La colère gronde dans les CLD

L'association des CLD a réagi très vivement aux... (Photo Jeannot Lévesque, Archives Le Quotidien)

Agrandir

L'association des CLD a réagi très vivement aux informations voulant que le gouvernement Couillard fasse disparaître les CLD.

Photo Jeannot Lévesque, Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'association des CLD a réagi très vivement aux informations voulant que le gouvernement Couillard fasse disparaître les CLD.

«Les libéraux ont fait leur campagne électorale sur l'économie», soutient Yves Maurais, président de l'Association des CLD du Québec (ACLDQ). «On ne les laissera pas couper les jambes à une économie fragile», affirme-t-il avec conviction.

En entrevue téléphonique, il confirme que les 200 représentants des centres locaux de développement (CLD) réunis depuis mercredi à Québec sont très motivés et mobilisés. «Le Québec n'a pas les moyens de créer la pauvreté, continue M. Maurais. La richesse se crée avec les petites entreprises, notamment dans les régions. Les CLD couvrent tout le territoire du Québec avec un panier de service identique pour répondre aux urgences.»

Il martèle que les CLD sont les urgentologues de l'économie. Et il voit mal comment les MRC et les municipalités pourraient rendre les mêmes services en région ou comment ces entités politiques pourraient avoir autant de bénévoles entrepreneurs que le font les CLD. 

Pas question de laisser passer les CLD dans l'eau du pacte avec les municipalités. Pour lui, c'est un non-sens et de la démagogie. Il se demande comment les entrepreneurs réagiront lorsqu'ils auront besoin d'une aide urgente. «Certainement pas en demeurant en attente sur la ligne téléphonique ou en faisant la file comme au bureau des permis», soumet-il.

Ce que les observateurs de la scène politique appellent un ballon a eu pour effet une mobilisation qui prendra l'allure d'une campagne Jamais sans #monCLD.

«On n'est pas en train de défendre une structure, c'est l'avenir de l'économie des régions qui nous intéresse. On ne peut pas être les seuls porteurs d'un enjeu aussi crucial. Tous nos partenaires doivent se mobiliser pour conserver l'expertise en région», clame Yves Maurais.

Couper dans les services

Pour lui, le gouvernement ment lorsqu'il parle des budgets d'exploitation, car ce sont des budgets d'intervention sur le terrain, dans les entreprises pour permettre que l'économie soit plus en santé. Il affirme que ce serait coupé dans les services directs et non dans les structures.

«La campagne Jamais sans #monCLD est là pour rappeler l'importance de maintenir l'expertise locale, la connaissance des enjeux locaux et la neutralité des décisions par des professionnels, insiste M. Maurais. Nous en appelons à la résilience de nos membres. La richesse du Québec passe par les petites entreprises et nous devons continuer de les soutenir.»

Dans les informations du communiqué de presse, on note que les 120 CLD répondent à 30 000 demandes d'aide technique et financière; que l'accompagnement des entrepreneurs est composé de 80 % d'aide de nature technique et de 20 % d'aide de nature financière. Le réseau est formé de 1350 professionnels et de 3000 bénévoles.De plus, l'aide financière des CLD permet, en moyenne, la création de plus de 1000 entreprises par année, soutient-on.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer