Ancienne bibliothèque Monique-Corriveau: à vendre... puis à démolir

L'acquéreur de l'ancienne bibliothèque aura 18 mois pour... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

L'acquéreur de l'ancienne bibliothèque aura 18 mois pour entreprendre la démolition de la bâtisse, puis 18 mois de plus pour commencer la construction de son projet immobilier.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Ville de Québec met en vente l'ancienne bibliothèque Monique-Corriveau stratégiquement située au coin de la route de l'Église et de l'avenue Roland-Beaudin, à côté du marché public du secteur Sainte-Foy. Les enchères pour le terrain et l'édifice à démolir commencent à 4 millions $.

La capitale ne sait pas encore ce qui sera construit sur le lot, indique un porte-parole, Sylvain Gagné. «C'est aux promoteurs de nous proposer quelque chose.»

La municipalité vient donc de lancer un appel de propositions pour la vente de la défunte bibliothèque «dans le but de réaliser la construction d'un ou de plusieurs bâtiments dont la densité est celle prévue à la réglementation municipale».

Le règlement de zonage est assez permissif. Il permet d'y ériger une tour d'habitation, d'y installer un commerce de consommation et de services, un restaurant ou un bar, une industrie, une garderie, d'aménager un parc, un marché public... Le printemps dernier, la mairie avait toutefois indiqué ses préférences. Un immeuble d'une dizaine d'étages à vocation mixte pourrait y pousser, selon les visées de l'équipe du maire Régis Labeaume.

Une chose est claire : les jours de l'ancienne bibliothèque sont comptés. «L'acquéreur doit prendre en charge la démolition de l'édifice existant.»

Des reins solides

Cet acquéreur devra cependant passer à la caisse avant de sortir les pics. «Le prix soumis doit être égal ou supérieur à la mise à prix minimale de 4 000 000 $ [excluant les taxes].» Et il devra avoir les reins solides : «Le proposant doit prendre en considération que le coût d'acquisition de l'immeuble ne peut faire l'objet d'un financement supérieur à 50 %.» Aussi, toutes les propositions doivent être accompagnées d'un chèque visé de 100 000 $ au nom de la Ville.

Le gagnant du contrat aura 18 mois pour entreprendre la démolition de la bâtisse. Il aura 18 mois de plus pour commencer la construction de son projet immobilier.

Afin d'éviter la spéculation sur le lot situé dans un secteur populaire, la Ville se garde le droit de racheter le terrain au prix de vente si l'acquéreur entend s'en départir avant de réaliser son projet.

L'appel de propositions de la Ville vient d'être publié sur les plates-formes d'appels d'offres. Les investisseurs intéressés ont jusqu'au 23 octobre pour déposer leur projet. Le terrain a une superficie de près de 6200 mètres carrés.

Selon la dernière évaluation municipale, fondée sur le marché de l'été 2011, le terrain et l'ancienne bibliothèque valent 3,57 millions $. La valeur foncière a explosé, puisque c'est 2,25 fois plus qu'au rôle d'évaluation précédent.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer