15 décembre, jour des offres maigres aux fonctionnaires

En plus d'un quasi-gel salarial, le président du... (Photo Yan Doublet, Archives Le Soleil)

Agrandir

En plus d'un quasi-gel salarial, le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, pourrait allonger les conventions collectives sur cinq ans plutôt que trois.

Photo Yan Doublet, Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) C'est finalement le 15 décembre que le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, présentera les offres salariales du gouvernement aux 550 000 employés des secteurs public et parapublic québécois, a appris Le Soleil.

Les organisations syndicales s'attendent au pire. C'était déjà le cas depuis que circule le scénario d'un gel ou d'un quasi-gel salarial - une mesure draconienne qui s'étirerait jusqu'au retour au «déficit zéro» ou au-delà.

Les craintes syndicales ont grimpé de plusieurs crans depuis que le gouvernement a fait inscrire dans la Mise à jour économique et financière sa volonté de récupérer 689 millions $ dans ses «dépenses de rémunération» en 2015-2016 - durant l'année 1 de la prochaine convention collective le liant à ses employés. Ceci, explique-t-on, afin d'honorer des dispositions de l'actuel contrat de travail, qui bonifiera les salaires des syndiqués de 1 % le 31 mars, soit de 390 millions $.

En plus du spectre d'un quasi-gel salarial pendant une période de temps, les organisations syndicales sont désormais convaincues que le Conseil du trésor cherchera à rogner dans les conditions de travail des employés des secteurs public et parapublic. Dans les banques de congés, par exemple.

Les demandes à cet effet ne devraient cependant être signifiées qu'en début d'année prochaine, lors de la présentation des offres dites «sectorielles» - celles touchant les conditions de travail secteur d'activité par secteur d'activité.

Fédérer les mécontents

Au chapitre des salaires, les syndicats réunis en front commun, tout comme ceux ayant décidé de faire bande à part, réclament 4,5 % par année pendant trois ans. Des clauses d'enrichissement liées à la croissance du PIB figurent aussi dans leurs demandes. C'est à cela que répondra le gouvernement le 15 décembre.

«Dans l'état actuel des choses, avec le rythme d'augmentation des effectifs, avec la structure budgétaire et financière du Québec telle qu'on la connaît, c'est très difficile de penser donner des augmentations de salaire - ce que je trouve franchement déprimant», a déclaré le premier ministre Philippe Couillard à la mi-octobre.

«On ne va pas augmenter les impôts pour financer des choses impossibles, avait alors insisté Martin Coiteux. On demande des efforts à tous les Québécois.»

Le gouvernement cherchera à négocier une convention collective courant sur au moins cinq ans et non pas trois, indique-t-on.

Les marges de manoeuvre qu'il pourrait dégager découleraient de la mise en place du plan de contrôle des effectifs, lequel comprend une réduction du nombre de fonctionnaires.

Dans les syndicats, on entend faire descendre le plus de syndiqués possible dans la rue au cours des prochaines semaines et des prochains mois. On croit pouvoir «faire jonction» avec les autres mécontents des décisions du gouvernement Couillard.

On trouve par ailleurs anormal que le négociateur en chef désigné par le Conseil du trésor, Maurice Charlebois, puisse toucher 325 $ l'heure. On promet de souligner cette situation à un moment ou l'autre.

Précisons que la moitié de la rente de retraite que M. Charlebois reçoit de l'État est déduite de son salaire, ce qui l'amène à toucher 254 $. En théorie, son contrat pourrait s'étirer sur deux ans, ce qui lui permettrait de gagner 450 000 $ si tel était le cas.

Maurice Charlebois est considéré comme un expert en relations de travail. Il préconise des «changements structurels» dans l'appareil de l'État. Il est au travail depuis septembre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer