Cogiweb procédera à l'avenir par appels d'offres

Les bureaux de Cogiweb, situés sur la Grande... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Les bureaux de Cogiweb, situés sur la Grande Allée.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Cogiweb, organisme à but non lucratif de Québec qui effectue la majorité des achats informatiques pour les offices municipaux d'habitation (OMH) de la province, procédera désormais à des appels d'offres comme dans le secteur public.

Le Soleil révélait il y a trois semaines que Cogiweb faisait directement affaire avec une courte liste de fournisseurs pour les commandes d'ordinateurs, de serveurs et d'imprimantes des OMH, peu importe le montant de la facture et en contravention de sa politique de gestion des achats. EBR, entreprise de Québec associée à une présumée fraude aux dépens du gouvernement provincial, raflait la majorité des contrats.

Depuis la publication de l'article, la procédure a été renforcée, confirme Louis Lamontagne, directeur général de Cogiweb. Des appels d'offres publics seront systématiquement lancés pour tout contrat ferme de 100000 $ et plus ou s'il y a un doute que cette barre soit dépassée en cours d'année.

Comme le stipulait déjà la politique de gestion des achats, il y aura également appel d'offres sur invitation avec un minimum de trois fournisseurs pour les achats de 20 000 $ à 99 999 $. Au moins deux prix écrits seront sollicités pour les contrats de moins de 20 000 $. Cela tant pour les contrats d'équipements informatiques que pour les services professionnels. «Au conseil d'administration, il a été décidé de se coller exactement sur ce qui se fait dans les OMH et même d'aller plus loin», rapporte M. Lamontagne. La réflexion avait commencé en début d'année, dit-il, mais a été accélérée «avec tout ce qui s'est passé».

Comité d'audit

Le conseil a également mis sur pied un comité d'audit pour «s'assurer que ces règles sont rigoureusement suivies» tout en réitérant sa confiance à l'équipe de direction. «La Cogi n'effectue plus aucun achat chez EBR», a par ailleurs précisé le dg. Cela parce que le maximum permis de gré à gré est atteint, mais aussi parce que la firme informatique doit maintenant obtenir l'autorisation de l'Autorité des marchés financiers pour faire affaire avec le gouvernement.

Une entreprise ne peut conclure de contrats publics si ses principaux dirigeants, actionnaires et administrateurs ont commis une infraction criminelle ou à la loi électorale.

M. Lamontagne défendait les vieilles habitudes de la boîte il y a un mois, affirmant que les prix obtenus directement étaient les meilleurs. Craint-il maintenant une augmentation de la facture pour les OMH? «Je pense que oui, mais je ne sais pas, on va le voir», répond-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer