Le complexe G et le «bunker» en meilleur état que le Grand Théâtre

Dans le cas particulier du complexe G, Martin...

Agrandir

Dans le cas particulier du complexe G, Martin Roy ne note «aucune problématique».

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Sujets d'un programme d'entretien régulier, les grands édifices étatiques de béton de la colline parlementaire se portent bien - contrairement au Grand Théâtre de Québec -, affirme la Société québécoise des infrastructures.

«On en assure le suivi, et il n'y a pas de problématique particulière», assure le porte-parole auprès des médias, Martin Roy. «Il y a de l'entretien préventif qui est fait sur tous les immeubles qui présentent ou qui peuvent présenter une certaine problématique. On le fait de façon continue, c'est ça notre core business

«C'est ça qu'on fait, entretenir et exploiter des bâtiments», ajoute-t-il. «Donc, le suivi se fait en continu [...]. Dès qu'il y a des choses qui ne vont pas sur ce plan-là, on regarde tout de suite et on fait les réparations qui sont dues.» 

Autour de l'Assemblée nationale, le béton rime avec Marie-Guyart et Jean-Talon. La première a donné son nom au complexe G, tandis que le second s'affiche sur le bâtiment né de la fusion des édifices H et J, un ensemble surnommé le «bunker» ou le «calorifère». Ces structures datent de la même époque que le Grand Théâtre de Québec.

Mercredi, Le Soleil révélait que le Grand Théâtre de Québec est mal en point. Il souffre d'une «dégradation irréversible», avons-nous appris. Un traitement est requis d'urgence, puisque le revêtement extérieur de béton est rongé. Mais l'institution ne sait pas quel remède administrer. Elle a donc appelé l'entreprise privée au secours pour trouver une solution qui promet d'être onéreuse.

On pense même à «encapsuler» le bâtiment dans une structure de verre ou à enlever tout le revêtement, composer d'immenses pièces de béton prémoulées, pour le remplacer.

Résistance variable

Plusieurs facteurs peuvent influer sur la durée de vie des matériaux, sur leur résistance face aux assauts de mère Nature, dont la forme du bâtiment, selon Martin Roy. «Évidemment, ça dépend beaucoup de la configuration du bâtiment, comment le mur est fait, etc.»

Il insiste sur le fait que la gestion des immeubles de l'État est la spécialité de la Société québécoise des infrastructures. «L'entretien des bâtiments, le suivi, c'est ça qu'on fait. Il y a du personnel spécialisé en exploitation, en entretien, qui suit ça de façon régulière. Alors, dès qu'il y a manifestation d'un petit signe, il y a des réparations mineures qui sont faites.»

Dans le cas particulier du complexe G, Martin Roy ne note «aucune problématique». La restauration du bâtiment a été réalisée en 2007 et en 2008 dans le cadre des programmes d'entretien réguliers, rappelle-t-il. «Il y avait toute la réfection de l'esplanade, de la cour intérieure. On en avait profité.» On avait effectué le nettoyage des panneaux de béton de la tour de 38 étages, le remplacement des joints de scellant et l'inspection puis la réparation des vices observés. «Rien de majeur.» La facture était tout de même de 2,2 millions $.

«Même chose pour le H et le J. Il y a des travaux de mise aux normes qui ont été réalisés entre 2001 et 2003, [ainsi que] la réfection de l'ensemble de l'enveloppe. Donc, il n'y a pas de problèmes dans ces bâtiments-là.»

Il arrive néanmoins que l'enveloppe extérieure d'un édifice doive être complètement changée. C'est le cas, en ce moment, à Montréal, au 600, rue Fullum. Le revêtement de béton de cet immeuble de bureaux de 12 étages doit être remplacé.

Pas de problème ailleurs

Ailleurs au Québec, même loin de la colline parlementaire, d'autres immeubles appartenant aux Québécois souffrent-ils comme le Grand Théâtre? «À l'heure actuelle, non.» Pas dans le parc immobilier géré par la Société des infrastructures, assure M. Roy.

La Société québécoise des infrastructures gère 357 propriétés de l'État. Elle s'occupe également de 746 sites de plus, des locaux en location pour les ministères et les organismes gouvernementaux.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer