Restructuration: les CLD demandent de laisser le choix aux villes

Le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, a... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, a convoqué lundi le conseil d'administration de l'Association des CLD du Québec.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le centre local de développement (CLD) de Québec aimerait voir le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, donner le choix aux municipalités de continuer ou non de faire affaire avec les CLD plutôt que de les abolir purement et simplement.

Les 120 CLD du Québec, structure fondée il y a 15 ans, sont sur la sellette. Dans son pacte fiscal transitoire conclu avec les municipalités pour l'année 2015, lequel devrait être signé cette semaine, le ministère des Affaires municipales entend les dissoudre et transférer la moitié de leur budget aux municipalités ou aux MRC.

Stéphan Lepage, président du CLD de Québec, le plus gros de la province, «ne la comprend pas». Il déplore dans un premier temps que les CLD n'ont jamais été consultés par le ministre Pierre Moreau, qui dirige cette importante restructuration. Le pacte s'est fait derrière les portes closes entre les conseils d'administration de l'Union des municipalités du Québec, de la Fédération québécoise des municipalités et les fonctionnaires du gouvernement.

Les CLD savaient il y a deux semaines qu'une restructuration se planifiait. Mais ils n'entrevoyaient pas leur disparition, a expliqué M. Lepage. «Le signal qu'on avait, c'est que les Villes auraient le choix de garder ou non les services des CLD. Maintenant, il semblerait que cette option-là soit exclue. Pourquoi prendre l'expertise qui existe depuis 15 ans et empêcher la ville d'en profiter?» a-t-il demandé. 

Solutions locales

Selon M. Lepage, le CLD de Québec pourrait survivre sans les fonds fournis par le gouvernement du Québec. La Ville de Québec pourrait selon lui investir davantage pour favoriser le développement économique et ainsi conserver l'implication des entrepreneurs bénévoles oeuvrant au sein du CLD. M. Lepage souligne que Québec profite déjà du travail accompli dans ses bureaux. «On représente 3,75 % du budget des CLD, mais 10 %des nouvelles entreprises. C'est super positif pour la ville.»

La solution pourrait s'appliquer à d'autres centres, croit M. Lepage, tout dépendant du contexte socioéconomique et démographique des municipalités.

Rappelons que le ministre Pierre Moreau a convoqué lundi le conseil d'administration de l'Association des CLD du Québec.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer