Femmes en affaires: l'écart salarial avec les hommes persiste toujours, selon un sondage

Si l'on constate une évolution de l'ascension des femmes à des postes... (Photo Photos.com)

Agrandir

Photo Photos.com

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Si l'on constate une évolution de l'ascension des femmes à des postes supérieurs dans les entreprises canadiennes, il reste encore du travail à faire pour que les entreprises reconnaissent et comprennent la valeur que les femmes apportent au monde des affaires.

C'est ce qui se dégage de la troisième présentation du sondage Femmes leaders au coeur des affaires de Randstad qui note que l'écart salarial entre les hommes et les femmes au Canada persiste toujours.

Parmi les constats, plus de la moitié des femmes (53 %) craignent que les absences pour des raisons familiales nuisent à leur progression à des postes supérieurs dans l'entreprise, comme elles s'inquiètent (51 %) des effets négatifs du congé de maternité sur leurs parcours professionnels.

«C'est le cas au Québec et en Alberta, où les femmes croient dans des proportions importantes qu'elles sont négligées en raison de leurs obligations familiales et leur départ éventuel en congé de maternité, comparativement aux répondantes de l'Ontario ou des provinces atlantiques», souligne-t-on.

Le sondage précise que «lorsqu'il s'agit d'occuper un poste de gestion ou de responsabilité plus élevée, près de 30 % des Canadiennes hésitent à vouloir monter en grade et 48 % des femmes sondées n'aspirent pas du tout à des postes de direction» ni à repousser plus haut le plafond de verre.

L'apparence semble encore avoir une influence dans le parcours professionnel puisque selon 91 % des gestionnaires et des cadres, l'impact serait notable pour les femmes alors que 49 % seulement pensent que c'est la même chose pour les hommes.

Pour le quart des femmes interrogées, le nombre croissant de dirigeantes ayant exigé des chances égales de promotion explique le fait qu'il y a plus de femmes occupant des postes de direction.

Enfin, si le mentorat est identifié comme un outil essentiel pour favoriser l'avancement de la carrière, la majorité des femmes interrogées (77 %) n'ont jamais bénéficié ou encore cherché le soutien d'un mentor. Le pourcentage de femmes ayant affirmé que leur employeur ne leur a jamais attribué de mentor était de 84 % l'an dernier. Seulement 5 % des femmes ont un mentor qu'elles ont trouvé elles-mêmes et 9 % ont un mentor qui leur a été attribué par leur employeur, indique le sondage.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer