Fonction publique: le gouvernement Couillard élargit le gel d'embauche

-... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

-

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers  »

Le budget du Québec 2014 de Carlos Leitao

Le budget du Québec 2014 de Carlos Leitao

Consultez notre section spéciale sur le budget 2014 du gouvernement du Québec, déposé par le ministre des Finances Carlos Leitao. »

Daphné Dion-Viens
Le Soleil

(Québec) Pour contrôler les dépenses, le gouvernement Couillard élargit le gel d'embauche pour la fonction publique au réseau de la santé, de l'éducation et aux organismes parapublics.

Ce frein au recrutement permettra de réaliser des économies de 100 millions $ en 2014-2015 et de 500 millions $ en 2015-2016, selon les projections du Conseil du trésor.

Pour y arriver, un projet de loi sera déposé cet automne puisque le gouvernement ne dispose pas présentement des pouvoirs nécessaires pour assurer ce gel d'embauche élargi.

Ce projet de loi donnera aux ministres de la Santé et de l'Éducation des pouvoirs similaires à ceux du président du Conseil du trésor concernant les embauches dans la fonction publique.

«Nous voulons nous donner les pouvoirs d'employeurs, a expliqué mercredi le ministre des Finances, Carlos Leitao. On ne veut pas seulement envoyer le chèque, mais on veut aussi savoir à combien de personnes on envoie le chèque. [...] C'est nouveau et ce sera très utile et très puissant dans cet effort de contrôler la masse salariale de l'État, qui représente presque 60 % des dépenses totales.»

Le nombre d'employés de l'État québécois a augmenté d'environ 1,5 % au cours des cinq dernières années, ce qui représente 6250 nouveaux employés temps plein chaque année.

Le ministre a aussi tenu à préciser mercredi que le gel d'embauche n'entraîne pas un gel de la masse salariale, qui se situe à 39 milliards $. «Nous respecterons les conventions collectives» et les augmentations salariales qui y sont prévues, a affirmé M. Leitao.

D'ici quelques mois, une nouvelle ronde de négociations s'amorcera avec les employés du secteur public. Les prochaines conventions collectives pourraient «être ajustables en fonction des gains d'efficience dans la production des services publics», a indiqué mercredi le ministre Leitao, une affirmation qui suscite beaucoup de scepticisme dans les rangs syndicaux.

«C'est un gros point d'interrogation, il ne faut pas oublier que l'on travaille avec des humains. Comment va-t-on calculer la productivité?» s'interroge Lucie Martineau, présidente du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ).

D'ici cinq ans, 75 000 employés devraient prendre leur retraite, ce qui donnera au gouvernement une «marge de manoeuvre» pour réaffecter les postes vacants «prioritairement en santé, en éducation et aux services aux personnes les plus vulnérables», a affirmé le ministre.

Puisque les besoins dans ces secteurs augmenteront au cours des prochaines années, «il faut qu'on ait le courage de remettre en question des choses que l'on fait présentement et qui ne sont pas prioritaires», a ajouté le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux.

Les sociétés d'État devront faire une contribution supplémentaire

Québec demande une contribution supplémentaire à ses sociétés d'État, et liera par loi les bonis versés à leurs dirigeants à l'atteinte de ses objectifs. 

Même si Hydro-Québec a rapporté au gouvernement 3,3 milliards $ l'an passé, soit 400 millions $ de plus qu'escompté, l'entreprise d'État sera appelée à fournir un effort supplémentaire. 

En plus des compressions dans les dépenses et les gains de productivité demandés à tous, Hydro-Québec se fait demander un autre 100 millions $ de plus cette année, et 15 millions $ l'an prochain. 

Loto-Québec, dont les revenus ont été de 100 millions $ moindres que les attentes, devra faire un «effort additionnel» de 10 millions $ l'année prochaine. 

Au total, les attentes supplémentaires du gouvernement à l'égard d'Hydro-Québec, de Loto-Québec et de la Société des alcools du Québec s'élèvent à 177 millions $ en 2014-2015, et à 102 millions $ en 2015-2016. 

«Les gestes posés ne devront toutefois pas affecter les services à la population ou se traduire par une augmentation de la tarification», préviennent les documents budgétaires. 

Avec Simon Boivin

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer