocier, mais rien ne se matérialise autour de la table de négociation. Une relation de mal en pis qui se retrouve parmi les flops de l'année, selon l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA).

En 2012, les négociations entre le maire de Québec et les différents syndicats de la Ville avaient aussi retenu l'attention du CRHA, qui a placé le dossier parmi les «inclassables» de son palmarès annuel des tops et des flops. Régis Labeaume est-il abonné à ce bilan des relations de travail? «Non», répond Florent Francoeur, fellow CRHA et président-directeur général de l'Ordre. Selon lui, l'abonnement relève du fait que ces dossiers perdurent.

«Le portrait de Québec, sans rentrer dans le cliché, c'est d'essayer de montrer une image négative du travailleur de la Ville au sens large. Et nous, ce qu'on dit, c'est que ce n'est pas une bonne façon de faire.»

Dans le cas des pompiers, M. Francoeur déplore l'absence de discussions entre les parties. «Cet automne, on a réglé pour la période de 2007 à 2009, mais il a fallu mettre un arbitre dans le dossier. Résultat, on est encore à devoir s'entendre sur une convention collective pour 2010 à 2018. On ne voit pas de volonté patronale de régler, et pour nous, ça fait des climats de travail pourris et globalement, ce n'est pas très sain pour la société.»

La conclusion de cette saga semble encore bien loin, écrit le CRHA dans son document Regard sur 2014, publié mardi. «Tant qu'il n'y aura pas une intervention provinciale, on voit peu de chance que ça se corrige», renchérit M. Francoeur.

Alors qu'il remarque plus d'«équilibre» dans les relations patronales-syndicales en général, que les entreprises sont en mode «attraction-rétention», qu'il y a plus de respect mutuel, la Ville de Québec et ses employés font un peu bande à part. «La population est prise en otage, parce qu'on essaie de montrer l'intérêt du payeur de taxes, ce qui est sage, mais le faire en laissant penser que les travailleurs sont des abuseurs, c'est un peu gros comme démarche.»

Il ajoute que même si le travailleur obtient un gain, à la fin du processus, il se sentira encore dénigré.

La brutalité n'a plus sa place

S'il désapprouve le dénigrement à la Ville de Québec, M. Francoeur condamne tout autant le recours à la violence, à la brutalité. Il fait ici référence au débordement à l'hôtel de ville de Montréal le

18 août dernier, événement qui fait aussi partie des flops de 2014 relevés par le CRHA.

Rappel des faits: en réaction au projet de loi 3, favorisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur municipal, des travailleurs de la Ville de Montréal avaient pris d'assaut la salle du conseil municipal ce jour-là. Des milliers de pages de conventions collectives ont été lancées, des gardiens de sécurité et des élus ont été brutalisés. «Ça n'a plus sa place dans les relations de travail au Québec actuellement», tranche M. Francoeur.

Flop généralisé, toute la question des régimes de retraite est loin d'être close, constate encore le CRHA. Malgré le dépôt du rapport D'Amours en 2013 proposant des orientations intéressantes, le Québec manque de vision, lit-on dans le Regard sur 2014. «Il y a toujours à l'heure actuelle 30 % des travailleurs qui n'ont aucune épargne personnelle.» 

Aux grands maux les grands moyens, M. Francoeur informerait le citoyen sur la nécessité de préparer sa retraite et prendrait des mesures plus coercitives pour l'obliger à mettre de l'argent de côté pour ses vieux jours.

Moins de conflits

Sur une note plus réjouissante, 2014 a connu une diminution du nombre de conflits de travail au Québec. Et sans le «grand dérangement» des employés municipaux le 26 novembre, le résultat serait encore moindre, souligne le CRHA. Entre janvier et novembre, 53 conflits (lockout ou grèves) ont été déclenchés, contre 75 à pareille date l'an dernier. Le nombre de travailleurs touchés a aussi baissé, soit 16 966 comparativement à 179 473 en 2013.

Globalement, le climat de travail au Québec est «de mieux en mieux», croit M. Francoeur, en expliquant la chose par un équilibre des rapports de force. «Maintenant, il n'y a pas beaucoup d'écart entre les offres patronales et les demandes syndicales. On pourrait faire une exception de la fonction publique, mais de façon générale, les attentes des travailleurs ne sont plus beaucoup liées à de grandes augmentations salariales. Ça tourne plutôt autour de 2-3 %, on veut préserver notre pouvoir d'achat, alors ça va bien de ce côté.»

***

Autres flops

Le conflit chez les concessionnaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean depuis plus d'une année et demie, alors que 440 employés de garage et 27 concessionnaires automobiles de la région sont impliqués.

Le 29 juin, Future Shop a fermé un magasin de Boucherville en processus d'accréditation syndicale.

Autre top

En contrepartie, la Cour suprême du Canada a émis un jugement défavorable à Walmart relativement à la fermeture en 2005 de sa succursale de Jonquière, en pleine négociation d'un premier contrat de travail avec ses salariés.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer