Festivals et événements: «Il va falloir faire des choix»

La ministre du Tourisme, Dominique Vien... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

La ministre du Tourisme, Dominique Vien

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le financement public des festivals et événements qui ne génèrent pas suffisamment de retombées touristiques sera révisé, prévient la ministre du Tourisme, Dominique Vien.

«Écoutez, il va falloir faire des choix, a affirmé au Soleil la ministre Vien, mardi. L'argent est rare, l'argent est difficile à aller chercher et à gagner. On va appuyer le secteur touristique parce que c'est important, mais il faut aussi se rendre à l'évidence qu'il y a beaucoup de joueurs sur le terrain.»

La réforme de la gouvernance et du modèle d'affaires de l'industrie touristique amorcée par la ministre s'inscrit dans une logique de relance de l'économie, mais aussi dans un contexte budgétaire difficile, note la ministre.

«Les festivals et événements performants qui répondent aux objectifs qu'on se donne, je pense qu'ils n'ont absolument rien à craindre», a souligné Mme Vien.

«Il peut y avoir un festival qui peut être bien sympathique et bien intéressant pour des communautés, mais est-ce que ce festival produit des retombées en termes de nuitées [à l'hôtel], par exemple? illustre-t-elle. Est-ce que l'argent qu'on donne se traduit en retombées touristiques? Je ne suis pas tout le temps certaine. C'est ça qu'il faut revoir.»

À son arrivée en poste, la ministre dit s'être interrogée sur le nombre d'acteurs du milieu touristique, sur le chevauchement de leur mandat et sur la cohérence de leurs actions. Le Québec compte notamment 21 associations touristiques régionales et 19 associations touristiques sectorielles.

Les acteurs de l'industrie ont été conviés à une réflexion dont la ministre entend partager les fruits au printemps prochain. En attendant, le soutien aux événements est maintenu selon les mêmes critères que par le passé. «Pour les mois à venir, on laisse ça tel quel, souligne la ministre Vien. On est bon joueur. Mais il se peut que pour les mois subséquents et les années à venir, les choses changent et qu'on réaligne notre vision des choses.»

Le Plan de développement de l'industrie touristique 2012-2020 vise à ce que le Québec accueille annuellement sept millions de touristes de plus qui génèrent 7 milliard $ en retombées supplémentaires d'ici six ans.

Lundi, certains acteurs de l'industrie n'ont pas caché au Soleil vivre une certaine inquiétude face à la réforme lancée par la ministre Vien.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer