Municipalités: Moreau veut un meilleur contrôle des dépenses

«Lorsqu'on regarde la croissance des dépenses des municipalités,... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

«Lorsqu'on regarde la croissance des dépenses des municipalités, de façon générale, même au-delà de la masse salariale, on se rend compte qu'il y a des contrôles qui doivent être appliqués au plan local», affirme le ministre Pierre Moreau.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les hausses salariales s'inscrivent dans une problématique plus large de contrôle des dépenses des municipalités sur laquelle il faudra se pencher, a indiqué ce matin le ministre Pierre Moreau.

Au coeur d'une réforme contestée des régimes de retraite, le ministre des Affaires municipales a réagi à la publication du palmarès des coûts des services municipaux par une équipe de l'École des Hautes Études commerciales (HEC).

«Il y a une question de contrôle des dépenses des municipalités, constate le ministre Moreau. Ce matin, il y a des éléments qui visent principalement la question de la masse salariale, mais il y a plus que ça.»

Le palmarès compile les données fournies par 1110 municipalités au Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire (MAMROT). Il constate que, malgré un contrôle du nombre d'employés, le poste budgétaire de la masse salariale croît de façon importante dans plusieurs municipalités. À Québec, par exemple, entre 2009 et 2012, malgré une réduction de 1 % des employés, la hausse moyenne de la rémunération globale a été de 5,3 % par année. En moyenne, un employé à Québec coûte 87 503 $. À Montréal, la facture s'élève à 117 453 $.

«Lorsqu'on regarde la croissance des dépenses des municipalités, de façon générale, même au-delà de la masse salariale, on se rend compte qu'il y a des contrôles qui doivent être appliqués au plan local, affirme le ministre Moreau. Il est clair que dans nos discussions avec les représentants des municipalités, ce sujet-là va être abordé.»

Lors de la commission parlementaire sur le projet de loi 3 sur les retraites, des commentaires ont été faits à propos du rapport de forces entre les municipalités et leurs employés lors des négociations des conventions collectives. Des élus municipaux ont déjà déploré ne pas pouvoir imposer une loi spéciale comme le gouvernement du Québec.

«Ce n'est pas une question de sensibilité pour dire: "Est-ce qu'on doit modifier l'équilibre actuel?", souligne le ministre Moreau. C'est une question de sensibilité pour dire: "Quels sont les meilleurs moyens d'amener les municipalités à pouvoir exercer un meilleur contrôle sur leurs dépenses?". Est-ce que c'est une question de discipline ou si c'est une question de moyens? La question se pose. Pour l'instant, on n'a pas encore de réponse.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer