Fermeture de la mine de lac Bloom: Daoust pas surpris

Le faible prix du fer à l'heure actuelle... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le faible prix du fer à l'heure actuelle rend l'investissement pour exploiter la mine de lac Bloom peu attrayant, note le ministre de l'Économie, Jacques Daoust.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les récentes difficultés financières de Cliffs Natural Resources rendent peu surprenante la fermeture de la mine du lac Bloom, près de Fermont, constate le ministre de l'Économie, Jacques Daoust.

«Il était fort prévisible que ce qui se produit là était pour arriver», a commenté le ministre Daoust, mercredi, à l'entrée du Conseil des ministres. 

La minière a fait connaître sa volonté de se retirer de l'est du Canada, ce qui entraînera la fermeture de la mine de lac Bloom et la perte de quelque 500 emplois.

Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, rappelle que l'entreprise a procédé à une radiation à la Bourse de près de 6 milliards $ au cours des derniers mois.

«On comprend les difficultés auxquelles ils font face, a commenté le ministre Arcand. [...] C'est sûr que nous aimerions avoir des nouvelles plus positives que ça. Mais vous savez, il y a d'autres projets, d'autres minières, d'autres actions envisagées et le Plan Nord continue.»

Le gouvernement du Québec n'a pas investi d'argent dans la mine de fer du lac Bloom. La minière aurait eu besoin d'investir 1,2 milliard $ pour assurer la survie de la mine.

«On peut toujours regarder avec eux s'il y a des investissements qu'on peut faire, mais ce sont des sommes qui sont fabuleuses, a commenté le ministre Daoust. Est-ce que le gouvernement du Québec va mettre 500 millions $ ou 1 milliard $ dans une mine? Je ne pense pas qu'on veuille commencer à nationaliser le secteur minier.»

Le faible prix du fer à l'heure actuelle rend l'investissement pour exploiter la mine peu attrayant, note le ministre de l'Économie. «Si c'était payant, Cliffs l'opérerait, a affirmé le ministre Daoust. Ce n'est pas payant, Cliffs ne l'opère pas. Mais ça va revenir parce qu'une mine, ça ne se déménage pas. [...] La seule nouvelle positive est que la mine, quand ça va devenir payant, les marchés vont naturellement l'opérer.»

Le porte-parole caquiste en matière d'énergie, le député Gérard Deltell, juge la réaction gouvernementale «extrêmement décevante» et s'interroge sur ce qui a été fait pour accompagner l'entreprise «en amont». «On a besoin d'un ministre qui prépare l'avenir et non pas qui constate béatement les insuccès», lance M. Deltell. 

Le caquiste insiste sur l'importance de bien réorienter les employés et sur le nuage que la nouvelle fait planer sur l'économie du Québec. «M. Couillard dit que la relance économique va passer par le Plan Nord et on comprend que le secteur minier est dans un creux de vague», s'inquiète M. Deltell.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer