CLD de Québec: la clé dans la porte le 31 décembre

Stéphan Lepage, président du conseil d'administration du CLD... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Stéphan Lepage, président du conseil d'administration du CLD de Québec

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À Montréal, plus de 600 entrepreneurs se portent à la défense des centres locaux de développement (CLD). Six cents lettres ont été transmises au maire de Montréal, Denis Coderre. À Québec, la mobilisation générale se fait attendre alors que le CLD fermera vraisemblablement ses portes le 31 décembre.

C'est à cette date que l'entente de trois ans entre le CLD et la Ville de Québec prendra fin. Une entente selon laquelle la Ville de Québec accorde le mandat au CLD d'assurer le développement économique local sur son territoire.

Lundi matin, la direction du CLD a rencontré sa quarantaine d'employés pour les informer que l'organisme pourrait être forcé à cesser ses activités le 31 décembre. «Nous n'avons pas beaucoup d'information à communiquer. Nous apprenons les nouvelles par les médias», a signalé la directrice des communications du CLD, Manon Blouin. Quant à savoir ce qu'il adviendra des dossiers des entrepreneurs qui cheminent présentement au sein de l'organisme, c'est encore mystère et boule de gomme. «Il va falloir s'asseoir avec la Ville pour voir comment s'effectuera le transfert des dossiers.»

À part quelques entrepreneurs qui ont pris la parole dans les médias, il n'y a pas eu une levée de boucliers dans la capitale pour s'opposer à la disparition des CLD dans la foulée de la signature imminente d'un nouveau pacte fiscal transitoire entre le gouvernement du Québec et le monde municipal qui prévoit également une compression de 55 % du budget consacré au développement économique local. Cette mission relèvera dorénavant des administrations municipales.

«À Québec, il n'y a pas grand monde qui pense gagner une guerre médiatique contre le maire Labeaume qui a un micro sous le nez toutes les 10 secondes», avoue Stéphan Lepage, président du conseil d'administration du CLD de Québec. «Tout le monde est résigné. Le gouvernement du Québec a fait son camp. Régis Labeaume a fait son camp. À maintes reprises, nous avons sollicité des rencontres avec lui pour montrer un signal d'ouverture de notre part. Il n'a pas daigné vouloir nous en parler.»

Choquant et irrespectueux

Un entrepreneur dans la vie de tous les jours, Stéphan Lepage juge «choquante» et «irrespectueuse» la sortie du maire de Québec qui, lundi, cassait du sucre sur le dos du CLD le qualifiant d'organisme qui «ne fonctionne pas», qui «coûte énormément cher en administration», qui est devenu une «bureaucratie lourde» et qui «n'avait pas de ligne directrice».

«Ce que l'on comprend de sa sortie publique, c'est que la création de nouvelles entreprises, ce n'est pas une priorité pour la Ville de Québec», confie M. Lepage au Soleil.

Ce dernier aime rappeler que Régis Labeaume se faisait toujours un point d'honneur de parler des succès des entreprises d'ici sur la scène internationale. «Il semble toutefois oublier que plusieurs de ces entreprises sont venues cogner à notre porte à leur origine et que le CLD les a aidés à se lancer en affaires. Je dois donc en déduire que M. Labeaume ne comprend pas notre mission, soit celle de démarrer de nouvelles entreprises à Québec. Pourtant, cette mission nous vient directement de la Ville.»

En mettant la clé sous la porte du CLD, les décideurs publics causeront un inutile «gaspillage d'expertise», prédit M. Lepage. «C'est clair que M. Labeaume veut s'accaparer des budgets destinés au développement local pour les confier à des organismes qui seront, disons, plus malléables. C'est correct. Il a été réélu. Les gens de Québec ont voté pour lui.»

En plus de répondre à plus de 3000 demandes d'information, le CLD de Québec a contribué au démarrage de 888 projets d'entreprise et de développement local en 2013. De ce nombre, 8 sur 10 ne réclamaient pas de financement, seulement un coup de pouce pour compléter un plan d'affaires, pour valider une idée ou pour obtenir un accompagnement technique. La clientèle qui frappe à la porte du CLD est jeune : la moitié a entre 18 et 35 ans.

Par ailleurs, selon M. Lepage, le maire affiche «peu de respect» à l'égard des administrateurs qui s'impliquent dans le CLD. D'ailleurs, 14 des 17 postes d'administrateurs sont occupés par des chefs d'entreprise. Deux représentants de la Ville de Québec, les conseillers Natacha Jean et Rémy Normand siègent aussi au conseil d'administration. 

«Ils sont plusieurs à donner 10 à 15 heures de leur précieux temps pour passer au crible les dossiers soumis par les entrepreneurs qui veulent obtenir de l'aide.» 

Il plaide finalement que le CLD et son conseil d'administration sont des véhicules apolitiques. «De la politique, nous autres, les entrepreneurs, nous n'en faisons pas.»

Organismes sur le territoire de la ville de Québec

Développement économique, aide aux entreprises et entrepreneuriat

  1. Association des clubs d'entrepreneurs étudiants
  2. Association des femmes entrepreneures de Québec
  3. Banque de développement du Canada
  4. Capitale Entrepreneur
  5. Centre d'entrepreneuriat et de PME
  6. Centre de formation Eastern Quebec
  7. Centre de formation Fierbourg
  8. Centre de formation Maurice Barbeau
  9. Centre d'enseignement et de recherche en foresterie
  10. Centre de solutions technologiques en orthèses et prothèses
  11. Centre de transfert d'entreprises Capitale-Nationale
  12. Centre en imagerie numérique et médias interactifs
  13. Centre local de développement de Québec
  14. Chambre de commerce et d'industrie de Québec
  15. Commission de développement économique des Premières Nations
  16. Commission scolaire de la Capitale
  17. Conférence régionale des élus
  18. Concours québécois en entrepreneuriat
  19. Coopérative de développement régional Québec-Appalaches
  20. Corporation de développement économique communautaire
  21. Défi de l'entrepreneuriat jeunesse
  22. Entrepreneuriat Laval
  23. Fédération des coopératives de développement régional du Québec
  24. Filaction
  25. Fondation de l'entrepreneurship
  26. Fonds d'emprunt économique communautaire
  27. Fonds de développement régional
  28. Fonds d'investissement économique régional Succès
  29. Fonds d'investissement économique régional Cap-Diamant
  30. Fonds d'investissement en technoculture
  31. Fonds régional d'investissement jeunesse
  32. Fonds régionaux de solidarité FTQ Québec-Chaudière-Appalaches
  33. Forum jeunesse de la région de la Capitale-Nationale
  34. Inno-centre
  35. Jeune chambre de commerce de Québec
  36. Jeunes entreprises du Québec
  37. Mamentrepreneures
  38. Office de tourisme et des congrès de Québec
  39. Profil entrepreneurial
  40. Québec International
  41. Regroupement des étudiants entrepreneurs de l'Université Laval
  42. Réseau québécois des écoles entrepreneuriales et environnementales
  43. Services d'aide aux gestionnaires et aux entrepreneurs
  44. Sovar

Source : Fédération des chambres de commerce du Québec, 2012

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer