Plan Nord: sous le signe de la prudence

«Il faut être prudent avec les chiffres... En... (Photothèque La Presse)

Agrandir

«Il faut être prudent avec les chiffres... En 2010 et 2011, les prix des métaux se sont envolés. Actuellement, le prix des métaux ne peut qu'aller en augmentant», affirme le ministre des Ressources naturelles et responsable du Plan Nord, Pierre Arcand

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jean-Michel Genois-Gagnon</p>
Jean-Michel Genois Gagnon

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Depuis la proposition du gouvernement libéral de Jean Charest de développer le territoire au nord du 49e parallèle, plusieurs millions de dollars ont été investis dans le Plan Nord. La deuxième mouture du projet, celle du gouvernement Couillard, s'annonce toutefois moins ambitieuse en terme de financement gouvernemental que la première.

La première proposition du projet du Plan Nord en 2011 annonçait des investissements privés et publics de l'ordre de 80 milliards $ au cours des 25 prochaines années, des retombées de 14 milliards $ dans les coffres de l'État et la création ou la consolidation de 20 000 emplois par année.

«Ça peut être ça, comme ça peut être plus», a indiqué en entrevue au Soleil le ministre des Ressources naturelles et responsable du Plan Nord, Pierre Arcand. «Ça dépend de l'activité économique. Il faut être prudent avec les chiffres... En 2010 et 2011, les prix des métaux se sont envolés. Actuellement, le prix des métaux ne peut qu'aller en augmentant». En effet, les prix du minerai de fer ont chuté de 40 % au cours de la dernière année. «C'est le meilleur moment pour faire de la planification», a ajouté le député-ministre de Mont-Royal.

Le premier ministre Phillipe Couillard a quant à lui annoncé au début de novembre que le Plan Nord devrait drainer entre 15 et 20 milliards $ d'investissements d'ici 2022. Il était impossible d'avoir le montant exact investi depuis 2011 dans le Plan Nord ainsi que le nombre d'emplois créés.

Pour l'heure, le gouvernement tente toujours d'établir sa vision à court et à long terme du Plan Nord. Une vision qui, contrairement à celle de la première mouture du projet, ne sera pas axée seulement sur le développement minier.

«Nous voulons un plan qui aura des objectifs à court terme, c'est-à-dire pour les cinq prochaines années, et aussi des objectifs à long terme, pour d'ici 2035», a commenté le ministre responsable du projet. «Ce qu'on recherche avec le Plan Nord, c'est une vision qui n'est pas seulement une vision des mines, une vision uniquement économique. On veut avoir une vision qui sera à la fois sociale, environnementale, qui tiendra compte du bien-être des communautés nordiques et qui fera également une place pour la protection des territoires.» D'ici février, M. Arcand promet d'avoir un plan concerté sur les actions qui devront être entreprises.

Plusieurs projets

Depuis la réouverture du projet du Plan Nord, qui avait été écarté durant le règne du Parti Québécois, plusieurs investissements ont été annoncés.

«Nous avons mis des sommes importantes dans plusieurs projets. Par exemple, le développement d'une troisième ligne de chemin de fer» reliant Sept-Îles à la fosse du Labrador, indique M. Arcand. Le gouvernement a récemment annoncé un investissement de 20 millions $ dans une étude de faisabilité qui devrait coûter de 35 à 40 millions $. La firme Genivar a déjà évalué que le projet de chemin de fer pourrait coûter au bas mot 2,5 milliards $.

De plus, «on va dépenser 100 millions $ pour les communautés autochtones pour que les gens trouvent des emplois dans les régions nordiques», ajoute M. Arcand. «On a aussi un fonds du Plan Nord qui possède actuellement 63 millions $ qui va servir à plusieurs projets, comme la construction de routes. On a mis 3,2 millions $ pour soutenir la mise en oeuvre de la stratégie touristique. On a créé l'Institut nordique du Québec (3 millions $) en collaboration avec l'Université Laval et plusieurs chercheurs. On a aussi créé le fonds Capital Mines Hydrocarbure, qui est doté d'une enveloppe de 1 milliard $, pour prendre des participations avec certaines entreprises qui seraient intéressées dans le Plan Nord.»

Beaucoup d'intérêt

Depuis quelques mois, le gouvernement Couillard a travaillé d'arrache-pied afin de relancer l'engouement pour le Plan Nord. Lors de ses voyages en Chine et en Islande, M. Couillard a notamment tenté de vendre à des investisseurs son projet pour le Nord. «Pour ma part, j'ai eu l'occasion d'aller à Londres récemment afin de rencontrer certains groupes financiers et je peux dire qu'il y a beaucoup d'intérêt», affirme M. Arcand. «Les gens sont extrêmement intéressés.» D'ailleurs, le président de l'Allemagne, Joachim Gauck, a été de passage dans la capitale en septembre en compagnie d'une quarantaine d'industriels allemands, rappelle le ministre.

Le territoire du Plan Nord couvre 1,2 million de km2, soit 72 % du territoire québécois.

120 000
habitants, de quatre nations autochtones réparties dans 31 communautés, et de 32 communautés non autochtones
75 %
de la capacité de production hydroélectrique du Québec est installée sur le territoire du plan Nord
200 000
km carrés
de forêts commerciales, soit plus de la moitié des forêts exploitables du Québec
Le territoire nordique assure la totalité de la production québécoise de nickel, de cobalt, de platine, de zinc, de fer et d'ilménite ainsi qu'une part substantielle de la production d'or et de diamants. On y trouve aussi du lithium.

La Société du Plan Nord créée d'ici Noël?

Le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, demeure optimiste que le projet de loi permettant la création de la Société du Plan Nord soit adopté d'ici Noël; l'organisation pourrait même être en activité dès avril 2015.

Au Soleil, M. Arcand a dit souhaiter que la Société du Plan Nord soit mise sur pied le plus rapidement possible. Il a d'ailleurs proposé la semaine dernière que son siège social soit établi à Québec. «L'enjeu principal dans le nord est la coordination et la communication», a réitéré le ministre responsable du projet. «La Société du Plan Nord va avoir ce rôle-là de façon bien précise.»

Environ 60 % du personnel de la nouvelle société d'État aura ses locaux à Québec. Les autres seront dispersés à travers différentes antennes régionales. Les municipalités qui pourraient accueillir des bureaux sont : Sept-Îles, Baie-Comeau, Roberval, Chibougamau, Matagami et Radisson.

«La Société du Plan Nord sera un genre de guichet unique pour les entrepreneurs, les entreprises, les citoyens, les maires, de façon à mieux coordonner ce qui se fait en termes de développement nordique. Son rôle sera de favoriser les communications, mais aussi de développer l'expertise dans le Nord», a affirmé le député-ministre de Mont-Royal. La création d'une telle institution, afin de s'adresser à un seul interlocuteur, est vivement réclamée depuis quelque temps par le milieu des affaires, puisque 14 ministères sont engagés dans le développement du projet.

La Société du Plan Nord sera gérée par un conseil d'administration comptant entre 9 et 15 membres. La majorité des membres du C. A. seront des «administrateurs indépendants», afin d'éviter les conflits d'intérêts, a précisé

M. Arcand. Elle sera financée par le Fonds du Plan Nord, qui est doté d'une enveloppe de 63 millions $, qui devrait toucher les 2 milliards $ d'ici 2035. Au total, la Société devrait compter une cinquantaine de travailleurs.

Le projet de loi avait été déposé initialement, en 2011, par le gouvernement de Jean Charest. Le texte de loi n'avait pu être adopté avant le déclenchement des élections de 2012, où les libéraux avaient perdu le pouvoir aux mains du Parti québécois.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer