Chantier Davie: possible contrat de construction d'un ravitailleur

En août dernier, Chantier Davie avait soumis des... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

En août dernier, Chantier Davie avait soumis des propositions à la Défense nationale pour remplacer le NCSM Protecteur qui avait dû être remorqué de Pearl Harbor jusqu'à son port d'attache à Esquimalt, en Colombie-Britannique, à la suite d'un incendie survenu le 28 février, en pleine mer.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les propositions de Chantier Davie Canada au gouvernement fédéral pour suppléer la perte du ravitailleur NCSM Protecteur et de son jumeau le NCSM Preserver ont été entendues. Le gouvernement de Stephen Harper évaluerait la possibilité d'accorder le contrat au chantier naval de Lévis.

Au mois d'août, Le Soleil avait eu vent que Chantier Davie avait soumis des propositions à la Défense nationale pour remplacer le NCSM Protecteur qui avait dû être remorqué de Pearl Harbor jusqu'à son port d'attache à Esquimalt, en Colombie-Britannique. Le navire avait subi de lourds dommages lors d'un incendie survenu le 28 février, en pleine mer, à environ 630 kilomètres au nord-est de Pearl Harbor, à Hawaii. Quant au NCSM Preserver, il doit prendre le chemin de la ferraille en 2016.

Le projet du gouvernement pour la construction des deux navires qui doivent remplacer les ravitailleurs a connu plusieurs embûches. Lancé en 1992, le projet n'avait été approuvé qu'en 2004 par les libéraux. Il était alors question de la construction de trois navires de soutien à un coût de 2,1 milliards $ qui devaient être livrés entre 2012 et 2016. Le projet a ensuite été annulé par les conservateurs en 2008 pour être remis sur les rails deux ans plus tard. De trois, le nombre de navires a passé à deux. Finalement, ce n'est qu'en 2016 que la construction doit débuter et la facture est maintenant de 4,1 milliards $. La mise en service des deux navires est prévue pour 2020-2021.

En attendant, le gouvernement étudie plusieurs options pour combler le retard. Selon des informations de Radio-Canada, deux scénarios seraient à l'étude par le fédéral.

Le premier scénario consiste à faire affaire avec la Davie. L'entreprise propose d'acheter un porte-conteneurs d'une compagnie grecque pour le convertir en pétrolier ravitailleur. Le navire, qui serait livré d'ici deux ans, demeurerait la propriété du chantier naval. Le gouvernement le louerait.

Le deuxième scénario, toujours selon des informations de Radio-Canada, serait de louer un navire de la marine américaine, soit le USNS Rainier ou le USNS Bridge, qui ont tous deux été retirés de la marine américaine en 2014 afin de réduire les coûts d'exploitation. Ils se trouvent sur la base militaire de Kitsap, dans l'État de Washington.

Rappelons que les pétroliers ravitailleurs transportent, entre autres, du carburant, de l'eau, des munitions et des hélicoptères Sea King.

Jointe par Le Soleil jeudi, la direction de Chantier Davie Canada n'avait pas de commentaire à faire pour le moment. L'obtention du contrat par la Davie pourrait entraîner la création de 600 emplois.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer