De la croissance à Québec malgré tout, selon le Conference Board

Aux yeux des experts du Conference Board, «l'économie... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Aux yeux des experts du Conference Board, «l'économie de la ville de Québec poursuit une modeste expansion, mais les choses évoluent dans le bon sens».

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Même si Québec n'est plus la ville de fonctionnaires qu'elle était jadis, les compressions imposées dans la machine gouvernementale auront leur impact. Pas au point, par contre, de faire reculer la capitale, selon le Conference Board du Canada qui prévoit que la croissance du produit intérieur brut (PIB) de la ville de Québec devrait passer de 1,6 % en 2013 à 1,8 % en 2014 puis à 2 % en 2015.

«Et l'emploi, après la pause de 2013, est en voie d'inscrire des résultats intéressants cette année», annonce le Conference Board qui publiait, lundi, sa Note de conjoncture métropolitaine de l'automne 2014.

«Si l'emploi stagne depuis deux ans, le chômage diminue quand même, parce que la main-d'oeuvre a crû encore moins rapidement», constate l'organisme. «Le taux de chômage de 4,7 % de l'an dernier était le plus bas depuis 2008. C'était presque 3 % de moins que la moyenne provinciale. Pas surprenant de voir arriver à Québec des gens en quête d'emploi venant d'ailleurs en province.»

En effet, le Conference Board signale que la migration interprovinciale nette avait dépassé, en 2013, de près de 50 % sa moyenne sur 20 ans.

«En 2013, l'immigration - l'autre grand facteur de croissance démographique - a atteint un sommet inégalé en 20 ans, soit quelque 3200 personnes. Résultat : la population de Québec a augmenté de 0,9 % en 2013, ce qui est un peu moins que le rythme soutenu des dernières années, mais davantage que la moyenne sur 20 ans.»

Dans sa boule de cristal, le Conference Board voit que le taux de chômage pourrait afficher 4,5 % en 2015, 4,4 % en 2016 et 4,3 % en 2017 et 2018.

Donc, aux yeux des experts du Conference Board, «l'économie de la ville de Québec poursuit une modeste expansion, mais les choses évoluent dans le bon sens».

La construction stagne

Le secteur manufacturier, qui tirait de la patte depuis près d'une décennie, semble vouloir sortir de sa torpeur. Il pourra enfin renouer avec les joies de la croissance. La production devrait grimper de 1,4 % en 2014 et de 2 %, au moins, en 2015 et 2016. «La reprise qui se poursuivra aux États-Unis stimulera les exportations, et ce, de concert avec un dollar canadien qui se maintient en dessous de la devise américaine.»

L'industrie de la construction, par contre, connaît un passage à vide.

La fin des travaux, en 2015, de l'érection de l'amphithéâtre multifonctionnel n'aidera pas les choses. Un «repli plus prononcé que prévu des mises en chantier d'immeubles d'habitation multifamiliaux» pourrait aussi faire mal. Heureusement, les agrandissements annoncés aux Galeries de la Capitale (200 millions $) et à la Place Ste-Foy (des dizaines de millions de dollars) apporteront de l'eau au moulin.

Ainsi, après six années de croissance où la production s'est accrue de 50 %, l'industrie de la construction s'est contractée de 1,7 % en 2013 et elle cédera encore 0,3 % cette année, note le Conference Board.

En ce qui a trait au secteur de l'administration publique, il gagnera 3 % cette année, ce qui dépasse la moyenne des 10 dernières années.

«Les restrictions budgétaires mises en place pour le gouvernement provincial, étant donné sa lourde dette, limiteront la croissance à 1 % en 2015 et à un maximum de 2 % par année entre 2016 et 2018.»

Edmonton, championne de la croissance

Par ailleurs, dans sa Note de conjoncture métropolitaine, le Conference Board décerne le titre de champion de la croissance à Edmonton qui affichera, en 2014, une croissance de 4,9 %. Là-bas, les secteurs de la construction, de l'énergie et de la fabrication roulent à pleins gaz.

Quatre autres villes de l'Ouest canadien, Saskatoon, Calgary, Regina et Vancouver ne s'en tirent pas trop mal avec une croissance supérieure à 3 %.

En ce qui concerne les villes du centre et de l'Est du Canada, «la croissance économique est en bonne voie pour s'améliorer cette année et l'an prochain, dans la foulée du redressement de l'activité économique chez nos voisins du sud, mais elle demeurera à la traîne sur celle des villes de l'ouest du pays», conclut le Conference Board.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer