Medicago songe à agrandir ses installations de Québec

Pour la fabrication de ses vaccins antigrippaux, Medicago... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Pour la fabrication de ses vaccins antigrippaux, Medicago n'utilise pas des oeufs, mais une plante australienne appartenant à la même famille que le tabac.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Ce ne sera pas demain matin, la cérémonie de première pelletée de terre symbolique, mais la société biopharmaceutique Medicago envisage un agrandissement de ses installations à Québec. Le projet pourrait se chiffrer à 42,5 millions $, selon ce qu'a pu apprendre Le Soleil.

«Il s'agit d'un chiffre très approximatif», a tenu à préciser Jean-Luc Martre, le directeur des communications et des relations gouvernementales de l'entreprise spécialisée dans le développement de nouveaux vaccins fabriqués à partir de plantes. Le montant pourrait être supérieur ou inférieur selon l'envergure que Medicago voudra donner à ce projet.

La compagnie a récemment fait appel à un lobbyiste pour commencer «à défricher le terrain» auprès des autorités gouvernementales québécoises afin de déterminer si de l'aide financière pouvait être accessible afin de faciliter la réalisation de l'investissement. En août 2013, rappelons-le, Mediago passait entre les mains de la compagnie pharmaceutique japonaise Mitsubishi Tanabe Pharma pour la somme de 357 millions $.

Ayant pignon sur rue dans le Parc technologique du Québec métropolitain, Medicago a déjà commencé à envisager une expansion de ses installations en vue de la commercialisation de son vaccin contre la grippe saisonnière. «D'ici à ce que nous puissions nous rendre sur le marché, il peut se passer cinq ou six ans», mentionne M. Martre.

Avant de pouvoir administrer un nouveau vaccin à la population, une société biopharmaceutique doit s'armer de patience, car le cycle d'approbation par les autorités réglementaires est très long. Et ça coûte une fortune. Heureusement, Medicago peut compter sur les poches profondes de Mitsubishi et de son autre actionnaire, Philip Morris Investments, une multinationale du tabac.

«Avec le vaccin contre la grippe saisonnière, nous en sommes rendus à l'étude clinique de phase deux. À cette étape, nous devons recruter, bien souvent, jusqu'à un millier de patients. Nous estimons donc qu'il y a encore quelques années de développement devant nous avant de pouvoir commercialiser notre vaccin si, évidemment, il reçoit le feu vert des autorités réglementaires. Par ailleurs, c'est clair qu'à un moment donné, il va falloir envisager une expansion de nos installations», explique Jean-Luc Martre.

Les résultats des premières études cliniques menées au cours des dernières années sont encourageants. Le vaccin a été bien toléré par les patients et offrait une solide réponse immunitaire.

La technologie développée par Medicago permet de produire beaucoup de vaccins en peu de temps. À son usine en Caroline du Nord, la compagnie a réussi à produire 10 millions de doses de son vaccin contre la grippe saisonnière en un mois. Pour la fabrication de ses vaccins antigrippaux, Medicago n'utilise pas des oeufs, mais une plante australienne appartenant à la même famille que le tabac.

Virus Ebola

En 2011, l'armée américaine recrutait Medicago dans l'espoir de trouver un vaccin contre le virus Ebola. Les travaux de recherche n'ont pas donné les succès espérés et ont été abandonnés.

Avec un autre partenaire qu'elle ne peut identifier, la biotech a récemment amorcé un nouveau programme de recherche en vue de la production d'anticorps contre l'Ebola à partir de la feuille de tabac. «Nous en sommes encore aux premiers balbutiements. Les avancées sont encore bien minces. Cependant, nous gardons le cap.»

Évidemment, les 177 employés de Medicago suivent de près la progression de l'Ebola qui, selon les données de l'Organisation mondiale de la santé, a fait près de 4500 morts en Afrique, en Europe et aux États-Unis.

«Nous ne pensons qu'à ça. Nous sommes réellement préoccupés par la situation. Avec notre partenaire, nous essayons de voir comment nous pourrions accélérer la cadence de nos travaux», indique le porte-parole de l'entreprise.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer