40 ans d'Honco, bâtiments d'acier: de Saint-Romuald au Sahara

Francis Lacasse, vice-président et directeur général de Honco,... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Francis Lacasse, vice-président et directeur général de Honco, et les fameux panneaux structuraux en acier

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Un complexe abritant deux patinoires de dimensions «Ligue nationale de hockey» dans Saint-Romuald. Un projet de base militaire dans le désert du Sahara. Pour ses 40 ans, la compagnie Honco de Saint-Nicolas continue d'installer ses bâtiments monocoques en acier partout dans le monde.

Dans l'usine Honco, en bordure de l'autoroute 20, Francis Lacasse, vice-président et directeur général, montre le produit premier de l'entreprise : le panneau structural en acier. Dans les années 70, il a fallu deux ans à son père Paul Lacasse, fondateur de la compagnie, avec des ingénieurs, le Centre de recherche industrielle du Québec et l'Université Laval, pour élaborer ces panneaux.

Résultat d'un ingénieux pliage en profileuse, la feuille d'acier ondulée gagne en résistance et en stabilité. Les panneaux ainsi obtenus, à la fois revêtement extérieur, toiture et charpente métallique, permettent d'ériger des bâtiments très performants pour de grandes portées libres. Ce qui ouvre toute grande la porte aux stades, aux arénas, aux édifices récréatifs, comme le Complexe 2 glaces de Saint-Romuald.

Pour Francis Lacasse, il s'agit là d'un «beau projet», commencé il y a un mois et qui devrait être complété en mai 2015. Entièrement financé par le privé (Collège de Lévis, Honco et Camada) au coût de 14 millions $, le Complexe occupera au plus fort une centaine de travailleurs sur le chantier.

L'autre gros morceau pour 2014 prend forme en Algérie, où Honco brasse des affaires depuis 2002. Cette fois, l'entreprise québécoise prend part à un projet de base militaire dans le désert du Sahara en fournissant 37 bâtiments pour le gouvernement algérien.

Normalement, pour des contrats à l'international, Honco «fait l'ingénierie, fabrique ici, expédie par conteneurs et envoie un ou deux techniciens selon l'ampleur du projet pour assister les entrepreneurs locaux dans l'érection des bâtiments», explique Francis Lacasse.

«Dans ce cas-ci, on a de la main-d'oeuvre canadienne sur place. Honco est responsable de l'installation. On est sous-traitant pour un entrepreneur général algérien qui offre un produit clés en main.» Le projet, qui représente une vingtaine de millions de dollars pour la firme de Saint-Nicolas, doit être finalisé pour l'été prochain.

Afrique, Asie, Europe de l'Est, Antilles... Honco couvre les quatre coins du globe. Pour les derniers Jeux olympiques d'hiver, la compagnie avait décroché la construction de la structure du complexe d'entraînement de bobsleigh à Paramonovo, une station située à une soixantaine de kilomètres au nord de Moscou. Si le marché russe était très bon avant les Jeux, ça se poursuit de plus belle, constate Francis Lacasse. «On travaille beaucoup de stades de soccer et d'arénas. Les Russes investissent beaucoup dans le service à la population, dans le récréatif. Leurs infrastructures n'étaient pas à niveau.»

Avec l'Algérie et les États-Unis, la Russie est l'un des trois plus gros marchés de l'entreprise à l'international.

Dans le Grand Nord

Mais Honco est aussi prophète en son pays. Notamment auprès des communautés inuites. «Dans le Grand Nord canadien, il y a des magasins Honco, des garages Honco, des arénas Honco...», illustre Francis Lacasse.

Il explique que là-bas, tous les matériaux sont livrés par bateau. «On a un produit plus léger, facile de montage, rapide à installer. De gros avantages pour une période de construction très courte.» Il ajoute qu'en règle générale, un bâtiment Honco «érigé et isolé représente la moitié ou le tiers du prix d'une charpente en bois».

Et la relance du Plan Nord? Honco travaille déjà avec des sociétés minières, comme Raglan au Nunavik. «On se tient près d'elles. Il y a des projets en discussion, même si c'est sûr que le minerai de fer, les prix ne sont pas tellement élevés encore. Aussitôt que l'économie américaine va redémarrer un peu plus, ça risque de stimuler beaucoup les travaux des minières.»

La famille Lacasse, de gauche à droite, Vicky,... (Photo fournie par Honco) - image 2.0

Agrandir

La famille Lacasse, de gauche à droite, Vicky, Paul (le père et fondateur de Honco), Francis, Carole et Harry. C'était jour de fête et de rassemblement jeudi soir, alors que l'entreprise fêtait ses 40 ans avec ses employés et ses partenaires.

Photo fournie par Honco

Sur une lancée depuis 1974

En octobre 1974, Paul Lacasse fondait Honco, compagnie spécialisée dans la conception et la fabrication de bâtiments en acier. Ne cherchez pas de signification particulière au nom. «Il y a eu un petit concours dans une école primaire, et des noms avaient ressorti. Paul, à l'époque, voulait un nom qui se prononce aussi bien en anglais qu'en français. Honco est sorti», raconte son fils Francis, vice-président et directeur général de l'entreprise.

Le père, qui a été entrepreneur en construction dans les années 60, était préoccupé par les problèmes de rapidité d'exécution. En lançant Honco, Paul Lacasse s'était fixé un défi : concevoir un système de construction plus performant.

«Actif en Russie»

Quarante ans plus tard, son usine, toujours située sur la Rive-Sud, est passée de 8000 à 60 000 pieds carrés. Ses deux fils, Francis et Harry, et ses deux filles, Carole et Vicky, sont maintenant actionnaires. «Mais mon père est toujours très actif», surtout en Russie, précise Francis Lacasse.

D'une dizaine d'employés au départ, Honco en compte aujourd'hui 350, répartis dans cinq entreprises et six usines. C'est que le groupe Honco, le holding, détient plusieurs joueurs. Bien sûr Honco bâtiments d'acier, constructeurs de bâtiments préfabriqués et entrepreneur général. Portes Garex de Val-Alain, manufacturier de portes de garage commerciales, industrielles et résidentielles. Métalec, qui a une usine à Québec et une autre à Anjou, fabrique des portes et des cadres en acier. Sturo Métal à Lévis fabrique et installe des charpentes métalliques à travers toute l'Amérique du Nord. Et enfin Supervac 2000, aussi à Lévis, conçoit et fabrique une gamme complète d'équipements vacuum, notamment pour l'entretien des égouts de villes comme New York et Chicago.

Le groupe Honco transforme plus de 20 000 tonnes d'acier et dessert plus de 600 clients différents à l'échelle mondiale. Son chiffre d'affaires s'établit à 100 millions $.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer