Capitale-Nationale: tout droit vers le plein emploi

La région de la Capitale-Nationale se dirige tout droit vers le plein emploi. (Shutterstock, Quinky)

Agrandir

Shutterstock, Quinky

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La région de la Capitale-Nationale se dirige tout droit vers le plein emploi.

«Avec une réduction de son bassin de chômeurs qui culminera avec l'atteinte d'un taux de chômage de l'ordre de 4 % au cours des prochaines années, la région présente les dispositions pour une progression vers un marché du travail de plein emploi», constate la direction régionale de la Capitale-Nationale du ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale qui vient de publier une nouvelle brochure - Facteur RH : portraits territoriaux du marché du travail de la région de la Capitale-Nationale 2006-2011 - présentant une mise à jour de la réalité du marché du travail à la fois à Québec et sur le territoire des MRC de Charlevoix et de Portneuf.

Ces dernières années, les fonctionnaires d'Emploi-Québec se mordaient les lèvres pour ne pas utiliser l'expression plein emploi lorsqu'ils commentaient la performance du marché du travail dans la région de la Capitale-Nationale. Ils préféraient plutôt parler de rareté de main-d'oeuvre dans certains métiers et professions et dans certains secteurs d'activité. Avec un taux de chômage qui se balade sous la barre des 5 % et qui pourrait bientôt dégringoler à 4 %, Emploi-Québec n'hésite plus, aujourd'hui, à parler de plein emploi.

Chaque année, la direction régionale trace les perspectives d'emploi de plus 500 métiers et professions sur son territoire. Elles peuvent être favorables, acceptables ou encore restreintes. L'économiste d'Emploi-Québec, Guy Faucher, explique au Soleil que le nombre de métiers et de professions qui affichent des perspectives favorables - c'est-à-dire pour lesquels il y a beaucoup de demandes, mais peu de candidats sur les rangs - ne cesse d'augmenter d'année en année.

Rappelons que d'ici 2017, pas moins de 71 200 emplois seront à pourvoir dans la région de la Capitale-Nationale.

Vieillissement des troupes

S'inspirant principalement des données du recensement de 2011 et de l'Enquête nationale auprès des ménages menée en 2011 par Statistique Canada, Emploi-Québec estime que la Capitale-Nationale devait connaître, d'ici 2021, une baisse de 19 % du nombre de jeunes de 15 à 24 ans et une hausse de 23 % des gens de 55 ans et plus. C'est ce que l'on appelle le choc démographique.

«Le fait qu'il y aura moins de jeunes de 15 à 24 ans pour prendre la relève des milliers de personnes de 55 ans et plus qui prendront leur retraite va créer une rareté de main-d'oeuvre qui laisse présager des défis de taille sur le plan du recrutement pour les entreprises au cours des 10 prochaines années.»

Selon les analystes d'Emploi-Québec, la Capitale-Nationale profite de la «constance» du secteur des services et du développement des divers créneaux liés aux nouvelles technologies et à l'économie du savoir. «De plus, de nouvelles activités issues des secteurs des assurances ainsi que des technologies de l'information et des communications amènent un dynamisme et une diversification des emplois.»

Les principaux indicateurs ne mentent pas : le marché du travail roule à plein régime dans la Capitale-Nationale. Ainsi, au cours de la période de 1988 à 2013, la région a connu un accroissement du taux d'activité, qui est passé de 60,2 % à 67,3 %. Le taux d'emploi a fait un bond de 9,3 points pour afficher 63,8 %. Et le taux de chômage se trouve, cette année, sous la barre de 5 %. Entre 2000 et 2013, il s'est créé 72 800 emplois dans la Capitale-Nationale, soit 14 % de l'ensemble des nouveaux emplois dans la Belle Province. Ce n'est pas si mal étant donné que la région occupe 9 % de l'emploi au Québec.

Cette performance fait en sorte que les chômeurs se font de plus en plus rares pour pourvoir les postes disponibles.

Le recours à l'immigration 

Le recours à l'immigration est donc «nécessaire», selon Emploi-Québec, dans un contexte de vieillissement des troupes, pour remplacer tous ceux et celles qui partent à la retraite. «L'apport des personnes immigrantes contribue à donner des marges de manoeuvre dans un marché du travail relativement tendu par un taux de chômage très faible», note Emploi-Québec.

Au sein de sa population, la région de la Capitale-Nationale ne compte que 4,6 % de personnes immigrantes. Le Québec en entier est composé de 14 % de personnes venues d'ailleurs. Tout n'est pas perdu, fait-on remarquer. «On constate que pendant la période 2006-2011, la part de la région [29 %] et plus importante que celle du Québec. «La cohérence dans les actions menées par tous les partenaires de la région, tant en ce qui concerne la formation que l'intégration et le maintien en emploi, fera la différence pour les entreprises.»

Par ailleurs, Emploi-Québec souligne que les entreprises peuvent compter sur une main-d'oeuvre de plus en plus scolarisée. Depuis 2006, le taux de personnes recensées sans diplôme a diminué de 11,5 % à 9,2 % et celui des personnes avec un diplôme collégial ou universitaire en poche a augmenté de 48,9 % à 52,7 %. «Le plus grand défi des partenaires réside dans l'amélioration de l'adéquation entre l'enseignement et les besoins de main-d'oeuvre des entreprises.»

«Qu'elles soient petites ou grandes, les entreprises de la région partagent le même bassin de main-d'oeuvre», conclut-on. «Elles doivent donc trouver dans leurs forces respectives les atouts à mettre de l'avant afin de se rendre attractives en matière de gestion des ressources humaines dans un marché du travail tendu où le recrutement est plus ardu.»

Des secteurs d'activité en croissance

Soins de santé et assistance sociale

Services professionnels, scientifiques et techniques

Commerce

Hébergement et restauration

Finance et assurances

En un mot

Plein emploi › Le plein emploi décrit une situation de l'économie dans laquelle, d'une part, toute personne désirant travailler occuperait effectivement un emploi et, d'autre part, toutes les capacités matérielles de production seraient utilisées. Il n'implique pas, cependant, l'absence de chômage, mais son maintien à un niveau incompressible.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer